Burundi:Le 3 ème acteur sociétal – la société civile Rundi (en 2008)

Share Button

2008 –   La société civile burundaise  est  le troisième acteur de la société burundaise après les partis politiques et l’Etat.    L’année 2008  était  très révélatrice de ce qu’est la globalisation.  Il y a une disproportion entre  les associations  civiles burundaises.   Au travers de celles-ci ,  d’abord on remarque les différents courants  d’influences politiques locales ( Uprona – Cndd/Fdd – Frodebu).  Les associations d’influence  -Uprona -, dont les leaders sont des enfants des anciens dignitaires sous la dictature burundaise des Bahima (1966-2003), sont les mieux munis.  Elles ont un avantage sur les autres qui, il faut le voir,   sont inexistantes.

 

Alors de manière anodine,  on voit que ces organisations jouent de manière forte –le multilatéralisme- . Par ailleurs, dans leurs résolutions elles demandent toujours  à la –Communauté internationale – de  privilégier  les financements autres que celle à l’Etat directement (bilatéral) .   Elles jouissent de soutiens financiers  d’états ou d’ensembles  étrangers (multinationales, fondations,  Canada, USA, ONU –Binub –  etc.  ou  d’autres ONGs  internationaux).  Si on estime  le  budget de l’Etat  du Burundi,  près de 50%  provient des  aides extérieurs.  Sur ce paquet  des aides extérieurs de 100% ,   60%  sont données (prêtées) de manière bilatéral  et  40%  par des voies multilatérales (« via la société civile»). {jcomments on}Bien entendu, la société civile -internationale-  (PAM, Binub, HRW, ICG, ACTIONAID, etc.)  bénéficient d’une grande part de ces aides. L’autre part, non négligeable, c’est la société civile -UPRONA- qui se sucre … Comme stratégie, elle a crée des organisations sous forme de coupole.  Ainsi  pour cette dernière  contrôle -idéologiquement-  et –financièrement-  les autres.  Ce n’est pas dans son intérêt  que  les autres organisations civiles  se développent (ex.  La création de la Radio Rema provoque un tollé ).  C’est la concurrence !   Sinon bonne lecture, allons ensemble découvrir cette année 2008 …

 

 
Les acteurs de la société rundi
 

 


 

Janvier :

 

 

Société civile internationale :

 

°(Handicap International) Suite à l'attaque mortelle contre des membres d'Action contre la faim au Burundi, les ONG internationales sur place, dont Handicap International , ont arrêté leurs activités pendant deux jours en signe de solidarité avec les victimes 

 

°( Cité Esperentienne (Suisse)) Audience accordée au Professeur Georgio Silfer : Bientôt « une cité pour la paix » au Burundi

 

Société civile Sociale

 

°( gov.bi) Ngozi – Le Chef de l’Etat promet 30 sacs de ciment à l’association"TWIYUNGUNGANYE" et des tôles et du ciment à la population de la colline Rwabiriro.

 

°Il se tient au Centre Suédois de Kanyosha à Bujumbura, un Forum Nationale des Femmes ex-combattantes de deux jours, organisé conjointement par le Centre d’Encadrement et de Développement des Anciens Combattants (CEDAC) et l’UNIFEM à l’intention des femmes ex-combattantes. Le thème choisi est : «  Ensemble pour un Burundi meilleur ».

 

°Aujourd’hui, la Maison Shalom accueille aussi d’autres meurtris de la vie… des enfants sortant de prison… des mères seules… Mais toujours un même mot : se connaître… se pardonner…  (Le témoignage de Maguy Barankitsé est recueilli par Laure Stephan)

 

° Au cours d’une visite effectuée au Petit séminaire de Mureke, le Président Pierre Nkurunziza a fait une promesse d’un centre informatique à cette école en plus de quinze autres ordinateurs qu’il avait déjà donnés à cet établissement.

 

Société civile politique (celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi  /  dite "UPRONA") :

 

 

° (Julien NIMUBONA/ Université du Burundi) Il y a quelques jours la session extraordinaire de l’Assemblée Nationale a été perturbée par la mésentente des députés au sujet de la question du FNL Palipehutu. Beaucoup de députés ont exigé que cette question soit prioritaire car selon eux, elle conditionne le retour de la paix et de la sécurité, et le recouvrement des aides promises par les bailleurs de fonds lors des différents forums. C’est aussi l’avis du politologue Julien NIMUBONA, professeur à l’Université du Burundi. D’après lui, il ne peut pas y avoir de controverse autour d’un problème qui concerne la sécurité du pays, et partant des citoyens vivant dans ce pays. Il y a deux alternatives pour arriver à la paix, soit mettre hors d’état de nuire un mouvement armé, soit engager des approches de dialogue. Et c’est cette dernière alternative qui est payante a-t-il relevé, au regard même de l’expérience du Burundi depuis 1998 avec les négociations d’Arusha.

 

 

° (Abuco) L’appel lancé aux consommateurs des produits de la Brarudi par le président de l’Abuco pour boycotter les bistrots a  été largement suivi, si du moins on en croit le président de cette association, M. Noël Nkurunziza. Cependant, il est une catégorie minoritaire de la population qui reste  insensible à cette grève de la soif, c’est celle dite des consommateurs de la bière Heineken.

 

 

°(Netpress – Extrême Droite Hima Burundaise)  « La marche pacifique a été empêchée par les pouvoirs publics alors que les membres de la Sonavebu déclarent qu’elles n’y voyaient rien qui pouvait entacher la sécurité et la quiétude des citoyens. Par contre, elles estiment qu’elles sont un tremplin irremplaçable dans le combat pour le retour à la paix. « Nous ne connaissons dans notre réseau de veuves et orphelins aucune distinction d’une quelconque nature. Nous nous considérons comme des consoeurs appelées à travailler ensemble pour notre auto-développement sans plus », a dit Gaudiose Nzeyimana, présidente de la Sonavebu. Le rapport d’activité 2007 de cette jeune association qui demande d’être appuyée, indique que de toutes les audiences demandées auprès des personnalités de ce pays, seule celle de l’ancien président Buyoya a été obtenue. Il leur a offert une enveloppe pour fêter la bonne année dans la joie. »

 

° (OLUCOM) Au moins 300 tonnes de cassitérite et de colombo-tentalite à l'état brut sont sorties frauduleusement du Burundi ces derniers temps, selon les résultats d'une enquête récente révélés à la PANA par le président de l'Observatoire de lutte contre la corruption, les malversations économiques et financières (OLUCOM, indépendant), Gabriel Rufyiri.

 

 

° La Ldgl recommande au gouvernement burundais d’engager des enquêtes et poursuites contre les agents du service de sécurité et des polices impliqués dans les violations des droits de l’homme.

 

 

 

Février :

 

Société civile internationale :

 

° Hrw demande au gouvernement burundais de réclamer à la Tanzanie l’extradition du colonel Vital Bangirinama pour obtenir qu’il vienne répondre devant la justice de son pays des massacres de Muyinga perpétrés en 2006.

 

 

Société civile politique (proche du Frodebu – Ndayizeye)

 

°C’est à travers son bilan 2007 que l’APRODH, une association burundaise des droits de l’homme, s’indigne et tire sa sonnette d’alarme : le Burundi est devenu comme une vaste jungle où la notion des droit de l’homme est largement ignorée sinon volontairement gommée du lexique d’usage. Viols, assassinats, emprisonnements arbitraires, corruption érigée en mode de vie dans l’administration, tout y passait régulièrement tout au long des douze mois de l’année écoulée.

 

 

Société civile politique (celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :

 

 

°La Rpa dans l’œil du cyclone Fdd. (SurviT-Banguka  – Extrême Droite Hima Burundaise )

 

°Le conseil national des Bashingantahe organise une journée de sensibilisation aux valeurs liées à l’institution des Bashingantahe en marie de Bujumbura.

 

°L’Olucome demande à l’Etat de protéger les dénonciateurs de la corruption et de malversations économiques.

 

Mars :

 

Société civile internationale :

 

°  Deux ONGs OXFAM-Québec et AMA vont appuyer la réinsertion et la réintégration socio-économique des démobilisés handicapés, provenant des ex-combattants de l'armée, et des mouvements politiques armés.

 

° Appel de fonds du PAM pour nourrir 600.000 personnes "vulnérables"  […"Nous avons besoin dans l'immédiat de 60 millions de dollars pour soulager la souffrance d'environ 600.000 personnes qui ont faim, les plus vulnérables parmi le groupe des vulnérables" au Burundi, a déclaré Jean Charles Dei, directeur du PAM au Burundi, lors d'un point de presse conjoint avec le gouvernement burundais…]

 

° Trois véhicules de la Fondation Suisse de Déminage et un véhicule des policiers qui les convoyaient tombent  dans une embuscade sur la route Rumonge-Buyengero. Les assaillants tirent  plusieurs balles sur un des véhicules mais les policiers en question opposent  une résistance farouche. Le forfait se  concrétise  par quelques blessés pas très graves, d'après le correspondant de l'agence burundaise de presse basé à Rumonge. Nous apprenons par ailleurs que le représentant du parti CNDD-FDD en commune de Nyabiraba en province de Bujumbura rural est enlevé par des inconnus.

 

° L'UNICEF accorde un lot de matériel audiovisuel à la RTNB.

 

 

° ACTIONAID    As Burundi struggles to maintain a fragile peace after years of civil war, ActionAid investigates the urgent need for peace building work, and visits a very special project showing just how it can be done.

 

° Cent cinquante associations de femmes vont bientôt bénéficier d’une aide de l’UNIFEM dans le cadre du développement et de la lutte contre la pauvreté dans le but de la consolidation de la paix. Ces fonds vont transiter par les institutions de microfinance comme CCEM et MUTEC pour parvenir aux associations de femmes.

 

° Une première vague de 255 réfugiés burundais des années 1972 arrive  à Makamba, une province du sud du Burundi, dans quatre camions et un bus du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) en provenance de la Tanzanie voisine.

 

° Le BINUB appuie l’OLUCOME : un véhicule, des ordinateurs et d’autres matériels d’enregistrement de son et d’image.

 

 

Société civile sociale.

 

° « fondation Inyange pour le développement des communautés de base (Fidecob) » est créée. D’après M. Térence Nahimana, cette fondation initiée par les populations membres du réseau Inyange est une solution aux problèmes de pauvreté. Ils ont ainsi décidé de compter sur leurs propres forces et commencé à épargner 5000 Fbu par personne afin de constituer un fonds de garantie leur permettant d’avoir accès au microcrédit. Parrainé par le Civic, le Fidecob se veut donc une passerelle pour le développement des communautés de base et une arme au-delà des partis politiques, des ethnies et des confessions religieuses.

 

 

 

Société civile politique.

 

°Mme Théodora Nisabwe, présidente d’une association dénommée ‘’Nturengaho’’ chargée de tente  de défendre l’égalité entre l’homme et la femme.

 

° Ce qui se fait à l’assemblée nationale, couvre le pays de honte, estime M. Térence Nahimana. [… le président du cercle d’initiative pour une vision commune (Civic), s’exprimant sur la situation politique du moment. Pour lui donc, ce remue-ménage à l’assemblée nationale, met à nu le masque des acteurs politiques burundais, plus cramponnés aux intérêts sectaires qu’à ceux du peuple mandataire. Il indique en outre que cette paralysie institutionnelle et ses effets en cascade ne peuvent qu’acculer le peuple burundais à une misère déjà manifeste…]

 

° Un atelier de formation organisé par le forum burundais de la société civile du bassin du Nil ( Fcbn) à l’intention des journalistes et des membres des associations affiliés au Fcbn vient d’avoir lieu.

 

 

Société civile politique (proche du CNDD/FDD)

 

° Radio Rema – Le paysage médiatique du Burundi vient d'enregistrer un nouveau né, radio Rama FM qui va émettre 24 heures sur 24, dans quatre langues usuelles au Burundi à savoir, le Kirundi, le Français, l'Anglais et le Swahili. La radio a été agréée le 3 mars 2008 par le Conseil National de la Communication (CNC), elle a comme directeur un ancien journaliste de la radio nationale et de la RPA monsieur Louis Kamwenubusa. Elle se propose de diffuser les nouvelles destinées aux couches les plus défavorisées, et cela dans la transparence.

 

Société civile politique (celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :

  

° ITEKA – La principale ligue des droits de l'homme au Burundi observe que, et le Gouvernement du Burundi, et le PLPHT-FNL, tous semblent violer l’accord de cessez-le-feu de Décembre 2006.

 

° La ligue Iteka au secours des travailleurs de la Cogerco aujourd’hui malmenés par la direction.

 

° L'Observatoire de Lutte contre la corruption et les malversations économiques (OLUCOME) appuyé par le gouvernement canadien lance au Cercle St Michel situé au centre de ville de Bujumbura, un projet "contribution à la bonne gouvernance économique locale à travers la lutte contre la corruption  (le financement durera douze mois).

 

° Cinq organisations de la société civile invitent la communauté internationale à user de son influence pour amener le gouvernement à veiller aux respects des droits de l’homme.[…  Il s’agit de l’association burundaise des journalistes ( Abj), du forum pour le renforcement de la société civile (Forsc), de la Ligue burundaise des droits de l’homme Iteka (Lbdh Iteka), de l’observatoire de l’action gouvernementale et de la ligue des droits de la personne dans la région des grands lacs(Ldgl). Ces associations viennent de sortir une déclaration liée au contexte sécuritaire qu’elles jugent préoccupant… A la communauté internationale, il est recommandé d’user de son influence pour amener l’Etat du Burundi à veiller au respect des droits de l’homme, conformément aux engagements régionaux et internationaux et de continuer à soutenir le Burundi dans cette situation sécuritaire préoccupante.]

 

° Le BINUB appuie l’OLUCOME – un véhicule, des ordinateurs et d’autres matériels d’enregistrement de son et d’image.

 

 

 

  Avril :

 

Société civile internationale :

 

° Le gouvernement doit mettre fin aux exactions de la police (Human Rights Watch )

 

°  BINUB Service Presse  SPECIAL BURUNDI – D'après la revue de presse présentée par le Binub-Cela fait exactement « Une année en prison pour El Hadj Hussein Radjabu, une année de descente aux enfers pour le Cndd-Fdd » titre L’Arc-En-Ciel N 198 dans son Editorial. Sous la plume de Thierry Ndayishimiye…]

 

 

 

Société civile politique « CNDD/FDD »

 

°  La  radio, dénommée  REMA,  a un mois d’existence.

 

 

Société civile politique « tendance  Uprona » (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :

 

° ITEKA – Un petit commerçant qui se rendait à Cibitoke pour s’approvisionner a été assassiné à Bubanza.

 

°  L’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, (Olucome) vient d’interpeller une fois de plus l’opinion tant nationale qu’internationale à travers un communiqué de presse portant légèreté de certains mandataires publics dans le traitement des dossiers d’intérêt national.

 

°ITEKA – La ligue burundaise des droits de l’homme Iteka invite le gouvernement à protéger ses citoyens et leurs biens.[ C’est pour réagir à la reprise des hostilités entre l’armée gouvernementale et les forces rebelles du Palipehutu-Fnl que la ligue burundaise des droits de l’homme, Iteka a animé une conférence de presse. M David Nahimana, son nouveau président, regrette que la logique de guerre ait été encore une fois privilégiée. Il poursuit en indiquant que la guerre reprend au moment où le pays est en bas de l’échelle sur les plans politique et socio-économique…]

 

° La COSOME organise un débat sur les enjeux politiques face aux élections de 2010.

 

° LDGL – Des armes qui purulent le pays ne cessent d’ôter la vies aux gens.

 

° Le conseil national des Bashingantahe demande aux belligérants d’abandonner la logique de guerre.

 

° L’Olucome regrette les plus de 9 milliards payés aux députés dans l’inertie.

 

° (Net Press –Extrême Droite Hima Burundaise) L’Oag demande au chef de l’Etat de ne plus s’occuper exclusivement de sa santé physique et spirituelle.

 

° (burundi-information.net/ Rugamba  –Extrême Droite Hima Burundaise)  Christophe Sebudandi a osé lancer un cri d’alarme [  Les derniers rapports de Human Rights Watch et de l’ONU ressemblent aux plus récents en matière de violations des droits humains au Burundi : le bilan est sombre ! …  Christophe Sebudandi a osé lancer un cri d’alarme. Selon les sources qui ont rapporté cette information, Pierre Buyoya et Ndayizeye Domitien, tous les deux présents dans le même forum que Sebudandi le Président de l’OAG, ont confirmé les affirmations ainsi que les inquiétudes du Président de l’Observatoire de l’Action Gouvernementale :  C’est effrayant… L’amer constat a été fait le soir du 29 avril, dans le cadre d’un forum ouvert, organisé par une synergie de radios privées, sur le 36ème anniversaire de la tragédie de 1972… ]

 

° L’avenir du CNDD-FDD dépend du cas Radjabu, selon un éditorialiste local (Arc-en-ciel)

[ Par BINUB Service Presse  SPECIAL BURUNDI – D'après la revue de presse présentée par le Binub-Cela fait exactement « Une année en prison pour El Hadj Hussein Radjabu, une année de descente aux enfers pour le Cndd-Fdd » titre L’Arc-En-Ciel N 198 dans son Editorial. Sous la plume de Thierry Ndayishimiye…]

 

 

 Mai :

 

Société civile internationale :

 

° Alexis Sinduhije ou faire de sa vie son chef d’œuvre [ JOAN KATENDE dans  MEDIATICS / Ferdinand Murara. Alexis Sinduhije vient d’être nominé par l’hebdo américain Time Magazine en partenariat avec CNN, parmi les cent personnalités dans le monde qui ont marqué l’an 2007. Il sera en compagnie des célébrités à l’instar de Hillary Clinton, Barak Obama, Vladmir Poutine ou le Dalaï Lama. Il y a vingt ans quand il est entré à l’école de Journalisme, il n’aurait pas pensé un seul instant accomplir ce parcours…]

 

 

Société civile politique « Générale »

 

° L’Organisation pour la transparence et la gouvernance (Otrag) se dit inquiète de la fermeture des campus universitaires.

 

 

 

Société civile politique « tendance  Uprona » (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :

 

° (Net Press –Extrême Droite Hima Burundaise) . Pour la deuxième fois en trois ans, notre ancien confrère Alexis Sinduhije va recevoir un prix international pour s’être distingué dans sa manière de s’acquitter de son travail.

 

° L’Olucome demande au chef de l’Etat de mettre sur pied des mécanismes légaux séparant l’importateur du détaillant.

 

 

Juin :

 

Société civile internationale :

 

° [ … UNICEF assisted 336 expelled persons who arrived in the Gisuri (Ruyigi Province) transit site from Nduta/district of Kasulu in Tanzania. After receiving food and non-food items, they were transported to their respective collines of origin with the exception of 37 persons who will be transported this next week. In response to the effects of heavy rains UNICEF delivered NFIs to the Burundian Red Cross to enable the disinfection of flooded zones in the Commune of Mpanda/Bubanza Province; particularly the Mpanda cemetery. The following items were given: 6 sprays, 10 plastic boots, 10 household gloves and 10 breathing apparatus…]

 

° Mines Advisory Group (MAG)  helps the Governement reduce threat of small weapons and unsecured stockpiles.

 

°L’ONG allemande GTZ suspend le ravitaillement des combattants du palipehutu-FNL.

 

°Des associations de la société civile plaident pour l’interdiction du commerce des armes [une semaine mondiale d’action contre la violence armée… C’est pour célébrer cet événement que certaines Ongs, telles que l’International action on small arms (Iansa) et d’autres associations nationales -la Bonne génération du Burundi, l’Acc, l’Alp, et ITeka anime  une conférence de presse au siège de l’association des femmes parlementaires pour sensibiliser l’opinion nationale et internationale sur cet événement.

 

 

Société civile politique « Générale »

 

°La LIBEJEUN plaide pour les mineurs incarcérés [ …  A travers son communiqué de presse à l’occasion de la journée de l’enfant africain célébrée le 16 juin de chaque année, la ligue burundaise pour l’enfance et la jeunesse (LIBEJEUN) attire l’attention des pouvoirs publics sur les conséquences incalculables des enfants qui grandissent et naissent dans les prisons.

 

 

 

Société civile politique « tendance  Uprona » (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :

 

°Un atelier d’échanges sur les accords de partenariat économique est organisé  par le FORSC au building White Stone, et celui-ci est dirigé à l’endroit des acteurs du secteur privé et des médias, dans le but de les aider à mieux cerner l’impact de tels accords sur l’économie burundaise…L’accord qui était à l’ordre du jour est celui de Cotonou signé le 23 juin 2000 au Bénin, entre 15 pays de l’Union Européenne et 77 pays de l’Afrique Caraïbe et Pacifique (Acp), dont le Burundi, est une catastrophe pour le Burundi…Malheureusement, tous les experts en la matière, notamment le Pnud, le Commonwealth, etc…, sont unanimes, le Burundi va perdre entre 10 et 24 milliards de Fbu à cause justement de cet accord et d’autres accords de partenariat économique qu’il a déjà signés avec des pays tiers.

 

° Fort de ses trois ans d’expérience, l’Oideb continue d’œuvrer dans le domaine de la protection des droits de l’enfant. [  Un séminaire de renforcement des capacités des opérateurs de droits pour une meilleure protection des droits de l’enfant au Burundi est organisé par l’observatoire Ineza des droits de l’enfant au Burundi (Oideb), présidé par M Athanase Rwamo, et cet atelier vient à point nommé puisque la situation des droits de l’enfant est très critique…C’est dans le but de protéger les droits de l’enfant que l’Ong locale Ineza des droits de l’enfant au Burundi s’est doté d’observateurs des droits dans chaque province aux fins de protéger et de promouvoir les droits de l’enfant.]

 

° [LGDL –  L’arrêt de la cour constitutionnelle du 6 juin 2008 chassant les 22 députés sur base de la saisine du président de l’assemblée nationale, le député Pie Ntavyohanyuma, suscite beaucoup de commentaires dans l’opinion publique burundaise… Dans l’ensemble, l’arrêt de la cour constitutionnelle a été mal accueilli dans les milieux qui ne sont pas proches du pouvoir. C’est une violation de la constitution. C’est un mauvais précédent pour l’avenir constitutionnel du Burundi…]

 

° [Suite au limogeage des parlementaires, tous anciens membres du Cndd-Fdd, …  le président de la ligue Iteka, M. David Nahimana, indique  que ce coup de balai au sein du parlement ne visait qu’une chose : le parti présidentiel était à la reconquête de la majorité parlementaire. En outre, poursuivit-il, certaines dispositions de la constitution ne sont pas claires. Si la loi parle du limogeage d’un député, elle est par contre muette sur le statut d’un député qui change de parti politique. Le pouvoir a profité donc, selon toujours M. Nahimana, des textes lacunaires pour tourner la situation à son avantage. Il estime qu’il fallait d’abord combler la loi et l’appliquer ensuite et non l’inverse …]

 

°Le syndicat des médecins du Burundi « Simebu » menace de déclencher un mouvement de grève si une commission technique chargée d’affiner le draft du statut spécial des médecins n’est pas mise sur pied dans les plus brefs délais.

 

°la ligue burundaise des droits de l’homme Iteka organise à l’hôtel Source du Nil, sa 29 édition du café de presse sur le thème : « Menace de famine au Burundi : quelles stratégies pour y faire face ? ». A cet effet, des experts de la Fao et du Pam sont  invités pour enrichir les débats… Le Dr Aloys Nizigiyimana brosse  une situation alarmante dans laquelle se trouve la population burundaise au niveau de l’alimentation …

 

°  Le gouvernement burundais vient de lancer la commande pour la confection de 30.000 tenues qui seront portées par les militaires au cours du défilé du premier juillet, fête d’indépendance.  L’Olucom dénonce les irrégularités qui ont entouré ce marché qui a été confié à une compagnie chinoise. Pour cette organisation de lutte contre la corruption, cette commande va entraîner un manque à gagner de 300.000 dollars américain…

 

°L’association burundaise des journalistes ( ABJ) vient d’être agréée comme membre associé de l’association internationale des journalistes. Les professionnels des médias locaux pourront de facto bénéficier de l’accès à une carte professionnelle de journaliste qui est décernée par l’unique association internationale.            

 

° LDGL  – [ … des mouvements de départs massifs des jeunes garçons en direction de la réserve forestière de la Kibira qui héberge le plus grand nombre de combattants du Palipehutu- Fnl, sont signalés dans les zones du sud et à l’ouest du Burundi . Certains jeunes abandonnent l’école pour regagner ce mouvement qui, pourtant, conjointement avec les représentants du gouvernement, a déjà signé le cessez-le-feu…]

 

°(SurviT-Banguka – Extrême Droite Hima Burundaise) Dossier Muyinga : les familles des victimes menacent de saisir la justice internationale.

 

 

°(SurviT-Banguka – Extrême Droite Hima Burundaise) Les démobilisés  ne le seraient pas vraiment. [ … La triste révélation est faite par la Ligue des Droits de l’Homme Iteka : Les combattants des anciens mouvements rebelles aujourd’hui démobilisés ont curieusement gardé leurs armes, cachées quelque part, pour les déterrer, en temps utile. Selon le rapport d’une enquête de cette association indépendante seule 6000 armes ont été remises après la démobilisation de tous les 35000 combattants de ces anciens mouvements rebelles…]

 

° Le président du conseil national de Bashingantahe (Cnb) depuis 2002, l’abbé Adrien Ntabona décide  de ne pas se représenter, laissant ainsi à l’ancien ministre de la jeunesse et des sports, Balthazar Habonimana le soin de lui succéder.

 

 

Juillet:

 

Société civile internationale :

 

°Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) approuve un accord triennal au titre de la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) d'un montant de 46,2 millions de DTS (environ 75,6 millions de dollars EU) en faveur du Burundi, à l'appui de la mise en oeuvre du programme national de lutte contre la pauvreté et des efforts déployés par les autorités pour consolider la stabilité macroéconomique. 

 

°L'ONG Accord organise  à Bujumbura une rencontre d'échanges entre les représentants des partis politiques et ceux de la société civile, sur le processsus électoral de 2010. Cette rencontre vient à point nommé, puisque le chef de l'Etat burundais Pierre Nkurunziza vient de révéler qu'il a signé le décret portant sur la mise en place d'une Commission Electorale Nationale Indépendante, qui doit être permanente. Pendant trois jours les participants vont faire le contour de toutes les questions qui entourent un processus électoral, à la lumière des lacunes constatées lors des élections de 2005.

 

 

 

Société civile politique « tendance  Uprona » (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :

 

° Violation des droits élémentaires du citoyen lors des travaux communautaires [ …

Les défenseurs des droits de l’homme, notamment Joseph MUJIJI de la ligue ITEKA parle dernièrement sur les micros de nos confrères de «  violation des droits parce qu’aucun décret ou ordonnance ne réglemente ces travaux »… ]

 

°Acat-Burundi s’engage à abolir les actes de tortures sur toute l’étendue du BURUNDI

 

° La Coalition de la Société Civile pour l'Observation et le Monitoring des Elections (COSOME) vient d'organiser une réunion d'échanges centrée sur les élections de 2010. Cette réunion regroupait les représentants des partis politiques agréés, ceux de la société civile et des médias.

 

° [ … l’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (OLUCOME)  tire la sonnette d’alarme. Pour attirer l’attention de l’opinion sur la mollesse du pouvoir en place dans la lutte contre la corruption et les malversations économiques, un de grands maux qui rongent la société burundaise.  Dans une lettre adressée le 26 juin dernier, au président burundais Pierre Nkurunziza, Gabriel Rufyiri, responsable de cet observatoire, souligne que le Burundi est dangereusement conduit par un menteur…]

 

° (Iteka) Le blocage dans les négociations entre le Gouvernement du Burundi et le Palipehutu-FNL pèse sur la population de Bujumbura-Rural.

 

° « Le charroi de l’Etat appartiendrait-il aussi au Cndd-Fdd ? », se demande Gabriel Rufyiri.

 

[… le président de l’Olucome à notre reporter, M. Gabriel Rufyiri s’insurge de voir que la majorité des hauts cadres de l’Etat issus du parti présidentiel, utilisent leurs véhicules de service pour assister à des événements qui n’ont rien à avoir avec leurs fonctions…]

 

° (SurviT-Banguka – Extrême Droite Hima Burundaise)  Le bilan n’est pas fameux, selon la ligue Iteka. [ …  La ligue des droits de l’homme Iteka publie  ses deux rapports d’observation sur la situation des droits de l’homme au Burundi, durant l’année 2007 et tout au long du premier semestre de l’année 2008. Le constat est amer. Car tout est régression, sur le chapitre droits de l’homme. Assassinats, viols, torture, etc.  Sans que les auteurs soient saisis et châtiés conformément à la loi. «Nous regrettons que le pays continuent à descendre aux enfers en matière de violation des droits humains et en général il faut souligner que les armes qui circulent parmi les civils dans le pays ont une part importante dans les meurtres recensés ça et là», explique David Nahimana, président de la ligue Iteka… ]

 

 

° (SurviT-Banguka – Extrême Droite Hima Burundaise) Fin de mission pour Ismaël Diallo, représentant onusien au Burundi. [… Ismaël Diallo, représentant du haut commissaire des nations Unies pour les droits de l’homme au Burundi vient de mettre un terme à sa mission de travail au Burundi. Il se dit atterré, face au niveau de violation des droits humains dans ce pays. Viols massifs, assassinats, torture, etc. Tout se fait au su et au vu des autorités et aucun n’effort n’est fait pour arrêter et punir les auteurs. «Je dois vous dire que la classe politique burundaise est faite de parfaits menteurs, les gens ne disent jamais ce qu’ils pensent profondément, cela reste un grand problème car on ne sait jamais ce qu’on doit retenir, mais la situation des droits de l’homme est franchement déplorable », confie Ismaël Diallo …]

 

 

 

Aout :

 

Société civile internationale :

 

°L'Organisation Internationale de la  Francophonie (OIF) exprime son rejet du putsch ayant  renversé l'ex-président mauritanien, Sidi Mohamed Ould Cheikh  Abdallahi.[…  "L'OIF ne peut pas accepter les évènements du 6 août dernier en Mauritanie", a indiqué, dans des déclarations à la presse, un  émissaire de son secrétaire général Abdou Diouf à l'issue d'une  entrevue avec le président du Haut Conseil d'Etat, au pouvoir en  Mauritanie, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, lundi à Nouakchott.   Cet émissaire, Pierre Buyoya (dictateur sanglant), ancien président du Burundi, a  précisé que l'OIF demandait que l'ordre constitutionnel soit  rétabli en Mauritanie, que les libertés fondamentales soient  respectées et que tout soit fait pour préserver la paix sociale  dans ce pays…]   

 

 

° L’OMCT et la FIDH appellent le gouvernement burundais au respect des droits de l’Homme [… Dans une déclaration qu’elles viennent de publier, la Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Hommes (FIDH) et l’Organisation Mondiale de lutte Contre la Torture (OMCT) se disent préoccupées par «  les actes de diffamation, de harcèlement, d’intimidation et de menace contre plusieurs membres de la société civile burundaise » .

Les deux organisations se basent sur les convocations judiciaires de Jean Marie Vianney KAVUMBAGU, Joseph MUJIJI, Chantal NIYOKINDI, tous de la Ligue des droits de l’Homme ITEKA, Willy NINDORERA de l’International Crisis Group (ICG) et Gabriel RUFYIRI de l’Observatoire de Lutte Contre les Malversations Economiques (OLUCOME), qui ont comparu les 18 et 19 août de cette année au parquet de la Mairie de Bujumbura.

Selon la même déclaration, les deux organisations craignent que ces actes ne visent qu'à museler la société civile. Elles rappellent que le dossier ouvert contre les membres de la Ligue ITEKA et Willy NINDORERA est basé sur de simples accusations sans aucune preuve et dénoncent en outre le harcèlement du Service national des renseignements contre Gabriel RUFYIRI dans le but d’entraver et sanctionner ses activités en faveur des droits de l’Homme au Burundi…]

 

 

Société civile politique (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi):

 

° La ligue Iteka s’inquiète… [… Dans un point de presse convoqué et présenté par le Dr David Nahimana, président de la ligue Iteka, il y était question de faire part à l’opinion de l’indignation qu’éprouve cette ligue face à des accusations gravissimes et mensongères proférées par un certain Jean-Claude Nsabimana sur les ondes de la toute nouvelle radio Rema Fm, contre plusieurs personnalités dont les membres de cette ligue…]

 

° Bonne gouvernance : L’OAG dénonce la gestion lacunaire du contentieux […l’Observatoire de l’Action Gouvernementale (OAG) tient  à l’Hôtel Novotel de Bujumbura, un séminaire à l’intention des organisations de la société civile sur la gestion des contentieux…]

 

° (SurviT-Banguka – Extrême Droite Hima Burundaise) La persécution des acteurs de la société civile inquiète les partenaires internationaux. [  De nouveau, le réflexe de l’état policier semble avoir pris le dessus au Burundi. Les principaux activistes de la société civile sont sommés de la boucler. Des poursuites judiciaires ont été entamées à l’endroit de Jean Marie Vianney Kavumbagu, Joseph Mujiji, Chantal Niyokindi (ligue Iteka) Willy Nindorera (Human Right Watch) et Gabriel Rufyiri (Observatoire de lutte contre la contre la corruption et les malversations économiques OLUCOME). Cette oppression de la société civile inquiète les autres partenaires à l’échelle mondiale…]

 

° Tensions entre l'OLUCOME et la présidence de la république […  Il y a un certain temps, le président de l'OLUCOME Gabriel RUFYIRI regrettait que le président de la république n’ait pas honoré sa promesse de remettre les reliquats qui proviendraient des frais de missions. La présidence de la république vient de rompre son silence. La réaction musclée vient de tomber avec le retour du voyage qui avait conduit le président NKURUNZIZA à Pékin …]

 

 

° Qui de Philibert Ngezahayo ou de Méthode Matore est manipulé par le pouvoir ? [… Depuis la naissance d’une dissidence au sein du principal syndicat, conseil national pour le personnel de l’enseignement secondaire (Conapes), la situation est devenue dramatique au sein de ce syndicat qui a été atteint aujourd’hui d’une certaine léthargie. Le président légal de ce syndicat, M. Philibert Ngezahayo se dit avoir aujourd’hui les mains liées depuis que M. Méthode Matore a créé une autre aile avec quelques membres du même syndicat…]

 

°(Netpress – Extrême Droite Hima Burundaise) [ … S’exprimant hier sur la gratuité de l’enseignement dans les écoles primaires, le professeur Joseph Ndayisaba, spécialiste en la matière, a révélé que la mesure prise en août 2005 par le chef de l’Etat n’est pas du tout appliquée, contrairement à ce que pense l’opinion… ]

 

° Le Forsc tire la sonnette d’alarme quant à la situation sociopolitique et économique du Burundi. [… Le Forsc (forum pour le renforcement de la société civile) vient de sortir une déclaration, dans laquelle il s’inquiète de la situation sociopolitique et économique actuelle, faisant suite à une assemblée générale … Cette dernière AG  a regroupé 146 organisations réunies au sein du Forsc et il a jugé bon de partager ses conclusions avec l’opinion par voie médiatique.]

 

° Le Forum pour le Renforcement de la Société Civile (FORSC) organise un atelier d’information sur l’état d’avancement du projet d’appui aux consultations nationales sur les mécanismes de la justice de transition au Burundi.

 

Septembre :

 

Société civile internationale :

 

°Akich Okola reproche à la communauté internationale de ménager « les prétendues susceptibilités » du pouvoir [  Pour la 3ème fois depuis l’accession du Cndd-Fdd au pouvoir, le Nigérian Akich Okola, un expert indépendant consultant des Nations-Unies, vient de sortir un rapport sur le Burundi. Comme les fois précédentes, il dénonce les violences sexuelles exercées contre les femmes et les jeunes filles, les massacres de Muyinga et de Gatumba, la persécution des partis d’opposition, la radiation des 22 députés du palais de Kigobe, etc.

Mais cette fois, il s’en prend nommément à la communauté internationale coupable à ses yeux, de trop ménager les prétendues susceptibilités du gouvernement burundais …]

 

° (USAID-BURUNDI) Pour une autonomie de financement chez les média burundais [… Il y a un certain beau bout de temps et avec la crise des années 1993, les médias ont proliféré de façon spectaculaire au Burundi. On a vu plusieurs radios, journaux, sites électroniques et la quasi totalité fonctionnaient et exercent toujours leurs activités suite à des subsides tirées à gauche à droite mais cela ne devrait pas être éternel selon Gérard NZOHABONA connu sous le pseudo Frank KAZA, un professionnel des média et actuellement conseiller au projet américain USAID-BURUNDI Policy Reform…]

 

° Les Associations des droits de l’homme désapprouvent la demande de suppression de prolongation du mandat de l’Observateur indépendant des droits de l’homme

[…  Les représentants des Associations des droits de l’homme ressortissant de 14 pays africains sont en formation à Genève en Suisse. Ces associations indiquent qu’elles sont indignées par la demande du gouvernement burundais de supprimer la prolongation du mandat du Rapporteur Spécial des Nations Unies chargé d’examiner la situation des droits de l’homme.   Ces associations jugent qu’au moment où plusieurs cas de violations des droits de l’homme sont commis par les forces de l’ordre et les fonctionnaires de l’État, il n’était pas encore temps de supprimer le mandat de l’expert. Ainsi, dans les six derniers mois, 4000 cas de violations des droits humains ont été signalés au Burundi.   Signalons que le Burundi a été représenté par l’ACAT (Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) et la Ligue des Droits de l’Homme dans la Région des Grands Lacs (LDGL).]

 

° L’Association burundaise des journalistes, en collaboration avec le Bureau Intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB), organise  une formation sur la récolte et le traitement de l’information au profit des nouveaux recrus des différents médias actifs au Burundi.

 

 

Société civile Sociale :

 

°15000 orphelins dont 1246 écoliers à Bubanza sont dans le besoin, affirme l’Association de Prise en Charge des Orphelins du SIDA

 

 

 

Société civile politique (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi):

 

°La société civile dresse enfin un bilan des trois années que le Cndd-Fdd vient de passer au pouvoir.[ … Et bien, comme « il n’est jamais trop tard pour bien faire », 250 organisations de la société civile, dont les plus connues, sont notamment le Forsc, la ligue Iteka, l’Oag, le Cosome, l’Olucome, la Maison de la Presse, etc, ont rendu public, dans les enceintes de l’immeuble « White Stone », un mémorandum de 7 pages, qui a été présenté par M. Onesphore Nduwayo à l’intention des journalistes. Celui-ci relate la situation actuelle, 3 ans après l’avènement du Cndd-Fdd au pouvoir… ces 250 associations sont préoccupées par la crise persistante au sein des principaux partis politiques … les associations signataires du mémorandum s’inquiètent de la résurgence des actes de harcèlement, d’intimidation, de menace, de tracasserie judiciaire et de filature policière à l’encontre des acteurs de la société civile, d‘obstruction à la liberté de la presse, trahissant ainsi l’esprit et la volonté de normalisation des relations entre le gouvernement et la société civile… es associations déplorent que, dans le contexte actuel de flambée continuelle des prix, de rareté de l’emploi, de réduction continuelle des terres cultivables, les maigres ressources du pays soient inégalement réparties au regard du traitement inéquitable des agents publics et de nombreux cas de corruption, de détournement de fonds et des deniers publics où les affaires les plus rocambolesques restent illustrées par les dossiers Falcon 50, Interpetrol, Lubelski, Andover, etc … ces associations demandent à la communauté internationale de continuer à appuyer économiquement le Burundi tout en améliorant les mécanismes de suivi et de contrôle de la gestion de l’aide accordée au Burundi … ]

 

° L’Association burundaise des journalistes ABJ, en collaboration avec le Bureau Intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB), organise  une formation sur la récolte et le traitement de l’information au profit des nouveaux recrus des différents médias actifs au Burundi.

 

° L’ABJ dénonce l’instrumentalisation du CNC et de la Justice dans le harcèlement du responsable de la RPA. [le Conseil National de la Communication (CNC) accuse la Radio Publique Africaine (RPA) d'avoir publié beaucoup de fausses informations sur des particuliers. La présidente du CNC madame Vestine Nahimana exige que la RPA reconnaisse publiquement ses torts par voie de presse.]

 

°L’OLUCOME dénonce la violation de la loi régissant les taxes par les administrateurs communaux.

 

°Gabriel RUPFYIRI, Président de l’OLUCOME (Organisation de Lutte Contre les Malversations Economiques) affirme  aux médias, être au courant d’un projet de son élimination. Après avoir reçu la nouvelle, Gabriel RUPFYIRI n’y est pas allé par quatre chemins, il l’a confié au Procureur de la Mairie de Bujumbura. Ce dernier lui a alors répondu : «  Nous suivrons de près la situation ».

 

°Création de Télé Renaissance (connu pour être la télévision du dictateur sanguinaire Buyoya Pierre) [ Au Burundi, le philosophe français Bernard-Henry Lévy inaugure la première télévision privée du pays, Télé Renaissance. Une télévision qui est née d'une idée : celle de créer un média à l'opposé de la tristement célébre Radio télévision des Mille collines au Rwanda.  Bernard Henry Levy lance officiellement Télé Renaissance. Avant de couper le cordon symbolique, l'intellectuel français raconte comment l’idée est venue, en compagnie de deux amis, dans un café de Bujumbura.]

 

°(Netpress – Extrême Droite Hima Burundaise)  Alexis Sinduhije, toujours une épine dans le pied du pouvoir. [ … Notre ancien confrère Alexis Sinduhije, aujourd’hui converti en politique avec la création d’un parti dénommé Msd (mouvement pour la démocratie et la sécurité) en attente d’agrément, fait visiblement peur au pouvoir Cndd – Fdd. Convaincu qu’il constitue un opposant de poids à même de mettre en mal le parti présidentiel au cours des prochaines élections, ce dernier le surveille de près jusque même dans ses déclarations…]

 

° Présentation du 2ème livre d’Athanase Ntiyanogeye. [ … C’était hier soir dans la salle de la Maison de la Presse lorsque Athanase Ntiyanogeye, un vieux loup dans le métier de journalisme et professeur d’université dans ce même domaine, a présenté son livre intitulé « le paysage médiatique du Burundi, des origines au lendemain des élections de 2005 ». Ce livre qui a été préfacé par le recteur de l’université lumière de Bujumbura (Ulb), M. Grégoire Njejimana, est une suite logique d’un autre livre du même auteur publié en 1995 aux éditions Intore sous le titre de « Répertoire de la presse d’information au Burundi, des origines à nos jours »…]

 

° La maison de la presse burundaise indignée par l'emprisonnement arbitraire de monsieur Jean Claude KAVUMBAGU, Directeur de l'agence NET PRESS (Jérôme SINANKWA

Président)

 

° L’Olucome dénonce une hausse vertigineuse des taxes communales et municipales.

° L’Olucome s’oppose à la hausse des frais des actes de l’Etat civil.

 


 

Octobre :

 

Société civile internationale :

 

°Des foires aux semences à Rutana pour venir en aide aux ménages vulnérables [ Du 1er au 30 octobre, la direction provinciale de l’agriculture et de l’élevage (DPAE) à Rutana en partenariat avec la coopération allemande à travers le Projet GTZ de renforcement des bases de développement (PREBAD) organise dans toutes les zones des communes de la province des foires aux semences pour venir en aide aux ménages vulnérables…]

 

° Union africaine – L’ancien président Burundais (Le dictateur  sanguinaire)  Pierre Buyoya désigné pour assurer la médiation entre le Soudan et le Tchad.  L'Union africaine a annoncé, vendredi dernier, qu’elle va envoyer une mission de paix au Tchad pour tenter de diminuer les tensions de longue date entre N'Djamena et le Soudan, un pays voisin.  "La Commission de l'Union africaine dépêchera une mission au Tchad …dirigé par l'ancien président Pierre Buyoya (Le dictateur  sanguinaire)   du Burundi," suite à une décision du bloc de la paix et de sécurité (PSC) en juin, a indiqué l’Union africaine dans une déclaration.

 

° [ L’association des journalistes de l’Afrique de l’est (AJAE), une association de syndicats de journalistes et d’association, est fortement préoccupée par les informations concernant les dernières menaces contre le journaliste "chef de file de l’association Burundaise des journalistes en raison de son travail journalistique, ce qui équivaut à une violation de son droit à la liberté d’expression et le droit de tous à recevoir et de répandre des informations…]

 

° (SurviT-Banguka / Extrême Droite Hima Burundaise) La paix a encore de nombreux défis au Burundi. [ … Le Burundi se dit officiellement en situation post conflit mais en réalité, il est encore englué dans la violence. Et rien n’indique que le bout du tunnel est aujourd’hui plus proche qu’hier. Car grâce à la double initiative d’une association locale (Centre d’Alerte pour la Prévention des Conflits) et de l’organisation internationale Interpeace, une enquête vient de révéler les véritables perceptions des Burundais par rapport aux entraves fondamentales à la paix recherchée…]

 

 

Société civile sociale

L'Association "URISANZE" célèbre la journée internationale des personnes âgées.

 

Société civile Politique (générale)

 

° Il n'existe pas de victimes ni de sinistrés tutsis au Burundi, d'après Fabien Cishahayo

mediatics – [  Preuve qu'il n'y a pas de non-hutus victimes des guerres au Burundi, montrez moi un seul tutsi dans les camps de réfugiés du Congo et de Tanzanie, s'écrie l'enseignant en communication Fabien Cishahayo dans son dernier post sur burundiiwacu.org. Il a peut-être raison…]


Société civile Politique (FRODEBU)

 

°L’APRODH fustige le transfert du détenu Pasteur MPAWENAYO [… l’Honorable Pasteur MPAWENAYO figure  sur la liste noire des 22 députés dernièrement remplacés à l’Assemblée Nationale. Cet ancien militant du CNDD-FDD a été transféré vers la prison de Rutana…]

 

Société civile Politique (CNDD/FDD)

 

° La Radio Rema FM est assiégée ce  par des personnes qui réclament leur argent déposé dans le cadre du système appelé « Abaremesha kigega », système fonctionnant comme une micro finance. Selon ces personnes, la radio Rema FM doit rembourser leur argent car elle n’a pas honoré ses engagements.  Près de 80 personnes étaient rassemblées devant les portes de cette radio.

La direction de cette radio n’a pas voulu s’exprimer et a renvoyé les reporters à un groupe d’individus qui sont, selon la direction de Rema FM, responsables de cette situation.

Louis Kamwenubusa est le directeur de cette radio et son représentant légal est Willy Nyamitwe. Les deux sont des professionnels confirmés du paysage médiatique burundais, connus pour être proches du Président Nkurunziza.

Rappelons que deux autres radios communautaires dirigés par les proches du président Nkurunziza sont Umuco FM qui a son siège à Ngozi et Stars FM située dans la province de Makamba. Son Représentant Légal est Mr Réverien Ndikuriyo, un ancien gouverneur à Makamba, ancien officier militaire du Cndd-Fdd.]

 

°(abarundi.org)  Profanation d`un mémorial au campus universitaire de Mutanga  – [  11 juin 1995 – 11 juin 2008, il y a plus d`une décennie quand les étudiants d`ethnie hutue ont été massacrés au campus universitaire de Mutanga. Les témoignages des survivants et des rescapés parlent de plus d`une centaine d`étudiants tués. 1995 fut l`année où l`université officielle du Burundi devint ouvertement hostile aux assoiffés du savoir d`ethnie hutue].

 

Société civile politique (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi):

 

°Le Centre d'Alerte et de Prévention des Conflits (CENAP) vient de faire valider une étude centrée sur les défis de la paix au Burundi. L'étude a été confectionnée sur base des enquêtes effectuées à travers tout le pays, à raison de trois communes par province. Les résultats de cette étude montrent que les défis liés à la consolidation de la paix au Burundi sont notamment la pauvreté, les armes qui pillulent, les problèmes fonciers, la distribution inéquitable de l'aide humanitaire et la mauvaise approbation de la démacratie. En effet selon le coordonnateur du CENAP Charles Ndayiziga, les personnes qui ont été interrogées estiment que le problème qui se pose souvent est la gestion de la période post-électorale du fait que les vainqueurs tentent souvent de mettre en avant les intérêts sectaires, au lieu de résoudre les problèmes fondamentaux de la population. Il a invité les Buurndais à renforcer l'école de la démocratie.

 

° ( ITEKA) Vingt un membres du Parti U.D.P. Zigamibanga arrêtés et incarcérés dans le cachot communal de Tangara.

 

° [ Le Président de l’Association Burundaise de Journalistes (ABJ) , Jean-Paul NDAYIZEYE serait dans le collimateur de certains agents de la documentation Depuis l’emprisonnement du journaliste Jean-Claude KAVUMBAGU, responsable de Net Press intervenu il y a 32 jours, les relations entre le pouvoir et les médias ne sont pas au beau fixe …]

 

°OLUCOME – Le Burundi continue à faire marche arrière dans la lutte anti-corruption

 

°OPB – Observatoire de la Presse au Burundi  [ … Suite à la décision du Conseil National de la Communication n° 100/CNC/09/2008 du 18 Septembre 2008 et à la Réaction de la Radio Publique Africaine diffusée sur ses antennes ce dimanche 5 octobre 2008, l’Observatoire de la Presse du Burundi, OPB en sigle, exprime son soutien total à la démarche de la RPA qui a présenté ses regrets et excuses sur certains des éléments de la décision du Conseil National de la Communication.  L’OPB encourage la RPA à poursuivre son excellent travail d’intérêt public tout en veillant au respect du code et de déontologies professionnelles …]

 

°(SurviT-Banguka / Extrême Droite Hima Burundaise) Le CNC durcit le ton et la RPA s’explique [  Le pouvoir a décidément pris l’option de fermer la radio publique africaine. D’aucuns croyaient que l’ultimatum qui lui avait été lancé pour présenter ses excuses publiques pour avoir diffusé des prétendues ornières n’était qu’une simple chiquenaude pour la faire rentrer dans les rangs. Mais c’est visiblement plus sérieux que ça. Le CNC vient de réitérer ses menaces en intimant l’ordre à la RPA de s’exécuter avant le 7 octobre, sans quoi des décisions fâcheuses seront prises à son endroit …]

 

° Gertrude KAZOVIYO de l’Observatoire de l’Action Gouvernementale (OAG) dresse un réquisitoire sévère à l’encontre de l’enseignement privé qui s’en trouve régi par une législation à la fois lacunaire et loin d’être respectée ; à l’exception de quelques écoles.

 

°ABUCO denounces the continuing trade of infected Chinese milk.

 

°Le fossé devient petit à petit profond entre les autorités étatiques et la la société civile burundaise [ … Ce n’est plus un secret de polichinelle, le courant ne passe pas bien entre les dirigeants du pays et la société civile burundaise dont les média en particulier. Les symptômes les plus perceptibles de ce climat malsain sont notamment l’emprisonnement de Monsieur Jean Claude KAVUMBAGU (Directeur du quotidien NET PRESS) et de Juvénal RUDUDURA (Vice-président du Syndicat du personnel non magistrat du Ministère de la justice) qui vient de durer plus de deux semaines, ainsi que les poursuites judiciaires qui ont été ouvertes à l’endroit de certains journalistes et responsables des organisations de la société civile comme Jean Marie Vianney KAVUMBAGU (Ex président de la ligue ITEKA), Chantal NIYOKINDI (Secrétaire exécutif de la Ligue ITEKA), Joseph MUJIJI (Conseiller du secrétaire exécutif de la Ligue ITEKA), Gabriel RUFYIRI (Président de l’OLUCOME), Willy NINDORERA ( de l’International Crisis Group), Emmanuel NSABIMANA ( Directeur de la Radio Publique Afrique : RPA)…]

 

° Arc-en-ciel Nº 220 du 26 septembre titre encore, [ …  « Le CNDD-FDD va-t-il accepter de quitter le pouvoir en 2010 s’il perd les élections ». Selon lui, les agissements du pouvoir contre la presse et la société civile à un moment où beaucoup de partis politiques adoptent un profil bas vis-à-vis du CNDD-FDD prouvent que le parti présidentiel est décidé à conserver le pouvoir en 2010 contre vents et marées. « Seule un dissension interne au sein de ce parti peut encore contredire notre analyse » écrit l’éditorialiste du journal. Et pour démonter cela, il continue, « le CNDD-FDD a mis tout le paquet pour intéresser les magistrats, les policiers et les militaires au niveau des salaires par rapports aux autres salariés…]

 

°Arc-en-ciel Nº 220 du 26 septembre publie une lettre de 16 parlementaires parmi les 22 exclus du parlement burundais, qui lancent un appel au Secrétaire général des Nations Unies en vue de « sauver les valeurs démocratiques au Burundi et faire respecter la volonté populaire en réhabilitant les 22 députés ». Selon Arc-en-ciel, ces députés insistent sur les violations de la loi qui se commettent au Burundi. Il ajoute que « pour eux, il s’agit de l’une des stratégies du régime en place, visant à faire peur à la population en vue de tronquer les résultats des échéances [électorales] prochaines de 2010.

 

° (ITEKA )Un ex-parlementaire arrêté à Gitega . [ Un ex-parlementaire nommé Théophile Minyurano, élu dans la circonscription de Gitega en 2005, a été arrêté à Gitega puis détenu depuis le 2 Octobre 2008 à la prison centrale de Gitega…]

 

°(SurviT-Banguka / Extrême Droite Hima Burundaise) Le président burundais demande le droit de violer les droits humains.

 

°(SurviT-Banguka / Extrême Droite Hima Burundaise) Le CNDD-FDD prend goût au hold-up organisé [… Au Burundi, l’attention des médias et autres organisations de la société civile semble polarisée sur un mémorandum d’entente, relatif à la mise en œuvre de certains projets d’investissement entre une société libyenne et la République du Burundi. La Libyan Arab African Investment Company et la République du Burundi s’engagent en effet à tout mettre en œuvre pour la réalisation d’un certain nombre de projets d’investissements…]

 

°(SurviT-Banguka / Extrême Droite Hima Burundaise)  Les dossiers se multiplient [

… Les révélations sur les différents dossiers de malversations économiques dont le parti présidentiel CNDD-FDD est comptable ne cessent d’être rendus publics. Au lendemain de la déconcertante découverte du mémorandum d’entente entre une société libyenne et le gouvernement burundais (par le biais du chef de cabinet au ministère de l’Economie, des Finances et de la Coopération pour le Développement), l’Inspection Générale de l’Etat tombe des nues, en découvrant le fossé abyssal curieusement créé par le général Silas Ntigurirwa (CNDD-FDD), responsable du service chargé de la Démobilisation et de la réinsertion des combattants (DDR)…]

 

° [ Despite the free primary education, there is a low level of education of Batwa children. According to the Ms Libérate NICAYENZI, presidentf the association Unite for the Promotion of Batwa (UNIPROBA), at the primary level, they are 8518 students representing 25 percent of the total students at the primary level;in secondary school level there are 429 students which is 1.3 percent and 4 university students which is 0.0 percent.]

 

 

 

 

Novembre :

 

Société civile internationale :

 

° The United Nations Children's Fund (UNICEF) is working with Burundian authorities to better protect the country's albino children after the brutal killing of a 6-year-old girl.[ Media reports said the girl was shot and her head and limbs removed by attackers during the weekend in Burundi's eastern province of Ruyigi, near the border with Tanzania. The death was the latest in a series of killings of albinos in the region.]

 

 °La Fondation Américaine OPUS accorde un prix d’un million de dollars au responsable de la Maison CHALLOM.

 

° Handicap International plaide pour la non utilisation des bombes à sous munitions au Burundi.[ L’ONG Internationale demande par conséquent au gouvernement de signer une convention interdisant ce genre d’armes de destruction massive …] 

 

Société civile politique (CNDD/FDD)

 

°(Abarundi.org) Un réseau d`extrémistes mène une guerre psychologique contre le Burundi [Ces derniers temps, les extrémistes anti-Burundi ont changé de tactique dans leur guerre contre le pays des mille collines. Ce qui est le plus sidérant c`est que ce sont des Burundais, certainement nostalgiques du passé, qui mènent la dance jusqu`à chercher à embarquer dans leur folie des pays et organisations internationales mal informés sur la réalité burundaise. Il sera question dans cet article d`éclairer l`opinion sur les manigances du réseau Ngoga-Gateretse et Glenn SLOC UM au pays de l`oncle Sam. Tout le monde a vue une liste fantoche  qui circule sur certains sites d`information sur le Burundi et qui faisait état des restrictions de voyage pour certaines autorités burundaises. Non seulement ce projet n`existe que dans la tête de l`auteur mais aussi n`a aucune raison d`être car rien ne motive cette décision que les pyromanes essayent d`imposer à certains organisations internationales et Etats. Les informations qui nous parviennent précisent que cette liste est l`émanation d`un certain Gateretse qui vit au Maryland(USA)…]

 

 

Société civile politique (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi):

 

° Aujourd’hui c’est le dossier de l’emprisonnement D’Alexis Sinduhije, le président du Msd, qui ramène Me maingain au-devant de l’actualité burundaise. Il a annoncé sa prochaine venue au Burundi, sans doute pour plaider en faveur de notre ancien confrère. Signalons que le nom d’Alexis Sinduhije est connu au-delà de nos frontières, pour avoir obtenu, à deux reprises aux Etats-Unis, deux distinctions internationales. 

 

°« Les acheteurs devraient s’orienter vers plus de syndicalisme pour faire pression sur l’Etat », estime un consultant de l’Oag. [L’observatoire de l’action gouvernementale (Oag) a organisé ce matin, une conférence publique dans les enceintes du building « White Stone » où il a procédé à une présentation des résultats de l’analyse de la politique générale des prix des produits stratégiques au Burundi. Cette étude qui a été menée par un consultant de l’Oag, M. Ernest Manirumva s’étend de 1999 à 2008 et a analysé les fluctuations des prix des produits stratégiques dont le carburant, les produits agricoles cultivés au Burundi, les produits Brarudi, le sucre, l’eau et l’électricité…]

 

°Mémorandum des Associations de la Société Civile du Burundi.

 

° Me Bernard Maingain sollicite l’intervention de la Belgique pour la libération d’Alexis Sinduhije.
 

°Le Forsc inquiet du retard pris dans la mise en place de la commission vérité – réconciliation.

 

°Selon une étude commanditée par la Coalition de la Société Civile pour le Monitoring Electoral (COSOME), et dont la restitution a eu lieu le 12 Novembre 2008 à Bujumbura, les femmes et les Batwa ne sont pas assez représentés dans la vie politique.

 

°Le Réseau des Journalistes pour le Développement Humain Durable (DHD) en collaboration avec la coalition de la société civile pour la Monitoring Electoral (COSOME) vient d’organiser un atelier médias au Centre Suédois. Le thème central était « l’élaboration d’une stratégie commune et un plan d’action conjoint entre les médias et la COSOME », dans le plaidoyer pour la révision des textes régissant les élections au Burundi : Il s’agitt de la constitution, du code électoral, de la loi communale, du code de conduite des partis politiques et celui des médias en période électorale, et enfin le code de conduite des corps de sécurité. Outre les journalistes, l’atelier avait enregistré la participation des juristes et des membres de la Société Civile.

 

°Le Forsc procède à une analyse critique socio – politico – économique du pays. [ Dans son objectif de contribuer à la bonne gouvernance et à la consolidation de la paix, le forum pour le renforcement de la société civile « Forsc » organise  dans les enceintes de l’Ena (école nationale d’administration), un atelier relatif à l’analyse du contexte politique et socio – économique du Burundi. A cet effet, deux études ont été faites dont celle relative à l’analyse du contexte politique social du pays, présentée par l’ancien président de la maison de la presse, M. Vincent Nkeshimana … Il a souligné en effet, une situation qui laisse planer une incertitude quant aux perspectives sécuritaires. D’une part, le pays ne s’est pas encore remis de toutes ses blessures, les mémoires sont encore vives et la haine n’est pas définitivement exorcisée. D’autre part, l’autorité issue des urnes, de peur que sa légitimité ne soit remise en cause, risque d’opérer une fuite en avant qui peut se traduire par la violation systématique des droits de l’homme… Plus concrètement, M. Nkeshimana a passé en revue les exemples illustrant le dysfonctionnement des institutions qui se manifeste souvent au niveau du législatif où le pouvoir de l’assemblée nationale a été altéré par une série de manœuvres de forcing dans la prise de certaines décisions. Il a cité notamment le limogeage sans manière des 22 députés issus du Cndd – Fdd pour que le parti présidentiel puisse se refaire une majorité absolue. Le même dysfonctionnement se remarque également au niveau du judiciaire où l’exécutif s’immisce dans le judiciaire, ce qui est surtout prouvé par des ordres venus « d’en haut ». Parlant de la gestion chaotique du paysage politique, M. Nkeshimana a parlé de la restriction des libertés publiques par le ministère de l’intérieur avec des ordonnances qui donnent aux autorités le droit d’autoriser, d’interrompre ou d’empêcher une réunion des partis politiques ou autre association. Il a en outre souligné une gestion serrée des partis politiques qui est souvent matérialisée par l’emprisonnement sans motif des membres des partis politiques et le refus délibéré du ministre de l’intérieur d’agréer des partis politiques. Il a cité notamment le cas du Msd où les arguments avancés par le ministre Kamana pour justifier son refus, portent à rire…]

 

°La société civile continue à déplorer un climat de méfiance régnant entre le gouvernement et les médias…  La synergie des médias dramatise, le porte-parole du président relativise.

[ … C’était attendu, la présidence de la République a fini par révéler le contenu des entretiens que le chef de l’Etat avait eus la veille avec les ambassadeurs de France, d’Allemagne, de Belgique ainsi que le représentant de l’ Union Européenne. Tout naturellement, Léonidas Hatungimana a déclaré que tout s’était bien passé… Entre-temps, durant toute la journée d’hier 19 novembre 2008, les principales radios privées à l’exception de Rema FM appartenant au Cndd-Fdd ont travaillé en synergie pour mieux attirer l’attention du public sur les multiples cas de violation des droits de l’homme. La ligue des droits de l’homme dans la région des grands lacs (LDGL) a également réagi par le biais de son vice-président, en se montrant préoccupé par ce qui est en train de se passer et en demandant avec insistance que la loi soit respectée.]

 

°L’association des albinos condamne la chasse aux albinos [Après l’assassinat d’une fillette albinos de six ans à Ruyigi, l’association des albinos du Burundi condamne énergiquement ce crime ignoble et d’autres assassinats commis ces derniers temps à l’encontre des albinos dans certaines provinces du pays. Le représentant des albinos du Burundi, KAZUNGU Kassim, a indiqué que certaines parties du corps des albinos sont utilisées dans la sorcellerie et demande au gouvernement d’assurer la sécurité des albinos. Sur le terrain, le gouverneur de Ruyigi Moise Bucumi annonce qu’il prévoit une réunion avec les autorités tanzaniennes pour trouver une solution durable à ces assassinats des albinos. Pour la Ligue des droits de l’homme dans la région des grands lacs (LDGL), elle propose des sanctions sévères contre les auteurs de ces crimes. Rappelons que l’Assemblée nationale du Burundi avait proposé la peine de mort pour celui qui est coupable du meurtre d’un albinos.]

 

° [RTNB] La ligue des droits de la Personne Humaine dans la région des Grands Lacs (LDGL) tient  sa 4ème Assemblée Générale en Ngozi en République du Burundi. [… le retard constaté au Burundi dans la mise en application de l’accord de cessez-le-feu entre le gouvernement et le mouvement FNL Palipehutu, qui est à l’origine des actions de violences dans certaines localités du pays. Les participants se sont en outre préoccupés par la chasse des albinos et par la violation des droits de l’homme par l’emprisonnement des syndicalistes et des journalistes…]

 

°Une délégation de la Ldgl en province Cankuzo. [… Les délégués communaux se sont alors exprimés en toute sincérité sur les différentes violations des droits humains, mais dans l’ensemble, leurs inquiétudes concernaient la justice, la police, la chasse aux Albinos ainsi que la défaillance de certains administratifs locaux. A propos de la justice, les représentants de la population, ont abordé la question relative à la peine de mort. Pour eux, si une personne se rend coupable sans équivoque d’un meurtre contre autrui, il faut qu’elle soit exécutée publiquement à l’endroit même où il a commis le crime… ]

 

° l'Association pour le respect des droits des homosexuels (Ardho) du Burundi  condamne la répression de l'homosexualité [… à l’Assemblée nationale, l’honorable Catherine Mabobori juge que le nouveau code est régressif à ce sujet. Pour le psychologue et professeur d’Université Onésphore Ndimurukundo, la répression contre l’homosexualité est sans base légale et inopportune…]

 

 

Décembre :

 

Société civile Internationale

 

°Les volontaires de la croix rouge au secours des prisonniers

 

°AFP / Burundi : assassinat d'un enfant albinos  [ Un garçon albinos de huit ans a été tué avant d'être amputé de ses membres dans la nuit de lundi à mardi dans l'est du Burundi, a appris l'AFP de sources concordantes …]

 

Société civile Sociale

°La Maison SHALOM de Ruyigi célèbre la 15ème anniversaire de sa création… La coordinatrice de la Maison SHALLOM de RUYIGI regagne le pays avec le « prix OPUS-PRIZE »

 

Société civile politique (FRODEBU)

°L’APRODH accuse le pouvoir Nkurunziza de vouloir maintenir en détention l’opposant SINDUHIJE

 

Société civile politique (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi):

 

° Plaidoyer pour une justice indépendante du pouvoir Cndd – Fdd. [Le président de  l’« observatoire pour une justice indépendante », M. Hilaire Nizigiyimana, a rappelé une loi signée par décret présidentiel en 2000, qui fixe les conditions devant être remplies, pour que les magistrats soient affectés à tous les niveaux des instances judiciaires dans lesquelles ils sont appelés à rendre des jugements. Y sont précisés le niveau d’études ainsi que l’ancienneté dans la carrière, autant de critères qui sont violés actuellement par le pouvoir du Cndd – Fdd.]

 

°L’OAG recommande à la justice de coopérer pour juguler les malversations économiques.

 

° (Extrême Droite Hima Burundaise) Le quid du système électoral approprié. – A quelques mois du début des autres consultations électorales, les Burundais s’interrogent sérieusement sur le système électoral qui leur permettrait de mettre fin à la spirale de violences et aux velléités génocidaires dont est invariablement victime la minorité tutsie. Et les analystes sont formels : la démocratie majoritaire sera toujours périlleuse dans un pays clivé comme le Burundi. « Il sera en effet difficile pour un membre de la communauté tutsi de se hisser démocratiquement au sommet de l’Etat tant que les électeurs hutus, majoritaires à vrai dire, tableront toujours sur le critère ethnique pour plébisciter leur leader, en se méfiant des autres valeurs intrinsèques qui font un homme politique à vision » fait remarquer Léonidas Havyarimana, auteur d’une analyse critique des textes législatifs régissant les élections au Burundi, sur commande de l’Observatoire de l’Action Gouvernementale.

 

°La Coalition de la Société Civile pour le Monitoring des éléctions (COSOME) organise à Bujumbura, un atelier de validation d’une étude portant sur le code de bonne conduite des corps de sécurité en période électorale .

 

°Le Sommet de l’Initiative Régionale pour la paix au Burundi a suscité de l’espoir aussi bien dans les milieux politiques que dans les milieux de la société civile et de la population en général. La Ligue des Droits de la personne dans la région des Grands Lacs par la voix de son porte parole Jean Marie Vianney KAVUMBAGU, estime que le sommet vient à point nommé car les Burundais ont réellement besoin de la paix pour qu’ils vaquent à leurs occupations habituelles dans la sérénité. Toutefois la LDGL trouve que les Burundais devraient résoudre eux-mêmes leurs problèmes au lieu de compter chaque fois sur l’extérieur. Rappelons que le Sommet s’est tenu à Bujumbura le 4 Décembre 2008 en présence des présidents Ougandais, Burundais, Tanzanien et Zambien, et des délégations de haut Niveau venues du Rwanda, du Kenya et de l’Ethiopie. Les détails dans notre livraison du 5 Décembre 2008.

 

°Le Forsc estime que la santé n’a pas de prix. – Suite à la grève des syndicats du personnel soignant, le forum pour le renforcement de la société civile (Forsc) a rendu public un communiqué de presse ce 29 novembre 2008 pour exprimer sa préoccupation face à la situation extrêmement précaire de la santé de la population.

 

°L’Olucome demande au gouvernement burundais de réserver une suite aux dossiers déjà traités par lui-même ainsi que par la cour des comptes, l’Ige.

 

°L’Olucome condamne les menaces qui pèsent sur ses antennes en province de Makamba.

 

°L’Olucome s’insurge contre une gestion obscure du charroi de l’Etat.

 

°L’ ABUCO ccondamne l’augmentation des taxes.

 

°Education : La scolarisation universelle initié par le Président NKURUNZIZA se heurte à divers obstacles  ( Burundi Tribune)  / Selon Eulalie NIBIZI, présidente de l’Association BAREKE BIGE, malgré les efforts du Président, le bilan reste mitigé. Pour relever l’éducation, il ne faut pas seulement recruter les enseignants mais il faut aussi, selon elle, améliorer leur statut socio-professionnel, mettre en place leur sécurité mais aussi disponibiliser le support pédagogique suffisant en quantité et en qualité.

 

° (Net Press – Extrême Droite Hima Burundaise) Les droits des hommes, c’est pour les autres », estiment les Albinos.

 

° (Net Press – Extrême Droite Hima Burundaise)  Beaucoup plus qu’en 2005, le Cndd – Fdd voudrait gagner les élections de 2010 par intimidation. [ C’est ce que craignent beaucoup de milieux politiques, et qu’a exprimé clairement hier Léonce Ngendakumana, le président du parti Sahwanya – Frodebu…]

 

° (Net Press – Extrême Droite Hima Burundaise)  La plaidoirie de Mme Vestine Nahimana pour la libération de Jean – Claude Kavumbagu : la promesse était trop bonne pour être réaliste…  Jean – Claude Kavumbagu est emprisonné à la bastille de Mpimba, la faute de lèse-majesté commise est que l’agence Net Press a publié dans une de ses éditions du 10 août 2008 que Pierre Nkurunziza a bénéficié comme frais de voyage, une somme de 100.000 $ pour aller assister aux jeux olympiques de Pékin où le Burundi avait aligné 3 athlètes.

 

°La mise en place de la Ceni : la Cosome tape du point sur la table. / Le ton a été donné par le président de la Cosome, M.Jean – Marie Vianney Kavumbagu au cours d’un point de presse animé ce matin à cet effet. Celui-ci a fait observer que la nomination des membres de la Ceni sans que les autres forces politiques de la Nation soient consultées, est périlleuse et est lourde de conséquences. Le fait qu’il y ait d’ores et déjà une grogne au sein d’autres partis qui n’ont pas été consultés est un mauvais signe pour la suite des événements, spécialement pour le rendez – vous de 2010.

 

° Célébration du 60ème anniversaire de la déclaration Universelle des droits de l’homme – A Bujumbura les cérémonies ont été marquées notamment par la conférence de presse animée par le Président de la Ligue des Droits de l’Homme ITEKA David NAHIMANA. Ce dernier a salué les efforts que le Burundi a consenti dans ce domaine, tout en déplorant la violation de la liberté d’expression avec l’emprisonnement du Vice-Président du syndicat du personnel non magistrat, et du Directeur de l’Agence Net Presse Jean Claude KAVUMBAGU.

 

°L’association sans but lucratif « Espoir pour la promotion du leadership » (Epl) vient, après tant d’autres formations politiques et d’organisations de la société civile, d’exprimer son inquiétude quant à la manière dont la Ceni est en train d’être mise en place. L’Epl trouve « incommode » la procédure suivie qui a été adoptée de proposer des noms à l’assemblée nationale et au sénat, sans consulter d’autres formations politiques et la société civile. Dans un communiqué rendu public hier, le président de cette association, M. Pascal Irariha, prévient que si le parlement approuve la liste des membres composant la Ceni, des problèmes sans précédent pourront naître, au regard des contestations de certains partis politiques et des associations de la société civile.

 

(SurviT-Banguka – Extrême Droite Hima Burundaise) Le désaveu tous azimuts du parti présidentiel. [La reconduction du CNDD-FDD va relever du mystère. Car à quelques mois des prochaines consultations électorales, le verdict est déjà quasi certain : Tout sauf le CNDD-FDD… La semaine dernière, plusieurs maisons qui servent de permanence de ce parti ont été incendiées. Le phénomène semble faire tache d’huile. En province de Kayanza, une dizaine de paillotes ont été brûlées le 20 décembre 08. En province de Cibitoke, les maisons du parti présidentiel subissent le même sort. Ces mêmes actes de sabotages sont signalés à Makamba, Kirundo, Ngozi, Cankuzo, etc. Parallèlement, de nombreux écrits anonymes qui rappellent les dérapages et les autres actes manqués du CNDD-FDD circulent dans la quasi-totalité des communes du pays.]

 

°L’association pour la Défense des Droits de la Femme (ADDF) se joint au monde dans la campagne contre les violences faites aux femmes [… Du 25 novembre au 10 décembre 2008, le monde célèbre la campagne d’activisme sur les violences faites aux femmes. A l’occasion du lancement de cette campagne, l’Association pour la Défense des Droits de la Femme (ADDF) salue l’adoption par la chambre basse du nouveau code de procédure pénale qui inclut des articles visant à réprimer les violences faites aux femmes. Elle précise en outre que sur 32 amendements que son association avait proposés, 27 ont été intégrés…]

  

(DAM,NY,AGNEWS, le 8 décembre 2010) –

 

Facebook Comments