Burundi: Arrestation de 4 rebelles burundais au Sud-Kivu (Police RDC).

Succès de la  Police Congolaise (RDC)  /  Photo Digitalcongo.net

Succès de la police congolaise, les autorités burundaises sont contentes et applaudissent …  La vaillante police congolaise  vient d'arréter 4 terroristes burundais. La justice burundaise et congolaise sont entrain de se coordonner en vue d'une possible extradition ou d'un jugement en terre congolaise.

 
4 membres des Forces pour la restauration de la démocratie au Burundi (FRD) arrétés en RDC.
(Source Digitalcongo.net) Il y a deux jours, la police congolaise, appuyée par des militaires du 104ème régiment, a arrêté à Sange dans le territoire d’Uvira frontalier au Burundi, quatre ressortissants burundais qui se faisaient passer pour des Congolais.
L’un de quatre suspects détenait une carte de service des enseignants d’une école d’Uvira. Les autres seraient des militaires déserteurs (ex-FAB ou armée du burundi sous la dictature des Bahima burundais -Micombero/Bagaza/Buyoya -). Ils feraient partie d’un mouvement politico militaire burundais dénommé Force pour la restauration de la démocratie au Burundi (FRD). Ces personnes ont été appréhendées dans la matinée, après un bouclage effectué par la police dans le quartier Musenyi. 
Après une fouille de leur habitation, six armes AK 47, des documents et un sceau ont été trouvés portant les mentions de la FRD. Ces personnes ont dit à la police qu’ils projetaient d’installer l’Etat-major de leur mouvement à Sange et leur base à Marungu, localité située dans les hauts plateaux d’Uvira.
 
Le lien des FRD à l'ADC Ikibiri du Burundi …
L'ADC Ikibiri est un regoupement ou une coalition politique créée en mai 2010 par des partis politiques burundais en vue des élections. Après leur défaite cuisante aux élections, ce groupement,ne reconnaissant pas le verdict des urnes, s'est mis à répercuter sur la population burundaise des actes terroristes ( attentats à la grenade ; assassinats de citoyens ciblés membres du parti CNDD-FDD etc.)
(source nyabusorongo.org) Il y a de cela quelques jours, le G4 du FRD venait d’être arrêté par la Police nationale burundaise (PNB). Il se cachait depuis plusieurs mois dans la commune urbaine de Buyenzi. Il avait été cueilli par des éléments de la Police, en piteux état, amaigri et crotté. Il s’appelle Eric Cishahayo, un déserteur de la Police, originaire de la province Mwaro, commune Bisoro. Plusieurs charges pèsent contre lui pour avoir déserté la police en amenant avec lui son arme de service et surtout pour avoir aidé un détenu, un certain Evariste Kagabo, à s’évader de la prison centrale de Mpimba. Il s’était dirigé vers la Tanzanie. La Police qui le recherchait avait perdu toute trace de lui jusqu’au jour où, en novembre dernier, un certain Kabirigi annonçe qu’un mouvement rebelle était prêt à en découdre avec le pouvoir de Bujumbura. C’est à ce moment précis qu’on l’a vu poser pour une photo avec tout l’Etat-Major rebelle. ce mouvement, déclarait Kabirigi à la presse, s’appelait FRD – Abanyagihugu.  Avant de démarrer « officiellement » la lutte armée contre le Burundi, une réunion entre bureau politique et l’Etat-Major a eu lieu à Milamila en tanzanie, réunion à laquelle avait d’ailleurs participé notre désormais célèbre journaliste  de Radio France International (RFI) / Bonesha  et chargé de la communication de ce nouveau mouvement rebelle Hassan Ruvakuki, membre du parti UPD-Zigamibanga, en compagnie d’autres membres de ce parti comme Emmanuel Ndereyimana, Jacqueline Nijembazi, Ismaël Mvuyekure, et d'autres. A Cankuzo, le FRD avait tenté attaquer …Sur 83 hommes de ce mouvement, 57 étaient tombés, en quelques heures de combat inégal, sous les balles de l’armée régulière Force de Défense Nationale (FDN). 17 avaient été faits prisonniers. Les quelques rescapés s'étaient éparpillés. Leur Grand Chef Jean-Petty Nduwimana avait préféré se cacher en République Démocratique du Congo RDC. Il avait coupé tout contact avec ces fuyards tandis que Kabirigi, autoproclamé Chef d’Etat-Major, désormais seul, est allé se cacher en Tanzanie. Mais au lendemain de l’arrestation d'Alexis Sinduhije (accusé par les Nations Unis d'être l'instigateur de cette rebellion à cause de ses nombreux contact avec des trafficants d'armes) à Dar-Es-Salaam, Kabirigi avait fui vers la RDC.  Les services de renseignement du Burundi en avaient dès lors informé la RDC.
 
L'armement de cette rebellion burundaise en RDC.
En septembre dernier, à Gatumba  (frontière entre la RDC et le Burundi) , dans un bar, une quarantaine de citoyens burundais avaient été sauvagement assassinés par des membres d'un groupement terroriste venue de la RDC.  Finalement, la police burundaise avait réussi à remonter le reseau. Fin novembre 2011, le jugement du procès contre les suspects de ce drame  avait condamné fermement les auteurs. Mais des enquêtes se poursuivent notamment sur l'armement de ce groupe terroriste basé en  RDC … Selon les bruits qui courrent, une piste sérieuse  est actuellement menée conjointement par la Justice congolaise et burundaise  autour d'individus proches de la chaîne France 24. 
Selon toujours ces souces, cette enquete encours s'est nourrit du rapport de l’ONU qui accuse  Alexis Sinduhije (Président du MSD, membre de l'ADC Ikibiri) d’être à la tête d'un groupe armée. (source onusiènne) Le Groupe d’experts de l’ONU sur la RDC avait accusé le  Burundais Alexis Sinduhije, qui avait été arrêté  en janvier 2012 en Tanzanie ( puis relaché par manque de coopération judiciaire entre la Tanzanie et le Burundi ), d’être à la tête d'une nouvelle rébellion burundaise opèrant principalement à partir de l'est de la RDC mais aussi de la Tanzanie. Selon ce rapport, présenté devant le Conseil de sécurité le 30 décembre dernier, M. Sinduhije  aurait été désigné responsable par les représentants de l'ADC Ikibiri (opposition burundaise) pour le ralliemment des soutiens politiques dans la région  et la récolte des fonds pour le financement des groupes armés.
 
DAM, NY, AGnews, le 12 avril 2012.
Facebook Comments