Burundi/RDC: Bientôt des drones de surveillance militaire dans la Région

 Le SR-72, futur drone hypersonique américain pour les missions d'espionnage et de combat http://www.lockheedmartin.com/

Le SR-72, futur drone hypersonique américain pour les missions d’espionnage et de combat
http://www.lockheedmartin.com/

Sécurité-Région. Selon digitalcongo.net ,  à Kinshasa, lundi 11 novembre 2013, M. Martin Kobler, le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu  en RDC, a informé que  les drones pour la surveillance des zones infestés par les groupes armés à l’Est de la RDC seront effectifs  à la fin de ce mois de novembre 2013.

Le général Santos Carlos Cruz, commandant de la Force de la Monusco, a, expliqué que : « La question de déploiement des drones est complexe. Ils ne seront pas déployés par rapport à l’action du M23,  mais aussi d’autres activités des groupes armés encore actifs … Ces forces négatives commettent beaucoup d’exactions, les drones sont très importants pour nous donner des informations utiles à cet effet…Nous avons reçu la première équipe de postulants de contractants. Nous allons pouvoir être opérationnels dès la fin du mois de novembre. La base opérationnelle initiale de déploiement de ces drones sera Goma … 5 mois après ce lancement nous allons augmenter notre capacité ».
La mission onusienne doit lancer son premier drone de surveillance dans l’Est du pays à la fin du mois de novembre. Dès avril 2014, ces drones fourniront en temps réel les images, les photos et les renseignements sur cette région frontalière de l’Est de la RDC Congo.

                  

Le Burundi a reçu en juin dernier des ortho- photographies aériennes du pays de la part de l’Union Européenne… Ce genre d’images sont prises, généralement par des drones civiles. En RDC Congo, la Monusco, elle, va utiliser des drones à vocation -militaire-.    
Au niveau législatif, d’un point de vue – protection de souveraineté (militaire)  ou  de vie privé (Civil) – , la question de l’utilisation de drones  lance  l’idée que les autorités burundaises devraient renforcer leur législation – sur la vue spatiale du Burundi par X  -, et surtout penser à la protection de la vie privé des Barundi. Il est aujourd’hui déjà possible  avec des outils informatiques de voir ce qui se passe dans certaines communes du pays. D’un point vue  politique et sécuritaire, les autorités compétentes devraient prendre des dispositions importantes face à ce nouveau type d’outils civil ou militaire que sont les drones.  

                     

Actuellement des controverses existent sur l’usage des drones  en Afghanistan et au Pakistan par les États-Unis. Car ces avions -militaires- sans équipages et téléguidés font énormément de ravages au sein des populations civiles. Toutefois, les drones permettent la sécurisation des territoires d’une manière très efficace… Les missions de ces appareils espions et de combat donnent de sérieux avantages militaires.
Les USA, qui ont la suprématie militaire au niveau de cette technologie, avec le dernier cri sorti de la compagnie américaine d’armement Lockheed Martin des Américains pour le Pentagone, qui sera livré dès 2018 : Le SR-72 ( drone hypersonique américain pour les missions d’espionnage et de combat)-.
Ces équipements sont trop coûteux pour un état comme le Burundi mais dans une perceptive de coopération militaire, avec la RDC Congo, ou  au niveau de l’Eastern Africa Standby Force (EASF) prévu  pour 2015 et de  la futur force de l’Union Africaine (Africa Standby Force) il sera possible pour la Force de Défense National (FDN) de se spécialiser pour l’utilisation de ce genre de technologie, afin de sécuriser le Burundi et la Région.

DAM, NY, AGNEWS, le 12 novembre 2013

Facebook Comments