Burundi : Cas des Hippopotames qui se multiplient dans les rues de Bujumbura ( Photo : igihe 2017 )

Burundi : Les Hippopotames se multiplient dans les rues de Bujumbura

M. NDAYIRAGIJE Samuel,Directeur Général de l'Office Burundais pour la Protection de l'Environnement (OBPE) - Photo : Burundi ECO - 2018

M. NDAYIRAGIJE Samuel,Directeur Général de l’Office Burundais pour la Protection de l’Environnement (OBPE) – Photo : Burundi ECO – 2018

ENVIRONNEMENT, URBANISME, SECURITE – L’Office Burundais pour la Protection de l’Environnement tire la sonnette d’alarme concernant le conflit prégnant entre l’Homme et la Nature : Cas des Hippopotames qui se multiplient dans les rues de Bujumbura.

Burundi : Cas des Hippopotames qui se multiplient dans les rues de Bujumbura ( Photo : ikiriho 2017 )

Burundi : Cas des Hippopotames qui se multiplient dans les rues de Bujumbura ( Photo : ikiriho 2017 )

Bujumbura, Samedi 17 mars 2018 – M. NDAYIRAGIJE Samuel,Directeur Général de l’Office Burundais pour la Protection de l’Environnement (OBPE), s’est adressé ce matin à la presse pour évoquer le conflit entre l’Homme et l’Hippopotame à Bujumbura.

Burundi : Cas des Hippopotames qui se multiplient dans les rues de Bujumbura ( Photo : igihe 2017 )

Burundi : Cas des Hippopotames qui se multiplient dans les rues de Bujumbura ( Photo : igihe 2017 )

Selon M. NDAYIRAGIJE : “Il y a beaucoup d’hippopotames qu’on trouve errants dans les quartiers de la ville de Bujumbura comme Kabondo, et d’un autre qu’on trouve sur le terrain Tempête. On n’en trouve aussi dans les quartiers Kibenga, Kinindo et Gisyo“.

Burundi : Cas des Hippopotames qui se multiplient dans les rues de Bujumbura ( Photo : ikiriho 2017 )

Burundi : Cas des Hippopotames qui se multiplient dans les rues de Bujumbura ( Photo : ikiriho 2017 )

L’OBPE met en cause le non respect des lois existants en terme d’urbanisme : “Les zones jadis réservées aux pâturages des hippopotames sont actuellement occupées par des infrastructures. La construction de celles-ci ne respecte pas le code de l’environnement qui accorde 150 m de zone tampon à partir des rives des lacs…Un hippopotame doit brouter entre 1000 kg, 1500 kg voire plus par jour. La zone où ils étaient étant devenue exiguë suite aux constructions, les animaux doivent aller le plus loin possible à la recherche de l’herbe …Il y a parfois des combats entre ces animaux suite à l’exiguïté de leurs lieux de pâturage où les plus forts veulent imposer leurs lois et surtout les mâles. Celui qui est vaincu doit quitter le troupeau pour aller se réfugier ailleurs“.

La SOCIETE des BARUNDI ( Photo : AGNEWS 2017 )

La SOCIETE des BARUNDI ( Photo : AGNEWS 2017 )

Au Burundi, le – (mu)TUTSI – [ http://burundi-agnews.org/bilan/burundi-en-2017-les-tutsi-ont-protege-et-aide-a-plus-entreprendre/ ] NDAYIRAGIJE, en charge de vérification de LA GESTION JUSTE de la POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE BURUNDAISE, tire la sonnette d’alarme. Depuis 2005, une POLITIQUE DE MODERNISATION DE LA GESTION DU TERRITOIRE est en cours [ http://burundi-agnews.org/philosophie.htm ]. Qu’en est il du bilan ? Car si la question n’est pas très bien prise en compte, les risques de conflits entre l’Humain et la Nature, notamment, ne feront qu’augmenter et auront des conséquences désastreuses.

L' ORGANISATION des BARUNDI ( Photo : AGNEWS 2017 )

L’ ORGANISATION des BARUNDI ( Photo : AGNEWS 2017 )

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le samedi 17 mars 2018

Facebook Comments