Burundi : La Belgique devenue un pays destabilisateur de la Région des Grands Lacs

Share Button
Pie Ntavyohanyuma, Gervais Rufyikiri et Sylvère Nimpagaritse reçu par Didier RENDERS ( Photo Bujumbura News )

Pie Ntavyohanyuma, Gervais Rufyikiri et Sylvère Nimpagaritse reçu par Didier RENDERS ( Photo Bujumbura News )

A Bujumbura, ce samedi 12 septembre 2015, AGnews a voulu savoir où en était les relations entre le Burundi et la Belgique.  M. Albéric Nsabimana, universitaire de l’Université du Burundi, nous a accordé un moment pour parler de ces relations Belgo-Burundaise qui se sont tendus ces derniers mois.

220px-Louis_Michel

M. Albéric Nsabimana : ” Officiellement, les relations diplomatiques entre le Burundi et la Belgique sont normales, bien que la Belgique a gelé sa coopération avec le Burundi.”

M. Nsabimana revient sur l’événement du mercredi 13 mai 2015, lors du Coup d’Etat manqué : “En Belgique, selon les agents de la SNR dans ce pays, mercredi 13 mai 2015, le jour du Putch raté au Burundi et les jours qui ont précédé, il était intéressant de voir que les 2 média Télévisés principaux Belges francophones – RTBF  (public) et RTL TVI (privé)- n’ont offert aucune place au gouvernement du Burundi pour s’exprimer. Ils ne mettaient tous en avant que l’opposition burundaise anti-Nkurunziza. Les média flamands, tous, étaient tournés vers la position américaine. Ainsi les Barundi,  vivant en Belgique, étaient tous désinformés. Certains ont même développé des crises d’angoisses liées au passée du Génocide [ http://burundi-agnews.org/genocide.htm ] que les Barundi ont vécu de 1965 à 2005. Le même sentiment d’angoisse qui a provoqué au Burundi l’exode de dizaines de milliers de Burundais vers les pays voisins. Ce sont les Rumeurs Média qui ont été à la base de la fuite de Burundais en Tanzanie, en RDC Congo et au Rwanda. Revenons au jour J du putsch. Voici ce que disait le Ministre des relations extérieurs Belges, M. Renders :  la Belgique a tenté, mais en vain, de faire passer le « message » aux responsables du parti du président qu’il « serait préférable d’opter pour une transition avec un autre candidat ” [ http://www.lesoir.be/877952/article/actualite/monde/2015-05-13/reynders-sur-crise-au-burundi-nous-sommes-en-etat-d-alerte]. “… la Belgique avait, avec d’autres acteurs internationaux, comme l’Union européenne et les États-Unis, tenté de dissuader M. Nkurunziza de briguer un troisième mandat … [ http://www.sudinfo.be/1286514/article/2015-05-13/coup-d-etat-au-burundi-didier-reynders-appelle-tous-les-acteurs-a-la-retenue-et ]

L’ambassadeur Patrick SPIRLET est le nouveau Représentant de l’Union Européenne au Burundi.

L’ambassadeur Patrick SPIRLET est le nouveau Représentant de l’Union Européenne au Burundi.

Ainsi on remarque que la Belgique n’a pas condamné la tentative de Coup d’Etat [ http://www.rtbf.be/info/monde/detail_burundi-la-police-disperse-des-manifestants-rassembles-au-coeur-de-bujumbura?id=8979778 ]. Au contraire, ce Coup d’Etat semblait, pour la Belgique,  être une leçon pour le Régime du Burundi.
Le jeudi 14 mai 2015, alors que le Coup d’État semble avoir échoué, le député Dirk Van der Maelen (sp.a) s’est emporté sur  M. Reynders qui n’aurait pas réagi correctement le mercredi 13 mai 2015. C’est à dire envoyer des militaires belges en appui aux putschistes comme l’aurait recommandé les USA, lors de la phase préparatoire du putsch. En Belgique, les Flamands sont liés fortement à la politique étrangère américaine. Ce sont souvent leurs spécialistes  comme le Prof. Filip Reyntjens qui sont leur agent de liaison concernant l’Afrique des Grands Lacs   [ http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/2320102/2015/05/13/L-attitude-de-Reynders-face-a-la-crise-au-Burundi-critiquee.dhtml  | http://www.rtbf.be/info/monde/detail_burundi-la-police-disperse-des-manifestants-rassembles-au-coeur-de-bujumbura?id=8979778  | http://www.iwacu-burundi.org/analyse-scenarios-pour-le-burundi/ ].  Le Prof. Filip Reyntjens est celui qui a confirmé ( sans y croire ) aux USA que le mandat de Nkurunziza Pierre était anti constitutionnel selon lui [ https://bujanews.wordpress.com/2015/04/27/scenarios-pour-le-burundi-par-le-professeur-filip-reyntjens/ ], alors que  la Cour Constitutionnelle du Burundi [ http://burundi-agnews.org/justice/?p=17582 ] et un autre jeune professeur flamand –  M. Stef Vandeginste – de l’Université d’Anvers disaient totalement contraire [ http://buja.mondoblog.org/files/2014/11/Eligibilite-President-Burundi.pdf ].

Prof. Filip Reyntjens ( photo : iwacu-burundi.org)

Prof. Filip Reyntjens ( photo : iwacu-burundi.org)

Le rôle  du  Prof. Filip Reyntjens était désinformé pour le compte des USA  … C’est à dire pouvoir dire qu’un expert a dit que !  Le mardi 1er septembre 2015 au débat face à M. Nyamitwe sur Afrique N°1, le Prof. Filip Reyntjens ment dans son analyse institutionnelle sur le Burundi. Pour lui, l’art. 96 ne contient aucune référence à la modalité de l’élection du Président … Ce qui est faux bien entendu [ http://www.africa1.com/IMG/mp3/le_grand_debat_-_01_09_15_-_pad.mp3 ] voici l’article 96 de la Constitution – Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois -. L’art 96 informe sur le nombre de mandat et sur la modalité électorale du Président“.

Enfin, selon M. Albéric Nsabimana : “La Belgique offrira une carte blanche à Mme Marguerite Barankitse le jeudi 9 juillet 2015 [ https://www.youtube.com/watch?v=w7getg-Qhcw ] au Parlement Bruxellois. Pendant ce discours virulent et agressif contre le Régime burundais, elle affirmera qu’elle part au Rwanda voir les réfugiés burundais [ Cfr 11ème Minute 19 sec. sur la vidéo Youtube ] qui sont dans les camps. Quelques jours plus tard, le lundi 24 juillet 2015,  on apprendra que les jeunes burundais réfugiés dans les camps au Rwanda sont contraints à rallier de force  une rébellion en formation pour attaquer le Burundi [ https://www.youtube.com/watch?v=4GN3pCpWGBYhttp://www.aljazeera.com/news/2015/07/burundi-refugees-lured-join-rebel-group-150724095201444.html].  Il faut rappeler qu’en Mai 2015, suite à une demande de politiciens belges, l’Union Européenne a versé 1,5 Millions d’Euro, pour venir en aide aux Réfugiés burundais  au Rwanda.  3 millions d’euros seront aussi versés en juin 2015, sachant que l’Union Européenne a prévu   52 millions d’Euro en cette année 2015 pour la région des Grands Lacs. Les autorités burundaises ont tenté de prévenir l’Union Européenne pour qu’elle contrôle de manière stricte l’aide financière qu’elle accorde pour aider les réfugiés burundais au Rwanda. Il ne fallait pas que cet argent ne finance une futur guerre dans la région. Le vendredi 10 juillet 2015, des rebelles burundais venues du Rwanda attaque le Burundi. Le Ministre belge Renders dira qu’il : « note avec inquiétude des combats qui seraient en cours dans le nord du Burundi »  [ http://www.lesoir.be/933643/article/actualite/fil-info/fil-info-monde/2015-07-11/burundi-reynders-inquiet-apres-des-accrochages-armes-dans-nord ]“.

L'homme d'affaire et avocat Bernard Maingain ( proche de milieu Libéraux Belges) Photo: RTBF

L’homme d’affaire et avocat Bernard Maingain ( proche de milieu Libéraux Belges) Photo: RTBF

M. Nsabimana reprend : “Aujourd’hui, d’après les informations du Service National de Renseignement (SNR) du Burundi,  la Belgique joue un grand rôle dans la déstabilisation de la sécurité au niveau régional -dans les Grands Lacs Africains- .  Par exemple, la Belgique, depuis quelques semaines, selon les éléments du SNR à Bruxelles,  recherchait des informations fraîches au niveau militaire, parmi les Burundais nouvellement de retour du Burundi. Et l’on voit que ces dernières semaines, et hier vendredi 11 septembre 2015,  ce sont des militaires burundais qui sont devenus les victimes d’assassinats ciblés. Le chef d’Etat Major du Burundi a été victime d’une tentative d’assassinat.”
Selon cet universitaire burundais : ” Les informations militaires recueillis en Belgique par les renseignements militaires belges sont échangées avec le CNARED (ou Conseil national pour le respect de l’Accord d’Arusha et la restauration de l’Etat de Droit) ,  qui lui fait la jonction politique et militaire avec les autorités de KIGALI ( le Rwanda). Pour rappel, le CNARED est un groupuscule créé avec l’appui de la Belgique et de la France. Il rassemble des Burundais ( civiles, politiques, policiers et militaires ) qui sont depuis de nombreuses années des agents de liaisons  qui travaillent avec la Belgique, la France et les USA. Cette organe des services de renseignements belge, français et américain vient d’organiser le 5 septembre 2015 à Bruxelles une conférence  … [ https://www.youtube.com/watch?v=RDAGZ365e6U | https://www.youtube.com/watch?v=R4u410qCmfA#t=95 | https://www.youtube.com/watch?v=bt2qN6kzSWw | https://www.youtube.com/watch?v=1JMSMTHGL6Y | https://www.youtube.com/watch?v=SfudMq4NlZU | https://www.youtube.com/watch?v=SDRRLeiOCfE ].  Le CNARED ( et ses personnalités ) ne représente rien au niveau du rapport de force politique sur la scène burundaise. Le Burundi, malgré sa politique de désarmement mise en place depuis quelques années, se retrouve aujourd’hui inonder d’armes à feu dans les quartiers de Bujumbura en insurrection. Il y a quelques jours un article du journal belge Le Soir évoqué plus de 300 000 armes qui auraient disparu en Belgique [ http://www.express.be/joker/fr/world/en-belgique-plus-de-300000-armes-se-sont-volatilisees/215391.htm ]. Le SNR burundais suit cette piste en vue d’en savoir un peu plus … “.

Pie Ntavyohanyuma, Gervais Rufyikiri et Sylvère Nimpagaritse reçu par Didier RENDERS ( Photo Bujumbura News )

Pie Ntavyohanyuma, Gervais Rufyikiri et Sylvère Nimpagaritse reçu par Didier RENDERS ( Photo Bujumbura News )

Le Burundi a été victime  depuis avril 2015 d’une Révolution de Couleur, organisée par la France, les USA et la Belgique,  qui avait pour ambition un changement de régime. Cette Révolution de Couleur devait déboucher le mercredi 13 mai 2015 par un Coup d’État militaire déposant le très populaire Président africain du Burundi, S.E. Nkurunziza Pierre, et son parti le CNDD-FDD. Le Coup d’État a échoué lamentablement. Dans cette aventure calamiteuse, la France et la Belgique avaient embarqué toute l’UE, en la forçant à marcher au pas, en s’appuyant sur le Représentant de l’UE à Bujumbura, qui lui même est de nationalité Belge et était dans le coup.
Aujourd’hui, à nouveau, selon des sources anonymes du Service Nationale de Renseignement (SNR) du Burundi, la France et la Belgique, appuyés par les USA, sont entrain, à nouveau,  de préparer un autre Coup d’État militaire contre le Burundi. De nombreuses réunions, d’un côté militaire et de l’autre politique, ont actuellement lieu au Rwanda et en Belgique. Une campagne d’assassinats ciblées  contre des personnalités politiques et militaires du Régime burundais a  débuté ces derniers mois … Le Burundi va informer l’Union Africaine de cette situation de violence permanente afin de définir des sanctions [d’ordre économique, restriction de visa, ou encore d’ordre juridique comme une poursuite dans des institutions judiciaires internationales ] contre les soutiens à cette déstabilisation…

DAM, NY, AGNEWS, le samedi 12 septembre 2015

Facebook Comments