Burundi / Culture : Christine Rugurika fait un tabac avec Pas un Regard en Arrière.

Share Button
Photo: facebook.com/Pasunregardenarriere

Photo: facebook.com/Pasunregardenarriere

A Liège ( en Belgique), ce samedi 26 septembre 2015, la réalisatrice Burundo-belge de pièces de théâtre, Mme Christine Rugurika, a fait  sensation lors de la représentation de sa pièce de théâtre “Pas un regard en Arrière”.

le-prix-de-l-inegalite-2740422-250-400Selon un spectateur critique pour AGnews qui a vu la Pièce de théâtre : – Avec  un “Pas un regard en Arrière”, on ne peut pas parler d’un vaudeville à l’africaine, plutôt une satire, car l’auteur raconte dans cette comédie l’histoire de 3 (2) types de femmes africaines qui tentent de s’intégrer dans une société ( en occident ou ailleurs  ) . La pièce fait réfléchir ces dames sur leur comportement. La pièce parle des causes de divorces devenues nombreuses dans la communauté “Black” ( des citoyens d’origine africaine) en occident. Mais, en réalité, il s’agit des raisons de divorces que l’on pourrait même rencontrer au Burundi dans le pays d’origine des parents de l’auteur. La Femme d’aujourd’hui, partagée entre Tradition et Modernité, a changé ou est encore entrain de changer. Et  cela a  bousculé beaucoup de choses autour d’elle. Il lui revient à elle de bien comprendre ses choix et leurs conséquences notamment sur la famille, la société de demain ! Elle peut choisir de vivre au dépend de son mari  mais en occident  ( et ailleurs de plus en plus ) cela n’est plus possible. La société  très mercantile ne croit plus en la Famille, ainsi Maman comme Papa doivent travailler pour faire vivre leur famille. Maman ne peut plus rester à la maison.

Mme Grâce Nkunda ( Photo: africadiligence.com )

Mme Grâce Nkunda ( Photo: africadiligence.com )

Elle doit en sortir … En Afrique on a pas de boulot. En Europe, un salaire ne suffit plus pour faire vivre sa famille. Aux USA, un citoyen pour vivre, doit cumuler plusieurs jobs ou boulots. Voilà la réalité sociale et économique ! Le choix politique de certains pays occidentaux ou africains pour – une société sans justice sociale –  a créé de nombreuses inégalités dont les femmes sont les premières victimes. Ainsi sous pression, elles avancent …  Par ailleurs, cela n’étonne guère que ce soit une femme burundo-française Mme Grace Nkunda, qui,la semaine dernière, rappelait, sur africadiligence.com,  son exigence pour une Afrique où la justice sociale est prise en compte [ http://www.africadiligence.com/grace-nkunda-lexperte-burundaise-exige-une-justice-sociale-dans-lemergence/ ]. En effet, si certains pays occidentaux ( ex. Les USA ), comme l’explique le prix Nobel de l’économie – M.  Joseph E. Stiglitz- ( Le prix de l’inégalité ), ont misé sur des politiques macroéconomiques erronées où la loi fiscale créée des inégalités dans la société ( la majorité de la population devient de plus en plus pauvres alors qu’une minorité s’enrichit de manière inouïe ) et où, la globalisation, avec les mêmes choix de politique fiscale injuste de ces pays,  accentue les inégalités dans leur société en poussant à la disparition des politiques de collectivité menées par l’Etat. D’où de plus en plus, l’Etat n’existant plus, le citoyen fait face, à lui seul, à un monde où la moralité devient celle dictée par le marché. La Modernité est devenue synonyme du Marché. Le Marché, le seul roi. Finalement,  Mme Rugurika avec “Pas un Regard en Arrière” nous aide à réfléchir  sur la société dans laquelle nous voulons vivre  … “.

Photo: facebook.com/Pasunregardenarriere

Photo: facebook.com/Pasunregardenarriere

Au Burundi, en 2014, ces sont les artistes et les sportifs burundais qui ont fait rêvé la jeunesse burundaise [ http://burundi-agnews.org/sports-and-games/?p=15708 ]. Mme  Rugurika, avec un “Pas un regard en Arrière” montre qu’en 2015 le rêve continue …

DAM, NY, AGNEWS, le mardi 29 septembre 2015.

Facebook Comments