Burundi: La Sécurité Publique contre la porosité frontalière.

 

Le ministre de la sécurité Publique, M. Gabriel Nizigama  / Photo iwacu-burundi.org

Le ministre de la sécurité Publique, M. Gabriel Nizigama  a rencontré les représentants des policiers burundais afin de faire le point sur la sécurité au niveau national. Globalement le niveau de sécurité est assez bon. Mais la sécurité publique  semble démunie face à la porosité des frontières avec la Tanzanie et la RDC Congo. D'où  l'Etat du Burundi envisage renforcer sa coopération internationale en matière judiciaire. Le Burundi va adopter la « Convention de Palerme » …
 
A Butihinda,ce week end,  le ministre de la sécurité Publique, M. Gabriel Nizigama  et  les représentants de la police nationale burundaise (PNB) se sont entretenu sur le niveau de sécurité au niveau national à quelques mois des festivités du cinquantenaire de l'Indépendance du Burundi.
 
On y a évoqué quelques succès interessant de ces derniers jours à la Police, comme :
– A Bujumbura, la Police Nationale Burundaise  vient d'arrêter  un ex-policier Eric Cishahayo, déserteur de la Police, originaire de la province Mwaro, commune Bisoro. Il se cachait depuis plusieurs mois à Buyenzi(Bujumbura). Plusieurs charges pèsent contre ce dernier,notamment d'avoir aidé un détenu, un certain Evariste Kagabo, à s’évader de la prison centrale de Mpimba. Il avait pris la fuite dans un premier temps en Tanzanie. Là il avait rejoint un certain Kabirigi (ex membre aussi des corps de sécurité) qui s'annonçait leader d'une nouvelle rebellion burundaise (FRD – Abanyagihugu). La PNB et les services de renseignement avaient retrouvé sa trace grâce à une photo où Eric Cishahayo apparaîssait aux côté de Kabirigi, du journaliste de RFI / Bonesha  Hassan Ruvakuki, et certains militants d'un parti  membre de l'ADC Ikibiri, précisemment l' UPD-Zigamibanga. Il s'agissait de Emmanuel Ndereyimana, Jacqueline Nijembazi, Ismaël Mvuyekure, et d'autres, sur ce support photo  pris à Milamila en Tanzanie. Selon les collègues de  nyabusorongo.org,  au lendemain de l’arrestation d' Alexis Sinduhije  (leader du MSD, membre de l'ADC Ikibiri) à Dar-Es-Salaam,en début d'année, certains membres de cette organisation FRD – Abanyagihugu  avaient  du fuir vers la RDC Congo;
– Toujours à Bujumbura, la police nationale du Burundi (PNB) a arrêté la semaine dernière  en commune Nyakabiga  ( Bujumbura mairie)  deux faussaires. D'après, M. Elie Bizindavyi, le porte parole de la PNB, ces individues étaient en possession de 220 cachets, de documents administratifs comme des diplômes de toutes sorte et des bulletins scolaires;
– A Muramvya, 3 bandits faisant partie d’un groupe de 7 bandits recherchés ont été appréhendés. Cette bande armée de machettes s’illustrait par des vols à main armée et des viols dans les ménages  de plusieurs collines des communes de Kiganda et de Muramya (Sources M. Fiacre N. / RNTB) …
Cette réunion, conduite par le Ministre,  le général  Gabriel Nizigama,  s'est  focalisé  sur la situation sécuritaire surtout à  la région Est composée par les provinces Karuzi, Cankuzo et Muyinga (frontalière avec la Tanzanie). Les commissaires régionaux de cette zone ont décrit une situation globalement bonne. Cependant, ils constatent le développement d'un grand banditisme (bandes armées) occasionnel qui profite de cette région frontalière "assez poreuse" pour commettre des forfaits  pour ensuite fuire en Tanzanie pour y prendre refuge. De plus,c'est un terreau propice  aux trafiquants de stupéfiants organisés par des commerçants Burundais et Tanzaniens, aidés par quelques policiers ripoux.
 
Selon le bilan de ces commissaires régionaux, des décisions fermes ont été prises afin d'erradiquer ces situations… L’engagement de la police nationale va redoubler au vue des préparatifs du 50ème anniversaire de l’indépendance du Burundi.  En même temps, du côté de l'Etat, en vue d'être plus efficace dans la collaboration entre les forces de l'ordre et la justice (national et international),  l’Assemblée nationale  du Burundi vient d'adopter un projet de loi portant contre la criminalité transnationale. Il s'agit de la « Convention de Palerme »  qui permettra désormais au Burundi d'appréhender la criminalité transnationale en améliorant la coopération judiciaire internationale.
L'idée de patrouilles policières communes (avec des policiers de deux pays) aux frontières (burundo-congolaises et burundo tanzaniennes) sont aussi des pistes qu'il faudra voir comment exploiter au sein des ensembles CEPGL et EAC.
 
DAM,NY,AGnews, le 26 mars 2012.
Facebook Comments