Burundi: L’alliance entre l’ADC IKIBIRI et le M23

Share Button
Le colonel Makenga et ses hommes du M23, le 8 juillet 2012. REUTERS/James Akena

Le colonel Makenga et ses hommes du M23, le 8 juillet 2012.REUTERS/James Akena

Selon  un rapport de l’ONU  publié le 12 octobre 2012 [1] , l’ “ADC IKIBIRI” (MSD et FNL) s’est allié avec le M-23 soutenu par le Rwanda et l’Ouganda. Il s’agit d’une alliance financière et militaire.

Des combats intenses entre les FARDC et le M23 ont lieu dans la zone de Kibumba, frontalière du Rwanda, poussant des milliers de civils à fuir.  Les Casques bleus de l’ONU, avec les FARDC,  tentent de stopper l’avancée de la rébellion qui se rapproche de Goma,  avec des hélicoptères de combat…   A Bujumbura, on vient d’assister à un changement au niveau des services de sécurités. Désormais, le problème M-23 inquiète !

Depuis 2010, des partis politiques burundais (MSD – CNDD – FRODEBU – FNL) qui ont perdu les élections démocratiques se sont regroupés dans une alliance – ADC Ikibiri -. Cette organisation essaie depuis de mettre en place une rébellion en place afin de remettre en question le processus démocratique et de relancer des négociations de partage du pouvoir … Mais en vain ! Le gouvernement démocratique burundais a un soutien indéfectible de sa population.
Suite aux échecs d’implantation d’une rébellion intérieur au Burundi, une tentative d’implantation en Tanzanie (avec couverture médiatique -voir affaire Hassan Ruvakuki [journaliste RFI/BONESHA]-) a échoué. Ce dernière avait été précédée par une autre tentative en RDC ( avec couverture médiatique France 24 ) …
Il y a quelques jours des bandits armées [2] ont tenté de perturber la sécurité à Cibitoke. Les forces de sécurités burundaises  les ont  arrêté, grâce à une vigilance de la population burundaise à la frontière avec la RDC. Ces perturbations sécuritaires ont été revendiquées par un groupe inconnu (lié à l’ADC IKIBIRI).

– En RDC, l’ ADC Ikibiri (MSD-FNL), – force négative- qui participe au pillage et aux violences envers la population congolaise à l’Est de la RDC, serait déjà dans un processus judiciaire engagé par la justice congolaise auprès de la Cour Pénale Internationale de la Haye (CPI).
– Au Burundi, grâce à la bonne coopération militaire RDC-Burundi, l’Etat arrive à sécuriser les provinces frontalières.
Des procès judiciaires ont eu lieu ou sont en cours contre des membres de ces groupements de terreur vis à vis des populations civiles burundaises et congolaises. La justice burundaise est freinée de manière permanente à cause de la pression de lobbies internationaux ( via des réseaux politiques, médiatiques et de droits de l’homme).
– A plus grande échelle, il serait souhaitable que l’ONU puisse aider à poursuivre judiciairement les financiers puissants de ces groupements terroristes qui sévissent dans la région en vivant du pillage des matières premières en RDC.
L’ONU et l’EAC (East African Community)  devraient, ensemble, tenter de résoudre – le conflit Rwandais – qui pèse sur toute la Région des Grands Lacs depuis le Génocide de 1994.

Notes :

[1] Letter dated 12 October 2012 from the Group of Experts ont the Democratic Republic of Congo adressed to the Chairman of the Security Council Committee established pursuant to resolution 1533(2004) concerning the Democratic Republic of the Congo (DRC-GOE-Final-Report-12-October-12-1-1-1.pdf).
 
[2] Voici quelques faits relatés par Radio Okapi (média de l’ONU en RDC) qui parle de la présence des FNL an RDC :   

  • 21 Aout 2012 : Les Forces armées de la RDC (FARDC) ont capturé 2 rebelles burundais des Forces nationales de libération (FNL) et deux armes AK 47 au cours d’une attaque près d’Uvira (Sud-Kivu),selon le commandant du 1011è bataillon des FARDC, lieutenant-colonel Omari.  «On ne sait pas avec quel groupe armé local ces rebelles collaborent dans la région après la mort du chef milicien Baleke qui les dirigeaient».
  • 8 Octobre 2012 :  A la clôture de sa mission à Uvira,  le commandant des Forces armées de la RDC (FARDC) chargé des opérations militaires au Sud-Kivu, le colonel Delphin Kahimbi, dément  les rumeurs de la présence de l’armée burundaise des Forces de Défense National (FDN) sur le sol congolais.
    « Donc il n’y a pas de déploiement militaire des forces burundaises sur le sol congolais. L’armée burundaise ne traverse pas le sol congolais quand elle veut pour traquer les rebelles des FNL au Congo »
    Le colonel Kahimbi des FARDC explique que des équipes de renseignement congolaises avec des unités burundaises travaillent ensemble (sous commandement congolais) pour sécuriser leurs frontières.
    Une de ces équipes de renseignements mixtes a débusqué une des planques d’armes importantes du FNL en territoire congolaise. Voici les propose du colonel Delphin Kahimbi : « Je confirme qu’il y avait 5 agents burundais chargés de vérifier les renseignements qui ont été fournis par les capturés au Burundi qui faisaient état de la cache d’armes vers Mutarule de quelques munitions et effectivement nous sommes tombés sur les armes des FNL qui sont cachés au bord de la rivière Luberizi grâce à cette mission … Les opérations militaires conjointes qui sont menées c’est entre les deux armées et c’est dans le respect de l’espace territorial ».
    Il faut rappeler que la RDC et le Burundi ont signé à Nairobi au Kenya un mécanisme de vérification conjointe de renseignements à leur frontière commune.
  • 24 Octobre 2012 : Un groupe d’auto-défense a libéré 4 personnes enlevées le week end dernier au quartier Kakombe dans la cité d’Uvira par les rebelles burundais du Front national de libération (FNL). Les anciens otages, quatre garçons âgés de 15 à 19 ans, n’ont pas encore révélé les conditions de leur libération.
    Des témoins affirment que les FNL exigeaient la libération de 4 personnes dont une femme, son bébé et deux combattants FNL détenus par les militaires congolais avant de libérer leurs otages.
    Les combattants du groupe d’autodéfense qui ont libéré ces otages affirment avoir capturé 10 rebelles burundais qu’ils auraient conduits au 1111e bataillon des Forces armées de la RDC (FARDC).
  • 29 Octobre 2012 : Des rebelles burundais des Forces nationales de libération (FNL) ont incendié 300 habitations construites en pailles dans 10 villages des hauts plateaux d’Uvira au Sud-Kivu, selon le chef de groupement de Bijombo, Dete Amisi. 7 civils Congolais ont été tués dont 5 femmes. Dans le village de Masango, les FNL protestaient contre la capture de leurs éléments par un groupe d’autodéfense populaire locale.
    Ces assaillants FNL sont venus de Mushule et de la forêt d’Itombwe. Ils ont mis le feu sur les maisons, sur les objets ménagers et les ustensiles de cuisine. Ils ont ensuite emporté 4 vaches avant de se retirer à Ruhuha, un autre village situé sur la chaîne de Mitumba. Environ 3000 Congolais auraient fui vers d’autres villages plus sécurisés notamment Mukara, Katanga et Bikinga. Le commandant FARDC du 1111e régiment a déployé ses troupes à Rubarati, un autre village de moyens plateaux où s’est repliés le groupe d’autodéfense populaire.

DAM, NY, AGNEWS, le 18 novembre 2012.

Facebook Comments