Photo : © PNUD Burundi / Geneviève Delaunoy / 2016 - Vue sur une cellule de la prison pour femmes de Ngozi au Burundi

Burundi : La prison de Ngozi travaille à améliorer l’hygiène …

Share Button
Photo : © PNUD Burundi / Geneviève Delaunoy / 2016 - Vue sur une cellule de la prison pour femmes de Ngozi au Burundi

Photo : © PNUD Burundi / Geneviève Delaunoy / 2016 – Vue sur une cellule de la prison pour femmes de Ngozi au Burundi

Mme Scholastique Nahishakiye travaille à l’amélioration de l’hygiène dans son établissement pénitentiaire.

A Ngozi ( au nord du Burundi ), ce mardi 5 juillet 2016,  Mme Scholastique Nahishakiye, directrice de la prison de Ngozi, a évoqué 2 grands défis pour son établissement pénitentiaire, touchant à l’hygiène. Cela concerne surtout le quartier des femmes. 111 femmes, incarcérées à 96 % pour infanticide, vivent dans cette prison comprenant une capacité de 250 places au maximum. L’hygiène, c’est le quotidien…

L’équipe propreté de la prison fait face à 2 types de problèmes liés à l’hygiène : 1/ les fosses septiques sont toujours débordés ( Avec l’aide de l’Etat et de la Croix Rouge – CICR – , des solutions sont à l’étude ) ; 2/ le mauvais approvisionnement en eau à cause d’une quantité insuffisante octroyée par la REGIDESO ( La REGIDESO, en attendant, va faire son possible pour mettre à disposition plus d’eau et  promet qu’une solution à long terme est sur la table avec le projet LVWATSAN II au niveau de l’East African Community EAC  financé par la Banque Africaine de Développement BAD qui verra le jour en 2017  ).

Au Burundi, dans la prison de Ngozi, les équipes d’hygiène travaillent chaque matin et chaque soir en vue de rendre propre leur établissement pénitentiaire afin de permettre aux prisonnières de vivre dignement leur incarcération.

DAM, NY, AGNEWS, le mercredi 6 juillet 2016

Facebook Comments