Burundi-Diaspora: Donner la parole aux survivants du Génocide – Régicide

Share Button
M. David Niyonzima,  Président du Trauma Heiling and Réconcilition Services au Burundi

M. David Niyonzima, Président du Trauma Heiling and Réconcilition Services au Burundi

Dernièrement aux USA,  à l’Eglise unis des – Frères Baptist –  de Wenatchee, au nord de Washington,  M. David Niyonzima, président d’une association qui tente  de réconcilier les Barundi et surtout d’aider à soigner leurs nombreux traumatismes vécus – pendant la Dictature des Bahima Burundais (Micombero, Bagaza, Buyoya) –  au cours du Génocide – Régicide du Burundi, était  l’ invité du jour.

M. Niyonzima fait actuellement  une série de conférences à travers  tous les États-Unis. Et cette semaine, il était, à Wenatchee, invité par M. John Braun, ancien pasteur de l’Eglise unis des – Frères Baptist –  de Wenatchee.

M. David Niyonzima leur a expliqué comment son association procède au Burundi pour tenter de guérir les victimes des violents traumatisantes causés  lors du Génocide – Régicide contre les Bahutu Barundi : Cela se passe par séance en groupe avec un animateur formé à l’écoute active. M. Niyonzima insiste sur le fait que  la guérison est possible et est un effort de groupe. Sa méthode se base sur la mise en confiance de chacun à travers un groupe. En partageant leur douleur, les gens peuvent commencer à voir l’autre différemment…

En octobre 1993, M. Niyonzima  a failli mourir lorsque des jeunes BaHima  ont attaqué l’école où il enseignait. Beaucoup de ses collègues et amis ont été tués. Il a survécu en se cachant dans une fossé en dessous d’une voiture.
La Dictature des Bahima Burundais a fait plus de 4,5 Millions de victimes Bahutu Barundi en près de 40 ans.
Aujourd’hui, pour aider à la reconstruction du pays, après la période noire de la Dictature et de la guerre civile, M. David Niyonzima et son organisation essayent de canaliser les rivalités violentes existantes notamment entre les BaHutu et les BaHima, pour les amener à se réconcilier.  M.Niyonzima insiste sur le fait  que ses compatriotes ont besoin de voir l’autre comme un Burundais ,et non comme un ennemi.

DAM, NY, AGNEWS, le 17 octobre 2013

Facebook Comments