Burundi: Un avocat belge accuse Bujumbura d’avoir des relations avec le FDLR

2010-09-26-03-35-27-u-HARASABWA-IPEREREZA-KU-RUPFU-RWA-RUZIBIZAA Bruxelles, ce vendredi 8 mai 2015,  M. Bernard Maingain , avocat de M. Alexis Sinduhije ( frappé d’un mandat d’arrêt international ), le Président du MSD, qui est une formation politique d’anarchistes violents burundais, vient de salir à nouveau l’image du Burundi.  Il dit qu’il vient de faire des révélations à l’ONU, on ne sait de quelle manière,  affirmant que 2 agents secrets lui aurait dit  que le Burundi entretiendrait des relations avec le FDLR ( l’opposition rwandaise HUTU). Son idée, comme celui de la France, est de tenter de provoquer une guerre entre le Rwanda et le Burundi.
Voilà la dernière trouvaille Belge pour tenter de saboter les élections burundaises dont la campagne électorale commence ce dimanche 10 mai 2015.
Du côtés des autorités burundaises, on déplore les moyens de nuisances que déploient la Belgique actuellement …
Tout le monde sait qu’en Europe, et en Belgique surtout, de nombreux Rwandais HUTU  FDLR y vivent et ont acquis la nationalité Belge. Faut-il alors que le Burundi écrive à l’ONU, via média interposés, pour dire qu’il y a des FDLR en Belgique ?
Le Ministère des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale  du Burundi a rassuré le Gouvernement du Rwanda qu’aucun élément des FDLR ne se trouve sur le territoire burundais.  C’est un argumentaire que les opposants politiques et certains activistes de la société civile burundaise, avec leurs parrains Français et  Belges,  utilise. Le Ministère burundais termine en disant qu’ils évoquent la présence des FDLR et des INTERAHAMWE sur le sol burundais dans le but de créer la confusion au niveau des bonnes relations d’amitié et de coopération qui existent entre 2 pays frères…

Le Belge Bernard  Maingain est revenu avec le dossier d’armement des jeunes militants du CNDD-FDD par Bujumbura,  comme l’avait mentionné l’ancien patron du BNUB en avril 2014, mais qui n’a jamais pu y apporter la moindre preuve, et surtout qu’il a dû diplomatiquement  se rétracter car il s’agissait tout bonnement d’un mensonge dont l’objectif était de stopper la coopération militaire du Burundi avec la RDC Congo.
Aujourd’hui, l’armée burundaise ( la Force Nationale de Défense FDN  ) doit faire  face à cette attaque médiatique malsaine organisée, au départ,  par la France, la Belgique, puis ensuite par l’Angleterre, et les USA de Mme SAMANTHA POWER …  Cette attaque médiatique d’envergure a des conséquences économiques qui se chiffrent à plusieurs milliards d’USD de pertes pour le Burundi !   Ces pays qui attaquent le Burundi ne veulent pas  que s’organisent des élections démocratiques  au Burundi…

DAM, NY, AGNEWS, le vendredi 8 mai 2015

Facebook Comments