Burundi/USA: Une cargaison US -d’armes- suspecte à l’aéroport de Bujumbura

Share Button
Le BURUNDI et les USA en 2014

Le BURUNDI et les USA en 2014

Sécurité – A Bujumbura, depuis quelques jours ( semaine du 8 au 14 juin 2015), les autorités burundaises  ont intercepté une grande cargaison diplomatique américaine suspecte à la principale aéroport du pays.   Selon les autorités de la sécurité burundaise, il s’agit d’une grande cargaison d’armes et de munitions provenant des USA.  L’ambassadrice des USA refuse aux autorités burundaises de vérifier le contenu de cette cargaison désignée comme un simple colis diplomatique. Or, les services de contre-espionnages du Burundi affirment bel et bien qu’il s’agit d’armes et de munitions en très grandes quantités.
Au mois de mai, une grande cargaison d’armes en provenance de France avait été aussi interceptée juste après la période du Coup d’Etat manqué du mercredi 13 mai 2015.   Pourquoi cette arrivée massive d’armes et de munitions vers le Burundi ?

Mme Samantha Power ,USA

Mme Samantha Power ,USA

Au Burundi, depuis le Coup d’Etat manqué du mois de mai 2015,  les services de sécurité sont en alerte Rouge concernant une guerre en préparation que le Rwanda ( M23, Réseau Buyoya, MSD etc ) compte mener contre les Barundi,  et dont les USA , la Belgique et la France ( l’Occident )  sont les instigateurs…
Des gendarmes Français, des militaires américains et Belges sont en ce moment au Burundi pour surveiller leurs ambassades respectives. Aujourd’hui, ils sont scrutés 24H sur 24 par les services de sécurité du Burundi.
Les USA ne sont plus les amis des Barundi depuis qu’ils courent que les Américains, avec la France et la Belgique, étaient impliqués fortement dans le Coup d’Etat manqué du mois de mai 2015 au Burundi.  Les USA n’ont jamais caché leur mépris à l’égard des institutions démocratiques des Barundi notamment, en 1993, lorsque le peuple des Barundi a élu son 1er Président démocratiquement élu.  Feu Melchior Ndadaye a disparu, sauvagement assassiné par les militaires Hima burundais proche du Dictateur Pierre Buyoya,  3 mois après son élection.  Cette fois-ci, la Cour Constitutionnelle du Burundi a expliqué en 7 pages pourquoi la candidature du très populaire président africain du Burundi, S.E. NKURUNZIZA Pierre était éligible.  Avant même, que cette Cour ne se prononce, le Secrétaire d’Etat John Kerry, depuis Naïrobi (Kenya), avec un mépris sans égal pour les institutions démocratiques burundaises, annonçait qu’il ne reconnaissait pas la candidature NKURUNZIZA.
A Bujumbura, on sait  que c’est le refus des Contrats impérialistes exigés à S.E. Nkurunziza qui en sont la cause principale de la crise géopolitique que vit le Burundi actuellement. Les USA, pour leurs multinationales ( et les multinationales Françaises, Belges et Européennes ), exigeaient des contrats miniers sur 90 ans avec 5% pour l’Etat du Burundi et 95% pour les USA. Or au Burundi, on est prêt pour des contrats miniers sur 30 ans, avec 30% pour l’ETAT du Burundi et 70% pour l’autre partenaire qui a investit. Ensuite, après 30 ans, on repart pour un tour de 30 ans, avec 70% pour les Barundi et 30% pour la multinationale partenaire.  Les USA ont refusé et ont commencé leur menace,sans aucun sentiment pour les Barundi,  contre le Président du Burundi, S.E. NKURUNZIZA Pierre…
Concernant cette cargaison d’armes mobilisée à Bujumbura, les USA menacent de la renvoyer avec des représailles qui vont suivre contre le Burundi. Les forces de sécurité burundaises se demandent si ces cargaisons d’armes ne sont pas liées aussi à la pression diplomatique suspecte de ces derniers jours où certains diplomates européens et africains ( membres de l’Union Africaine comme couverture, agents de la C.I.A. ou de la FrançAfrique ) tentent à tout prix de faire venir une force armée internationale au Burundi, soit disant pour désarmer ce qu’ils appellent la milice IMBONERAKURE, qui représente tous  les militants du CNDD-FDD de moins de 35 ans. Le Burundi étant pays  à population très jeune, c’est une façon indirecte de s’attaquer au CNDD-FDD, la 1ère force politique du pays… Par ailleurs, une des résolutions du Conseil de la Paix de l’Union Africaine vient de donner raison à cette hypothèse.

DAM, NY, AGNEWS, le lundi 15 juin 2015

Facebook Comments