Burundi: Les Tambours Royaux – symbole ésotérique – reconnus à l'UNESCO

Share Button
Le Tambour, symbole du Royaume millénaire du Burundi - Ingoma y'Uburundi

Le Tambour, symbole du Royaume millénaire du Burundi – Ingoma y’Uburundi

Un combat ésotérique de gagner – le Tambour  Royal reconnu  à l’UNESCO

A  Paris, à l’UNESCO,   ce jeudi 27 novembre 2014, les Tambours -Royaux- du Burundi ont été inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.  Le Burundi a dû user de toute son imagination pour que ce pas de géant soit réalisé. M. Adolphe RUKENKANYA, Ministre burundais de la Culture, a  présenté la question du Tambour sous l’angle de danse rituelle au tambour royal « ingoma z’i Burundi » sur la Liste Représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Et, le dossier est passé.
Certes les Barundi auraient aimé que le – Tambour  royal burundais – suffise à lui seul pour convaincre mais c’est déjà une étape importante pour les enfants de l’ancien Royaume millénaire du Burundi -Ingoma y’Uburundi- [ http://www.burundi-agnews.org/histoire_du_burundi.htm ]  …

Ce sont donc -les tambours du Burundi qui ont été inscrits, ce jeudi 27 novembre 2014, sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité de l’UNESCO. Ainsi que la danse rituelle au tambour royal qui est un spectacle qui associe le son du battement des tambours à des danses, de la poésie héroïque et des chants traditionnels -.
Le Tambour du Burundi -Ingoma y’Uburundi – est un symbole ésotérique important.   Autrefois, le Royaume millénaire du Burundi s’appelait – Ingoma Y’Uburundi –  …  C’est un objet sacré essentiel du – code ésotérique  des Barundi  –  qui était, à l’époque,   l’équivalent de – la Constitution actuelle – que l’on retrouve dans les Etats de Droits démocratique moderne. Au niveau de l’Histoire du Burundi, à côté des référents sociologiques que sont – la logique du fleuve NIL -; la langue Bantu ; le travail des métaux (ex. le Fer); et la religion,   c’est le – Tambour Royal – qui fait le lien entre les divers dynasties étatiques et politiques, notamment les dernières –  Balenge et Baganwa – que les Barundi ont connus entre – 1210 av.JC à 1966 ap.JC.
Ce symbole ésotérique qu’est le – Tambour Royal du Burundi – Ingoma y’Uburundi – fait la distinction (ethnique) entre les peuples des Barundi et ceux des Bahima.  Le Tambour Royal du Burundi  identifie – la culture, la coutume et les mœurs des Barundi.
Par ailleurs, si l’on observe l’évolution du drapeau du Burundi en 1962, sous le Royaume des Barundi -Ingoma Y’Uburundi-  ce dernier avait comme insignes dessinés : le Tambour Royal et une fleur de sorgho, soit  2 symboles politiques importants pour les Barundi.
En 1966, lorsque les Bahima burundais arrivent au pouvoir avec le dictateur Michel Micombero, en renversant cette Monarchie millénaire africaine ( aidé dans cette sale besogne par la France ), ces derniers suppriment le Tambour et la fleur de sorgho. Les Bahima burundais et leurs associés français, remplacent les symboles ésotériques Barundi par 3 étoiles que portent encore le drapeau du Burundi encore aujourd’hui.

Des symboles institutionelles au Burundi qui traumatisent ...

Des symboles institutionnelles au Burundi qui traumatisent …

Le Drapeau à l’Indépendance du Burundi en 1962; avec 2 symboles qui comptent beaucoup pour les Barundi : Le Tambour « Karyenda » et « une fleur de Sorgho ».

Cette reconnaissance du – Tambour Royal des Barundi –  à l’UNESCO prouve à ceux qui ne l’on pas encore compris, que depuis 2005, le Burundi a changé. Pour cause, les enfants de l’ex- Royaume millénaire du Burundi sont de retour au pouvoir après 4 décennies d’une des dictatures qui aura été des plus féroces dans l’Histoire du Monde. La dictature des Bahima burundais (Micombero, Bagaza, et Buyoya) a fait plus de – 4.5 millions de victimes Barundi ( sur une population qui compte actuellement quelques 9 millions d’habitants).

DAM, NY, AGNEWS, le vendredi 28 novembre 2014

Facebook Comments