Deux femmes portant leurs enfants albinos, en mai 2014 à Dar es Salaam, ancienne capitale tanzanienne. Selon des groupes de défense des albinos, il y aurait environ 100 000 albinos en Tanzanie, sur une population totale de 48 millions d’habitants. / BUNYAMIN AYGUN / AFP

Burundi : Arrestation de trafiquants d’organes d’albinos à Cankuzo

Share Button
Deux femmes portant leurs enfants albinos, en mai 2014 à Dar es Salaam, ancienne capitale tanzanienne. Selon des groupes de défense des albinos, il y aurait environ 100 000 albinos en Tanzanie, sur une population totale de 48 millions d’habitants. / BUNYAMIN AYGUN / AFP

Deux femmes portant leurs enfants albinos, en mai 2014 à Dar es Salaam, ancienne capitale tanzanienne. Selon des groupes de défense des albinos, il y aurait environ 100 000 albinos en Tanzanie, sur une population totale de 48 millions d’habitants. / BUNYAMIN AYGUN / AFP

SECURITE, SOCIETE, CULTURE, DROIT DE L’HOMME – Arrestation de 5 hommes accusés de vente d’organes d’un enfant albinos en commune Mishiha

A Cankuzo, à l’Est du Burundi frontière avec la Tanzanie, commune Mishiha, dans la nuit du lundi 9 octobre 2017, la Police Nationale du Burundi (PNB), alerté par les membres du comité mixte de sécurité, a arrêté 5 hommes originaires de la commune Kigamba, impliqués dans l’enlèvement et l’assassinat d’un enfant albinos originaire de la colline Musemo en commune Mishiha. Ils ont été pris la main dans le sac alors qu’ils se cherchaient des clients pour acheter un sac contenant les os de leur victime : une jeune fille albinos. Pour M. Bizimana Anaclet, administrateur de la commune Mishiha, il s’agit, sans aucun doute, de Mlle Ntiharirizwa Dévote, enfant âgée de 4 ans, disparue le mercredi 23 mars 2016, originaire de la colline Musemo en commune Mishiha.
Ces 5 hommes de la commune Kigamba sont : M. Kwizera Jean de Dieu ( colline Rwamvura ) ; M. Miburo Cyprien ( colline Rwamvura ); M. Nzoyihera Siméon ( colline Humure I) ; M. Ngayabosha Sylvestre ; et M. Banyiyezako Jonas ( colline Saswe).

Au Burundi, ces 5 individus ont été transférés dès mardi 10 octobre 2017 au parquet de Cankuzo pour audition. Aujourd’hui, le sacrifice humain est un crime, condamné à la perpétuité. Dans la tradition burundaise et tanzanienne, les enfants nés avec un handicap, albinos, enfants jumeaux, et les vieilles personnes, sont perçus comme des signes de la nature ou de notre univers. Ainsi certains Barundi et Tanzaniens leur accordent des pouvoirs spécifiques ( des entendements d’ordre culturel )…

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le jeudi 12 octobre 2017

Facebook Comments