Burundi : Les Barundi inquiet de l'arrestation de KEMI SEBA ( Photo : Kemi Seba Officiel‏ @KemiSeba1 2017 )

Burundi : Les Barundi inquiets de l’arrestation de KEMI SEBA

Share Button
Burundi : Les Barundi inquiet de l'arrestation de KEMI SEBA ( Photo : Kemi Seba Officiel‏ @KemiSeba1 2017 )

Burundi : Les Barundi inquiet de l’arrestation de KEMI SEBA ( Photo : Kemi Seba Officiel‏ @KemiSeba1 2017 )

GEOPOLITIQUE AFRICAINE, COLONISATION , EXCLAVAGE – Les Barundi inquiets de l’arrestation du Panafricaniste KEMI SEBA, agressé par les familles d’ex-Colons et d’ex-exclavagistes encore fortement présents en Afrique, et demandent une intervention de S.E. MACKY SALL et de l’UNION AFRICAINE pour sa libération immédiate.

A Dakar, au Sénégal, ce mardi 29 août 2017, M. Kémi Séba, militant panafricaniste, a été arrêté pour la destruction d’un billet de 5.000 francs CFA (7,6 euros) lors d’une manifestation avec les partisans Sénégalais ANTI-FRANC CFA, le samedi 19 août 2017 à Dakar.

M. Kémi Séba mène depuis quelques mois une campagne contre le franc CFA, signifiant aujourd’hui – Franc de la Communauté Financière d’Afrique – mais en réalité qui est resté comme à ses début « Franc des Colonies Françaises d’Afrique ».
Il y a une année un scandale a été mis à jour par un banquier Allemand en fin de carrière. En effet, l’Afrique Francophone de la zone CFA verse 400 Milliards EUR par An à la France [ http://www.ivoirebusiness.net/articles/scandale-selon-un-journal-allemand-lafrique-verse-400-milliards-deuros-par-%C3%A0-la-france ]. Voilà le pourquoi du combat citoyen et panafricain de M. KEMI SEBA, mais aussi la vraie cause de son arrestation.
En France, il y a quelques années un artiste célèbre du nom de GAINSBOURG avait brûlé un billet de 500 Franc Français en direct à la télévision nationale française. Il n’y avait pas eu de poursuite.
Les Barundi souhaitent que S.E. MACKY SALL puisse intervenir en faveur de cet honorable combattant Africain des temps modernes, en exigeant sa libération immédiate.
Dans la région des Grands Lacs Africain, la RDC Congo exporte chaque année pour près de 1.000 Milliards USD. Une cinquantaine de multinationales occidentales se partagent 990 Milliards USD par an et laisse 10 Milliards USD comme budget nationale aux Congolais. Chaque 5 ans, lors des élections, les politiciens Congolais se disputent les 10 Milliards USD.
Feu Mandela et Feu Kadhafi, en 2001, à Durban, lors d’une rencontre mémorable de l’Union Africaine, s’étaient mis d’accord pour que l’Afrique se munisse d’une armée africaine, pour bouter dehors tous ces prédateurs qui prennent en otage l’Afrique.
Malheureusement les 2 personnalités sont mortes et le projet est aujourd’hui tomber à l’eau. Pour rappel, c’est Feu Khadafi qui finançait quasi à lui seul la Future armée africaine.  Sarkozi ( Président de la France ) et le Réseau US OBAMA / SOROS ont mis fin à Feu Khadafi, sous les yeux des leaders africains.

La rue et de nombreuses autorités du Burundi sont indignés par cette agression contre M. KEMI SEBA. La rue burundaise demande aux autorités Barundi de s’adresser directement à S.E. MACKY SALL Président du Sénégal et à l’Union Africaine pour qu’elle prenne cette affaire KEMI SEBA en main, en exigeant sa libération immédiate.
Le Burundi, qui, actuellement est frappé de plein fouet par le conflit d’ordre géopolitique CHINE – OCCIDENT ( les fameuses 50 multinationales occidentales dans les Grands Lacs africains ), en sait quelques choses. Une des tares de la justice internationale est de ne pas avoir “JUGER” les familles qui ont pratiqué la Colonisation et l’Esclavage. La Colonisation est un crime contre l’Humanité. Aujourd’hui, le Burundi, comme KEMI SEBA, sont attaqués par ces mêmes familles de Colons et d’esclavagistes … Le comble, pour le Burundi, est que ces mêmes familles de colons, patrons de ces fameuses multinationales, préparent pour septembre 2017 aux Conseils des Droits de l’Homme des Nations Unis, une résolution pour poursuivre à la Cour Pénale Internationale (CPI) les autorités Barundi qui n’ont pas accepté leur agenda -GEOSTRATEGIQUE- dans les Grands Lacs africains. En ce moment, une pression énorme est mise à l’encontre de la procureur de la CPI, Mme Fatou Bensouda, pour qu’elle ouvre une enquête contre le Burundi avant octobre 2017 [ http://www.jeuneafrique.com/466943/societe/burundi-la-cpi-pourra-t-elle-ouvrir-une-enquete-avant-le-retrait-de-bujumbura-du-statut-de-rome-le-27-octobre/ ] car le Burundi a décidé de se retirer de cette cour en 2016 après avoir observé ( le cas Gbagbo Laurent ) qu’il s’agissait d’un piège de ces mêmes familles occidentales de Colons et d’ex-esclavagistes …

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le mardi 29 août 2017

Facebook Comments