Burundi: Remise du rapport des mécanismes de justice transitionnelle à l'ONU.

Share Button

Justice / Droit de l’Homme  – Les bonnes nouvelles ne viennent pas seul  car la commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) vient de recevoir  une dotation de 150 000 EURO, de la part du  bureau de l’ambassade du royaume des Pays Bas, et  dans le même temps,  le Ministre des Relations extérieures et de la coopération internationale, l’amb. Laurent Kavakure  remet  le  rapport du comité technique chargé de la préparation de la mise en place des mécanismes de justice transitionnelle à la Représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies au Burundi Mme Karin Landgren.

Ce vendredi, le Ministre des Affaires Etrangères du Burundi,  M. Laurent KAVAKURE a remis en main propre à l’ONU le rapport des mécanismes de justice transitionnelle burundaise.   Mme Karin Landgren  a  de suite salué  la décision du gouvernement du Burundi d’avancer dans le domaine de justice de transition. Pour elle, c’est une décision très positive.

Pendant quatre décennies le Burundi a vécu sous une des dictatures les plus meurtrières de l’Histoire. La Dictature des Bahima burundais (Micombero, Bagaza, et Buyoya) a fait plus de 2.5 millions de victimes dont plus 900 000 morts parmi les Bahutu Barundi, comprenant des Batutsi et des Baganwa.  Un généticien belge  se rendra bientôt au Burundi   en vue d’ identifier le corps du jeune muganwa (prince) Charles Ndizeye, intronisé sous contrainte par  les Bahima burundais  devenant NTARE V  après la destitution de son père la mwami  S.A.R   Mwambutsa IV  en juillet 1966,  et  renversé  le 28 novembre 1966 par le colonel Michel Michombero. Lors du génocide des Bahutu Barundi en avril 1972,  le jeune Roi  Charles Ndizeye sera  assassiné et jeté dans une fosse commune avec les siens  sur ordre du régime dictatorial des Bahima burundais.

DAM, NY, AGnews, le 19 novembre 2011.

 

Facebook Comments