Burundi-ONU: Le Parti UPRONA pas content de M. Bathily et boycott le dialogue MENUB

Share Button
M. Gaston Sindimwo ( photo: IGIHE.BI )

M. Gaston Sindimwo ( photo: IGIHE.BI )

A Bujumbura,  ce mardi 23 juin 2015, M. Gaston Sindimwo, Secrétaire Général UPRONA, 3ème formation politique du pays, a fustigié le comportement de M. Abdoulaye Bathily,  représentant de l’ONU, qui a manqué, dans son comportement, surtout en tant qu’Africain,  de respect, aux personnes et  aux institutions du Burundi.
A peine débarqué dimanche 21 juin 2015 au Burundi, M. Abdoulaye Bathily a lancé le dialogue inter-burundais du MENUB (institution onusienne) dès ce mardi 23 juin 2015, au lieu de d’abord aller saluer toutes les autorités du Burundi, comme la bienséance oblige,  et, de faire un petit tour avec chaque acteur politique burundais, pour faire connaissance et surtout de savoir ce qu’il en est de la situation.
Voici les propos du SG de l’Uprona,  M. Gaston Sindimwo :  ” Abdoulaye Bathily, nous le connaissons ce Monsieur. C’est un Sénégalais qui, aujourd’hui, veut donner des leçons ici au Burundi. Nous le respectons parce qu’il est l’Envoyé des Nations Unies, nous respectons ce qu’il va faire, nous attendons les conseils qu’il va nous donner. Mais n’attendons pas prendre des décisions par rapport à ses positions ou aux positions des Nations Unies. Les Nations Unies doivent coopérer. Mais pas les Nations Unies seulement. Même les pays de la sous-région ou les pays de l’Union européenne. Ils prodiguent des conseils mais c’est à la souveraineté de la nation, du pays, de prendre des décisions qui vont à l’endroit de la bonne marche de notre vie du pays. Je vous dis, la problématique des élections, ça révèle de la souveraineté nationale. Ce n’est pas de la souveraineté internationale ou quoi. Abdoulaye Bathily arrive au Burundi, il convie les partis politiques sans d’abord se présenter aux instances habilitées. C’est inadmissible !”
Le Burundi, avec la majorité de ses acteurs politiques, est fatigué de la sournoiserie internationale qui s’oppose à ce que les Burundais fassent leurs 3ème élections démocratiques en cette année 2015, parce que les USA et la France dont la Belgique, pays de l’Union Européenne, cachés derrière l’ONU,  ne veulent pas.

DAM, NY, AGNEWS, le mercredi 24 juin 2015

Facebook Comments