Burundi: Échec de l’appel à klaxonner des anti-NKURUNZIZA

( Photo: igihe.bi )
( Photo: igihe.bi )

A Bujumbura, ce jeudi 2 avril 2015, les organisations de la société civile burundaise ( des enfants de l’élite de l’ancienne dictature des Bahima burundais Micombero, Bagaza, et Buyoya) avait demandé  à la population burundaise de klaxonner à 12h20 minutes pour dire non à ce qu’ils appellent  -le 3ème mandat- du très populaire président africain du Burundi, S.E. Pierre NKURUNZIZA [ http://burundi-agnews.org/sports-and-games/?p=15828 ]. Détail important, cette manifestation n’était localisée qu’à Bujumbura.

L’échec fut retentissant !  Il a fallut que certains  média privés, qui leur sont proches idéologiquement,  viennent faire du recollage pour sauver ce qu’il y avait encore à sauver et  titrer  :  “Klaxon pour dire non au troisième mandat du président Nkurunziza” (RPA) ;  “Klaxon pour dire non au troisième mandat du président Nkurunziza” (igihe.bi / Radio Rwandaise) ou  “Concert de klaxons pour le « non au 3ème mandat »” (iwacu-burundi.org);  “Halte au 3 ème mandat: Du bruit en signe de contestation” (telerenaissance.bi) etc…
Mais au final, la tentative de sauver les meubles de leurs associations semble avoir échouée.  Il n’y avait que, quasi du vide !

Au Burundi, l’Espace Médiatique, qui est un Espace Public, est le Monopole des Bahima burundais [ http://burundi-agnews.org/sports-and-games/?p=16403  ]. Cela pose un problème de sécurité nationale, qui touche l’image de l’économie burundaise à l’intérieur du pays et à l’étranger.  Cela coûte très cher au Burundi, enfin surtout la parole n’est pas donnée à tout le monde.  Certains sont exclus !   Car les Bahima burundais, qui sont issus d’une ethnie qui a régné au Burundi sous la Dictature militaire de 1966 à 2005 et qui a fait plus de 4,5 Millions de victimes Barundi : le fameux génocide-régicide du Burundi contre les Bahutu Barundi – http://www.burundi-agnews.org/génocide.htm ), utilisent les média, qui occupent un espace normalement public, soit pour mener leur propre politique (ethnique)  ou pour répandre la peur et les rumeurs au sein de la population burundaise (Cfr. Radio mille colline en 1994 ) [ http://burundi-agnews.org/sports-and-games/?p=16256 ].
Les  média des Bahima burundais,  soit 78% de l’espace médiatique burundais en 2014, ne favorisent que leurs associations ( choix ethniques ) au sein de la société civile burundaise [ http://burundi-agnews.org/sports-and-games/?p=16211]. Cela crée un malaise dans la société  et particulièrement dans la société civile burundaise  car la majorité silencieuse n’a pas droit au chapitre…
A quelques semaines des élections démocratiques, il est demandé au Conseil Nationale de la Communication CNC du Burundi d’être vigilant. C’est à dire de sanctionner si il y  a faute et de contrôler le temps de parole accorder à tout en chacun sur ces différents média …

DAM, NY, AGNEWS, le vendredi 3 avril 2015

Facebook Comments