Burundi: Le MSD avoue son lien avec Coup d’Etat raté du mercredi 13 mai 2015

Share Button
Le policier supplie de ne pas le tuer. ( VOICI LES PHOTOS PRISES PAR UN DIPLOMATE À MUSAGA, PAR LES JEUNES DU PARTI MSD. LES INSURGÉS POSENT FIÈREMENT AVEC UN POLICIER ENSANGLATÉ QU'ILS S'APPRÊTENT À BRULER VIF... LE DIPLOMATE DIT NE PAS CONNAÎTRE LA SUITE DE CE QU'ILS ONT FAIT DE LEUR PROIE. )

Le policier supplie de ne pas le tuer. ( VOICI LES PHOTOS PRISES PAR UN DIPLOMATE À MUSAGA, PAR LES JEUNES DU PARTI MSD. LES INSURGÉS POSENT FIÈREMENT AVEC UN POLICIER ENSANGLATÉ QU’ILS S’APPRÊTENT À BRULER VIF… LE DIPLOMATE DIT NE PAS CONNAÎTRE LA SUITE DE CE QU’ILS ONT FAIT DE LEUR PROIE. ) – Avril / Mai 2015.

Depuis quelque part ( en occident certainement), ce mercredi 15 juillet 2015, interviewé sur France 24, M. Alexis Sinduhije, président du Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD), une organisation politique burundaise regroupant des anarchistes violents, a parlé de la participation active des membres de sa formation politique lors des manifestations violents anti-Nkurunziza qui ont eu lieu dans 4 quartiers de Bujumbura entre avril et mai 2015.

Le plus important, à travers cet interview  de France 24 [ https://www.youtube.com/watch?v=4HC0md4PiLo ], pour la poursuite des enquêtes judiciaires en cours au Burundi, M. Alexis Sinduhije a avoué être “avec les généraux” qui ont tenté un coup d’Etat militaire ayant échoué le mercredi 13 mai 2015.
Dernièrement, un des Généraux,  a révélé à la presse internationale être, avec ses collaborateurs, les responsables des jets de grenades meurtrières qui ont tué de nombreux citoyens innocents et quelques membres des forces de l’ordre burundais ( Policiers et militaires).
M. Alexis Sinduhije  est déjà frappé d’un mandat d’arrêt international pour des violences qu’il a organisé en mars 2014 au Burundi, avec séquestration de policiers.

Un policier tabassé et blessé par des jeunes drogués à Bujumbura. ( VOICI LES PHOTOS PRISES PAR UN DIPLOMATE À MUSAGA, PAR LES JEUNES DU PARTI MSD. LES INSURGÉS POSENT FIÈREMENT AVEC UN POLICIER ENSANGLATÉ QU'ILS S'APPRÊTENT À BRULER VIF... LE DIPLOMATE DIT NE PAS CONNAÎTRE LA SUITE DE CE QU'ILS ONT FAIT DE LEUR PROIE. )

Un policier tabassé et blessé par des jeunes drogués à Bujumbura. ( VOICI LES PHOTOS PRISES PAR UN DIPLOMATE À MUSAGA, PAR LES JEUNES DU PARTI MSD. LES INSURGÉS POSENT FIÈREMENT AVEC UN POLICIER ENSANGLATÉ QU’ILS S’APPRÊTENT À BRULER VIF… LE DIPLOMATE DIT NE PAS CONNAÎTRE LA SUITE DE CE QU’ILS ONT FAIT DE LEUR PROIE. ) Avril – Mai 015

Le MSD, lors des élections démocratiques, législatives et Communales,  du lundi 29 juin 2015, a fait un score de 0,71% ( soit 20 275 burundais sur 2 856 112 votants ). A titre de comparaison, le CNDD-FDD, le 1er parti politique du Burundi, a fait 60,28% ( soit 1 721 629 burundais sur 2 856 112 votants ). [ http://www.ceniburundi.bi/IMG/pdf/deputes_national_2015-2.pdf ]
Le Burundi organise entre juin et de juillet 2015 ses 3èmes élections démocratiques consécutives depuis 2005, année de la fin de la Dictature des Bahima Burundais ( Micombero, Bagaza, et Buyoya ) qui a fait en 40 de pouvoir plus de 4.5 Millions de victimes, le fameux génocide régicide contre les Barundi : http://www.burundi-agnews.org/genocide.htm ; http://www.burundi-agnews.org/ccburundi.htm ; et  http://www.burundi-agnews.org/agnews_refugees.htm . Le Burundi est le premier pays de la Région de la Communauté économique des Pays des Grands Lacs (CEPGL)  ( RDC Congo, Rwanda, et Burundi )  à réussir cette performance de gouvernance démocratique.
Pourtant le Burundi a été victime depuis avril 2015 d’une “Révolution de Couleur initiée par les USA, la France et la Belgique“, qui devait faire échec à ses 3èmes élections démocratiques de 2015.  Cette “Révolution de Couleur à la sauce burkinabé au Burundi“, après quelques semaines de manifestations devaient se clôturer par un  Coup d’État qui a eu lieu le mercredi 13 juin 2015 mais qui a échoué.  Depuis les diplomaties américaines, françaises et belges font tout pour discréditer les élections en cours au Burundi notamment en faisant outils de leurs relations aux Nations-Unis, à l’Union Européenne et à l’Union Africaine. Leur argumentaire est construit sur un mensonge, car ils affirment  que le Candidat  Président du Burundi – Nkurunziza –  a triché en modifiant la Constitution et que, donc, son mandat est anti-constitutionnelle et contre les Accords d’Arusha. Alors que

DAM, NY, AGNEWS, le jeudi 16 juillet 2015

Facebook Comments