Burundi/RDC-Congo: Parmi le M23, des Rwandais Hutu (ex-FDLR) et Tutsi

A Chanzu, Goma, au Nord-Kivu, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, sur terrain avec des diplomates étrangers (Photo : Digitalcongo.net)
A Chanzu, Goma, au Nord-Kivu, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, sur terrain avec des diplomates étrangers (Photo : Digitalcongo.net)

Sécurité – Vendredi 8 novembre 2013,  à Chanzu puis à Kanyaruchinya à 5kms de Goma, au Nord-Kivu, l’Etat Congolais, représenté par le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku,  a  présenté 287 rebelles de la force négative du M23 capturés, aux diplomates américain, français, belge, russe, allemand, zambien, égyptien, ougandais, tanzanien, zimbabwéen, Sud africain, dont des membres de la mission de vérification regroupant les délégués de 11 États membres de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs  (CIRGL)…

Des centaines de tonnes de munitions et des armes lourdes de longue portée ont été abandonnées sur le lieu. « C’est une question d’Etats », ont expliqué les diplomates s’adressant à la presse.
Encadrés par les Forces Armées de la République  Démocratique du Congo (FARDC), les diplomates ont pu découvrir les visages et les origines de ces 287 éléments M23 capturés. On avait parmi eux des anciens FDLR (Hutu Rwandais), des Ougandais, des Rwandais (Tutsi) et particulièrement des jeunes rwandais (Hutu) refoulés de la Tanzanie.

Parmi les commentaires, certains étaient étonnés de voir Hutu et Tutsi Rwandais (réunis) coalisés au sein de la rébellion -force négative- du M23 du chef Sultani Makenga,exilé en Ouganda.
Ce lundi, 11 novembre 2013, le chef de la diplomatie congolaise, le ministre Raymond Tshibanda répondant à une question de la presse a confirmé la signature assurément à Kampala en Ouganda de l’Accord de paix avec le M23.
Le ministre Raymond Tshibanda a ajouté : « Nous avons signé le certificat de décès des groupes armés dans l’Est du pays”. Selon les diplomates venus à Goma, la preuve est donnée que les Conflits internes Rwandais et Ougandais ont leurs répercussions fortes en RDC Congo.

Au Burundi, la  question sécuritaire en provinces Sud Kivu  et Nord Kivu  est aussi une question de sécurité intérieur.  La perméabilité des frontières avec la RDC  et la présence des groupes armés dans la région (force négative) sont des préoccupations quotidiennes des forces de sécurité.

DAM, NY, AGNEWS, le 11 novembre 2013

Facebook Comments