Burundi : Le 1er Coup d’Etat Belge de 1929 ethnicise les Barundi

HISTOIRE, SOCIETE – L’Historien BIREHANISENGE : 1929, le 1er Coup d’Etat Belge : Disparition des institutions de régulation sociale ( ABAPFUMU, ex. ABAHANUZI en 1926 ); Disparitions des 133 chefferies; et Ethnicisation du Burundi (  La Belgique met en avant  de FAUSSES ETHNIES CRÉÉES pour supplanter et réorganiser les COMMUNAUTES – IMIRYANGO -, base organisationnelle des Barundi ). Il s’agit de violations du STATUT DE PROTECTORAT de 1910, qui confère la POLITIQUE INTERIEUR AUX BARUNDI.

Colonisation : Le Sénat du Burundi réflechit sur la réforme administrative belge de 1929 ( Photo : ikiriho 2017 )

Colonisation : Le Sénat du Burundi réflechit sur la réforme administrative belge de 1929 ( Photo : ikiriho 2017 )

BUJUMBURA, Mardi 25 septembre 2018 – AGNEWS, s’est intéressé au 1er Coup d’Etat Belge de 1929 au Burundi. M. BIREHANISENGE Amani, historien Burundais , explique que le Sénat, sous l’impulsion de l’Honorable Ndikuriyo Réverien, Président du Sénat du Burundi,a mène une réflexion à Bujumbura, au siège du Sénat, le jeudi 29 juin 2017 [ http://burundi-agnews.org/histoire/colonisation-le-senat-du-burundi-reflechit-sur-la-reforme-administrative-belge-de-1929/ ], sur la « La réforme administrative sous le mandat belge en 1929 et ses conséquences », encadrée par 4 professeurs de l’Université du Burundi, des experts dans les domaines du droit, de l’anthropologie, de l’histoire,et des sciences politiques. Des professeurs comme Sentamba Elias , le Dr Nzosaba Laurent , le Dr Manirambona Jean Bosco et le Dr Ndayizeye Léonidas, étaient présents. Le rapport de cette réflexion SENATORIALE BURUNDAISE sur la Réforme Administrative de 1929 accordera plus son focus sur l’ethnisme et la colonisation belge – l’ETHNICISATION des institutions burundaises, où les COMMUNAUTES BARUNDI ( plus de 200 ) – IMIRYANGO – seront classés , selon la science OCCIDENTALE, en BAHUTU, BATUTSI ( BANYARUGURU, HIMA ), BATWA, et BAGANWA [ http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2007/02/agnews_les_clans_burundais.jpg, tiré d’une liste de M. Eugène SIMONS (Administrateur territorial, 1944)].

M. BIREHANISENGE Amani explique qu’au delà de l’ETHNICISATION du BURUNDI ( remplacer les COMMUNAUTES IMIRYANGO par les ETHNIES CREES ), conséquence de cette REFORME BELGE DE 1929, il faut aller au delà.
Suite au Traité de Kiganda de 1903, le statut du Burundi comme protectorat de la Société des Nations de 1910, ayant comme protecteur l’Empire Allemand Austro-Hongrois, a été remplacé à 6 reprises, en 1912, 1921, 1929, 1934, 1947, et enfin en 1959. Le Ruanda-Urundi, administré par la Belgique sous le régime du Mandat de la Société des Nations et ensuite sous celui de la Tutelle de l’Organisation des Nations Unies, sera uni administrativement au Congo belge en 1925.
La réforme administrative initiée en 1929 organisera le Burundi en 18 territoires, chaque territoire comprenant 2 chefferies, entités politiques et administratives traditionnelles. Cette réforme sera illégale car à l’encontre du statut du Burundi qui était un PROTECTORAT de la SOCIETE DES NATIONS (SDN). Ce statut de PROTECTORAT interdit le PROTECTEUR -LA BELGIQUE – de s’imiscier dans la POLITIQUE INTERIEUR qui est une prérogative du PROTEGE -LE BURUNDI-. Or cette réforme réorganise le TERRITOIRE tout en préservant une administration traditionnelle ( en conservant les BAGANWA et en nommant de nouveaux BATWARE ).
Cet entorse vis à vis du STATUT DE PROTECTORAT avait été pensée dès 1923 par le Résident Pierre Ryckmans qui voulait une réforme de l’organisation administrative traditionnelle pour pouvoir la contrôler. M. Ryckmans souhaitait limiter le grand nombre de chefferies sans limites géographiques existantes à cette époque ( 133 chefferies [*] en 1929). Due aux ALLIANCES LOCALES FRACTALES entre COMMUNAUTES (IMIRYANGO), l’autorité de certains MWAMI LOCAUX ( DES CHEFS D’ALLIANCES COMMUNAUTAIRES LOCALES = ABATWARE ) s’étendait sur des domaines enclavés dans des territoires dépendant d’autres MWAMI LOCAUX. Cela perturbait M. Ryckmans, de plus, il trouvait, selon lui, que certains BAMI LOCAUX étaient incompétents et inaptes. Lorsque la Belgique réalise sa réforme administrative en 1929, l’objectif sera le regroupement des 133 entités administratives en des entités plus larges, plus viables, limitées par des repères topographiques naturels, comme des rivières, sommets de colline etc, et non plus par les ALLIANCES LOCALES FRACTALES. La réforme de 1929 destituera les BATWARE ou BAMI LOCAUX dit “chefs incompétents et/ou indignes” [ http://graingeweb.com/Burundi/Burundi_home/history/adminstration-belge.html ] par la BELGIQUE, en totale infraction du STATUS DE PROTECTORAT de 1910.

Au Burundi, selon M. BIREHANISENGE Amani, à cela il faut ajouter, comme autre entorse BELGE au STATUT DE PROTECTORAT de 1910, le dernier MUHANUZI Barundi, sous MWAMBUTSA BAGIRICENGA, était NTIRWIHISHA alias RUNYOTA ( celui qui est induit de Cendres ) KANYARUFUNSO ( celui des Papyrus ). En 1926, au Burundi, MPFUMU MUHANUZI KANYARUFUNSO ( dit RUNYOTA ) est assassiné par le COLON BELGE. MPFUMU KANYARUFUNSO appartenait à la DYNASTIE DES BAHANUZI, une institution de REGULATEURS BARUNDI, accolée aux BAMI ( CHEFS D’ETAT ) BARUNDI. Le pouvoir d’INGOMA Y’UBURUNDI ( du Burundi ), avec cette INSTITUTION du MPFUMU MUHANUZI, était BICEPHALE. Un MWAMI ne pouvait REGNER que si il avait UNE VISION donc VISIONNAIRE. Cette institution correspondait à celle du GRAND PRÊTRE D’AMON en Ancienne Égypte. Mpfumu KANYARUFUNSO fut le DERNIER MPFUMU MUHANUZI du BURUNDI. La DISPARITION DE CETTE INSTITUTION permettra au DESORDRE ( HIMA ) de s’installer au BURUNDI, de DESHARMONISER le BURUNDI.

Dans la Tradition des Barundi, les mots BAHUTU, BATUTSI, BATWA existaient mais ce n’était pas des ETHNIES. Par exemple HUTU [ http://burundi-agnews.org/hutu/ ] représentait les PRODUCTEURS BARUNDI, TUTSI [ http://burundi-agnews.org/tutsi/ ] les GESTIONNAIRES JUSTES BARUNDI, TWA [ http://burundi-agnews.org/twa/ ] une catégorie des BAPFUMU BARUNDI, soit des REGULATEURS BARUNDI ( Les BATWA étaient les scientifiques Barundi ). Bref, HUTU, TUTSI, TWA représentaient des entités sociales liés à l’organisation socio-économique du Burundi. Les BAHANUZI comme KANYARUFONZO RUNYOTA est une autre catégorie des BAPFUMU BARUNDI / REGULATEURS BARUNDI.

M. BIREHANISENGE Amani termine en disant que la réforme administrative de 1929 est le 1er Coup d’Etat Belge, car, en violation du STATUT DE PROTECTORAT de 1910, qui conférait la POLITIQUE INTÉRIEUR AUX BARUNDI.

[*] La Belgique supprimera les chefferies, entités politiques le 22 septembre 1960, pour les remplacer par des provinces. Les chefs seront purement et simplement mis à la retraite au profit d’administrateurs provinciaux, recrutés par l’administration belge [ http://burundi-agnews.org/histoire/burundi-le-2eme-coup-detat-belge-de-1959-a-destitue-mwambutsa-iv/ ].

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, Mardi 25 septembre 2018

Facebook Comments