Burundi : Le 2ème acteur sociétal – les partis politiques Rundi (en 2009).

Share Button

{jcomments on}2009, l’alliance autour du FNL se réalise. Rwasa est candidat à la Présidence. Pour lui, il ne fait aucun doute qu’il gagnera les élections en 2010. Le Frodebu, le CNDD, et le MSD se rencontrent à l’étranger pour envisager un destin commun. Le MSD prépare une négoce avec l’Uprona suite à l’aide de ce dernier dans la libération de son Président Sinduhije Alexis (interview de l’ancien Dictateur sanguinaire Pierre Buyoya- par Burundi news free). Pendant ce temps, on le verra par la suite avec la « société civile uprona » notamment que les médias préparent l’opinion nationale / Internationale contre le CNDD/FDD.

Les acteurs de la société rundi


2009

FNL-PALIPEHUTU => FNL :


Janvier :

-Les membres du FNL Palipehutu comprennent le bien fondé de changer le nom.

-Grogne chez les membres du FNL qui ne vont pas être libérés des prisons

– Toujours des obstacles au cantonnement des combattants des Fnl.

– Le Parti pour la libération du peuple hutu/Front national de libération (PALIPEHUTU-FNL) qualifie de “miettes” et refusé, les 33 postes que lui proposait l’Etat burundais dans les différentes institutions, en vertu de l’accord de cessez-le-feu liant les deux parties belligérantes.


Avril :

Le FNL est agréé en tant que parti politique.

Juin :

Rwasa et  les cadres FNL sont nommés dans l’administration burundaise.  Rwasa devient directeur général de l’INSS.


Août :

-Après la déposition des armes par le Palipehutu-Fnl et la réintégration de ses hommes au sein de la force de défense nationale, de la police et des institutions républicaines, la guerre civile est proclamée comme officiellement terminée.


Novembre :

Déclaration de la section FNL Benelux –«  La communauté nationale et internationale sont témoins depuis quelques temps des manoeuvres de sabotages des Partis politiques d’opposition en général et du Parti FNL en particulier, orchestrées par le pouvoir en place au Burundi. Une bande de gens à l’esprit malveillant est apparue au sein du Parti FNL. D’aucuns ont déjà remarqué que cette bande est gérée, entretenue et manipulée par le pouvoir CNDD-FDD en place à Bujumbura dans le seul objectif de nuire et détruire notre cher Parti le FNL…

Cette déclaration a été signée il y a de cela un mois, concomitamment avec celle signée par les représentations régionales, provinciales et communales de l’intérieur du Pays. Le public se rendra aisément compte que les sections du Parti FNL de la diaspora notamment les sections Benelux, USA-CANADA, Scandinavie, Royaume Uni et Zambie, ont signé à l’unanimité la déclaration, et que le trio de malheur KENESE-HABIMANA-BACANAMWO ne devrait pas continuer à narguer et longtemps abuser du public qui les observe. Leurs agissements n’engagent qu’eux seuls et dès lors, eux seuls devraient en assumer toutes les conséquences y relatives, sans jamais impliquer les sections de la diaspora. Pour la section FNL- BENELUX, Aimé MAGERA, Président et membre du Bureau Politique des FNL.


Septembre :

-Dissensions au sein de l’ex-rébellion des FLN [ Face à Rwasa, un mouvement de contestation mené par l’ancien porte-parole et conseiller principal des FNL, Pasteur Habimana, l’ancien secrétaire national aux relations extérieures des FNL, Jacques Kenese, et le président de la section Benelux, la plus importante d’Europe, Willy Nyotori.]


Octobre :

Monsieur Agathon Rwasa rassure aux participants à une conférence en affirmant qu’il gagnera les élections de 2010. Il prend l’exemple aux élections de 2005 où le parti CNDD-FDD au pouvoir a gagné sur 56% des voix. Il demande à chacun de faire des simple calculs en faisant allusion que le Cndd-Fdd est déjà scindé en trois partis politiques à savoir l’Upd, l’Adr et le Cndd-Fdd, c’est-à-dire de prendre 56% divisé par 3 et il reste 18,6% de voix pour chacun de ces trois partis susmentionnés. Dans l’entre temps, Agathon Rwasa profite de cette occasion pour mettre les points sur les i concernant la controverse sur le leadership de son parti. Le président reconnu des forces nationales de libération a déclaré que Jacques Kenese et Pasteur Habimana n’ont qu’à créer leur propre parti ou alors rejoindre un parti de leur choix… Le leader au parti Fnl jure que jamais il ne reprendrait la guerre contre ses propres concitoyens, parce que le combat qu’il va mener désormais sera de nature politique. Rwasa avertit d’une reprise de violence si le gouvernement agrée cette faction dissidente qui prétend l’avoir évincé.


Décembre :

Agathon Rwasa annonce sa candidature à la Présidence.




CNDD-FDD :


Janvier :

-Après l’incendie de plusieurs permanences du parti Cndd-Fdd, la ligue des jeunes organise une marche manifestation en province Bururi.

– Le porte parole du parti CNDD-FDD Onésime NDUWIMANA a indiqué à la radio nationale que son parti n’est pas en retard pour présenter le candidat pour les élections de 2010.


Février :

-Sur la colline NYAKARAMA de la commune BUGABIRA, la ligue des jeunes du parti CNDD-FDD et le parti UPD-ZIGAMIBANGA s’affrontent sur le terrain des idées.

– Les députés déchus ou dissidents du parti CNDD-FDD reviennent à la charge pour rappeler que leur ancien parti est contrôlé par des instances illégales dans la mesure où elles émanent du congrès de Ngozi, organisé le 7 février 2007 sur convocation du ministre de l’intérieur.


Mars :

-Manifestation  pour la loi sur  -l’homosexualité- (CNDD-FDD) – parce que le Sénat burundais a refusé de pénaliser l’homosexualité.

La ville de Ngozi dans une atmosphère festive à la veille de la désignation du candidat du CNDD-FDD aux élections 2010

-Le CNDD-FDD  tient  un congrès. Il apparait en parti apparemment confiant et unifié à Kayanza . 1920 membres ont été invités et 1857 sont présents soit 95, 6 pourcent, le quorum est atteint et les délibérations commencent à hui clos : communiqué final dans 30 minutes Après les consultations avec les représentants provinciaux du parti,  la décision des désignations des organes dirigeants a été votés :   Jérémie Ngendakumana reste président du CNDD-FDD, Gélase Ndabirabe devient le secrétaire général du parti. Nsesema  est chargé de la propagande et de la mobilisation politique. Lazare Mvuyekure est chargé des finances. Denise Sindokotse est chargée de la communication. Les commissaires généraux  gardent leurs fonctions. Les média sont là. Ils font un reportage en direct du congrès du CNDD-FDD pour la désignation de son candidat aux élections de 2010.


Avril :

Les sénateurs – Bagumyabanga-   disent non  à la nomination du Général en mission en Somalie  -Juvénal NIYOYUNGURUZA – (Juvénal NIYOYUNGURUZA commandait le camp militaire « bataillon para » dans lequel président feu NDADAYE a été exécuté par l’armée Burundaise.)    Par contre  pour   –  la nomination  du général major Godefroid NIYOMBARE à la tête de l’état major général de la FDN , tous les Bagumyabanga disent -Oui-.


Août :

-Exercices physiques des jeunes du Cndd-Fdd et le ministère de la défense nationale et des anciens combattants Niyonyakana qui n’apprécie pas.


Septembre :

-Festivités marquant les quatre ans de pouvoir du CNDD-FDD et du Président NKURUNZIZA.

– Six sénateurs du Cndd – Fdd démissionnent officiellement et claquent la porte du parti présidentiel afin de rejoindre les rangs de l’Upd – Zigamibanga.


Octobre :

-Le Président Nkurunziza (CNDD/FDD)  à Bruxelles. Pas de rencontre avec la Bagumyanga de Belgique.

-Brouille au sein des membres du Cndd – Fdd à Rutana : le président du parti tente d’y apporter un remède.


Décembre :

-Mise  en place d’une commission de préparation des prochaines échéances électorales de 2010 du parti Cndd-Fdd ( Hon. Gervais Rufyikiri : Président ; Joseph Ntakarutimana : Vice-Président ; Tabu Abdallah : Secrétaire)

– Le président du CNDD-FDD, l’honorable Jérémie NGENDAKUMANA, s’explique sur les rumeurs devenues pendantes. La première rumeur orchestrée par les médias d’opposition, c’est le sport de masse attribué à la Ligue des Jeunes,’’ Imbonerakure. La Ligue des Jeunes ’’Imbonerakure’’ est un mouvement intégré du parti CNDD-FDD qui a la vocation de propager l’idéologie du parti au fin fond de la jeunesse. C’est une structure politique du parti, à ne pas confondre avec une milice ou une association sportive. L’autre rumeur versée dans l’opinion, c’est une distribution de cartes nationales d’identité aux seuls membres du parti au pouvoir pour des fins électorales de 2010 ;un fait que le président du CNDD-FDD dément avec véhémence. Concernant la dissolution du Forum des Organisations de la Société Civile( FORSC) par le ministère de l’Intérieur,l’honorable NGENDAKUMANA exprime aux média la position du CNDD-FDD :’’chaque association est régie par une loi spécifique. Il faut que la question soit réglée par la voie du dialogue.’’ Notons que le président du CNDD-FDD en fin de cette conférence de presse, rappelle que notre pays est en période délicate ( de pré-élections) et donc qu’il faut douter de la véracité de certaines informations.




UPRONA :

Janvier :

L’Uprona réunifié (avec l’Extrême Droite Hima Burundaise) organise un congrès en Mairie de Bujumbura

Février :

Interview de l’ancien Dictateur sanguinaire Pierre Buyoya- (Burundi News) : « …Depuis que j’ai quitté le pouvoir, j’ai eu la chance et le privilège d’être sollicité par un certain nombre d’organisations régionales et internationales pour effectuer des missions à leur compte : les Nations Unies, l’Union Africaine, l’Organisation Internationale de la Francophonie, la CEEAC, et bien d’autres. J’ai aussi participé à plusieurs conférences et fora internationaux. En plus, j’ai été plusieurs fois invité pour donner des conférences dans les Universités et autres Institutions… »

– Les nouveaux membres de la CENI ont été choisis en concertation avec le Frodebu et l’Uprona. Les membres viennent de la société civile et des partis politiques. Ils ont été approuvés par l’Assemblée Nationale et le Sénat aussi. Les membres sont :  Pierre Claver Ndayicariye (Proche FRODEBU), Mme Margueritte Bukuru, ancien ministre du Président Ndadaye de l’Uprona , Mme Adelaïde Ndayirorere, Mr Prosper Ntahorwamiye, chef de cabinet du ministre chargé des droits de l’homme; Mr Julius Bucumi. La CENI est approuvée. Il reste la loi électorale à modifier ainsi que le cadre de la CENI


Mars :

-Déclaration du député Niyoyankana (UPRONA) à propos des sites des déplacés à Gitega « Depuis un certain temps, les déplacés regroupés dans des sites disséminés à travers les communes de  la province de GITEGA connaissent des infortunes diverses en fonction des humeurs des responsables administratifs pour la plupart communaux. ».


Juillet :

– Conférence de presse de 4 partis siégeant au Parlement : « … Premièrement, il est une question ces derniers jours qui domine les débats aussi bien dans la rue comme dans les média de tous ordres, mais surtout qui reste préoccupante pour nous en tant qu’acteurs politiques : il s’agit du projet du cadre légal des élections en particulier le code électoral qui oppose le parti au pouvoir et les autres partis politiques…En conclusion, nous, partis politiques parlementaires, déclarons que nous sommes farouchement opposés à un projet de loi si biaisé, si truqué et qui, de toute évidence, va replonger le pays dans l’insécurité et l’instabilité politique, dans l’anarchie et le chaos hypothéquant ainsi ce que les burundais ont construit, avec le concours de la Communauté Internationale quinze ans durant…» Pour le parti Sahwanya-FRODEBU / Pour le parti UPRONA :/ Pour le parti CNDD / Pour le parti MRC RURENZANGEMERO

-Election à la tête du parti Uprona : les chances des uns et des autres parmi les quatre « grands ». Les candidats : Astère Girukwigomba, Charles Nditije, Bonaventure Niyoyankana et Térence Sinunguruza.

Le Bureau Politique du Parti UPRONA rend publique la déclaration suivante (hebdomadaire Arc-en-Ciel) : « Alors que l’UPRONA… est à la croisée des chemins, dit l’éditorialiste, le Docteur Yves SAHINGUVU est aujourd’hui politiquent amaigri par une maladie devenue le cancer de tous les premiers Vice – Présidents issus du Parti UPRONA, l’incohérence et l’alignement au Cndd-Fdd au détriment de la philosophie même de l’ancien parti unique et les intérêts nationaux… »


Septembre :

-Les Upronistes réfléchissent sur – Comment le parti Uprona pourrait-il regagner la confiance des électeurs hutu ? –

– Célébration du 48ème anniversaire du parti de l’indépendance : « Le parti Uprona sera nationaliste ou ne sera rien », estime Me Sinarinzi.

Octobre :

-(Extrême Droite Hima Burundaise) Déclaration du Parti UPRONA à l’occasion de la commémoration du 16ème anniversaire du génocide des tutsi et des hutu de l’opposition commis par le Parti FRODEBU depuis le 21 octobre … [Rappel le régime militaire Hima sous la Dictature, issue du parti Uprona, a commis 2,5 millions de victimes barundi ]. Me Gabriel Sinarinzi toujours attaché au tribunal pénal international pour le Burundi…




FRODEBU :

Février :

– Les nouveaux membres de la CENI ont été choisis en concertation avec le Frodebu et l’Uprona. Les membres viennent de la société civile et des partis politiques. Ils ont été approuvés par l’Assemblée Nationale et le Sénat aussi.  Les membres sont :  Pierre Claver Ndayicariye (Proche FRODEBU), Mme Margueritte Bukuru, ancien ministre du Président Ndadaye de l’Uprona , Mme Adelaïde Ndayirorere, Mr Prosper Ntahorwamiye, chef de cabinet du ministre chargé des droits de l’homme;  Mr Julius Bucumi.  La CENI est approuvée. Il reste la loi électorale à modifier ainsi que le cadre de la CENI

Mars :

-Une coalition des partis politiques serait en voie de conception pour faire face au CNDD FDD aux présidentielles de 2010. Les délégations du parti FRODEBU et du mouvement MSD en instance d’agrément se rendent à Dar-es Salaam, en Tanzanie, en vue de s’entendre sur cette question. Le FRODEBU est représenté par trois de ses responsables, en l’occurrence, Léonce NGENDAKUMANA, le président de ce parti, Pancrace CIMPAYE, son pote parole, ainsi que Domitien NDAYIZEYE, le candidat déjà choisi pour représenter ce parti aux élections de 2010. Le MSD est représenté par son président Monsieur Alexis SINDUHIJE. D’autres candidats potentiels à cette coalition sont : – le FNL d’Agathon RWASA ainsi que le parti UPD Zigamibanga.


Juillet :

– Déclaration des ministres issus du parti Frodebu contre un projet de code électoral

– Les ministres du Frodebu boycottent le conseil des ministres à cause du contenu du projet de Code Electoral présenté pour étude.

– Conférence de presse de 4 partis siégeant au Parlement : « … Premièrement, il est une question ces derniers jours qui domine les débats aussi bien dans la rue comme dans les média de tous ordres, mais surtout qui reste préoccupante pour nous en tant qu’acteurs politiques : il s’agit du projet du cadre légal des élections en particulier le code électoral qui oppose le parti au pouvoir et les autres partis politiques…En conclusion, nous, partis politiques parlementaires, déclarons que nous sommes farouchement opposés à un projet de loi si biaisé, si truqué et qui, de toute évidence, va replonger le pays dans l’insécurité et l’instabilité politique, dans l’anarchie et le chaos hypothéquant ainsi ce que les burundais ont construit, avec le concours de la Communauté Internationale quinze ans durant…» Pour le parti Sahwanya-FRODEBU / Pour le parti UPRONA :/ Pour le parti CNDD :/Pour le parti MRC RURENZANGEMERO

-MM. Cimpaye (FRODEBU) et Bizimana (CNDD) réclament que la radio nationale et la télévision cessent d’être des objets de propagande du CNDD-FDD.




MSD :

Mars :

– Alexis Sinduhije est libre

-Communiqué de l’Union Européenne après la libération d’Alexis Sinduhije

-Communiqué du département d’Etat après la libération d’Alexis Sinduhije

– Quelque 3.514 ex-combattants des Forces nationales de libération (FNL) quitte les différentes positions montagneuses de l’ouest du Burundi pour rejoindre le site de rassemblement de Rubira, plus au nord.

Avril :

– Communiqué du MSD sur son agrément … Les militants s’impatientent.

– Interview d’Alexis Sinduhije, président du MSD,  dans le journal Iwacu,  après quatre mois de prison  pour des raisons sécuritaires évoqués.

Mai :

-500 étudiants de l’université du Burundi réclame l’agrément du MSD.

-Conférence d’Alexis Sinduhije (MSD) à Oslo en Norvège.

Juin :

-Un article intitulé : « Burundi, les tambours de la démocratie », par Alexis Sinduhije (MSD), paru dans Libération- « … Devant l’étendue des dossiers en cours et le risque de voir le cénacle politique traditionnel du Burundi refuser l’irruption d’une nouvelle parole, le pays a besoin de l’appui de la communauté internationale. La France, la Belgique, l’Europe, grands bailleurs de fond s’investissent déjà dans l’avenir de la sous région. Il faut plus encore, car le problème national n’est pas seulement financier. Au Burundi, une démocratie tente de voire le jour. Mais sans une grande discussion nationale libre et éclairée, les élections ne resteront qu’un leurre. C’est bien l’urgence des mois à venir et un devoir pour les pays développés que d’aider et promouvoir l’émergence de ce débat tant attendu par le pays et par l’ensemble de la région des Grands Lacs… ».

Le MSD est agréé. Il est  le 43 è parti politique  rundi.

Juillet :

Alexis Sinduhije (MSD) anime une conférence à Paris

-Le président du Msd cite, dans son programme, parmi les accords antérieurs le remplacement du service de la documentation par un ministère à part entière, étant donné que ce service a toujours été dénoncé sous les régimes du passé et que le pouvoir du Cndd-Fdd n’a absolument rien fait pour soigner son image…

Août :

Projet politique du parti MSD est présenté aux citoyens barundi.

Octobre :

-Conférence débat du MSD en Hollande par le président du parti M.S.D.,Mr Alexis Sinduhije : « Comment et pourquoi renforcer la démocratie au Burundi.»

Décembre :

– Discours d’Alexis Sinduhije, président du parti MSD, lors de la réception du prix de patriotisme.




UPD :

Février :

-Sur la colline NYAKARAMA de la commune BUGABIRA, la ligue des jeunes du parti CNDD-FDD et le parti UPD-ZIGAMIBANGA s’affrontent sur le terrain des idées.

Septembre :

– Six sénateurs du Cndd – Fdd démissionnent officiellement et claquent la porte du parti présidentiel afin de rejoindre les rangs de l’Upd – Zigamibanga.

Novembre

-L’UPD crée une section aux Pays Bas.




CNDD :


Janvier :

Attaque politiquement motivée au domicile d’un membre du CNDD Nyangoma


Février :

Lettre de démission de Jean Marie Ngendahayo du CNDD de Nyangoma-


Mars :

-Le Parti CNDD, face au blocage systématique et délibéré du contrôle de l’action gouvernementale par le Bureau de l’Assemblée Nationale avec la complicité du Gouvernement sort de sa réserve.


Juillet :

– Conférence de presse de 4 partis siégeant au Parlement : « … Premièrement, il est une question ces derniers jours qui domine les débats aussi bien dans la rue comme dans les média de tous ordres, mais surtout qui reste préoccupante pour nous en tant qu’acteurs politiques : il s’agit du projet du cadre légal des élections en particulier le code électoral qui oppose le parti au pouvoir et les autres partis politiques…En conclusion, nous, partis politiques parlementaires, déclarons que nous sommes farouchement opposés à un projet de loi si biaisé, si truqué et qui, de toute évidence, va replonger le pays dans l’insécurité et l’instabilité politique, dans l’anarchie et le chaos hypothéquant ainsi ce que les burundais ont construit, avec le concours de la Communauté Internationale quinze ans durant…» Pour le parti Sahwanya-FRODEBU / Pour le parti UPRONA :/ Pour le parti CNDD :/ Pour le parti MRC RURENZANGEMERO

-MM. Cimpaye (FRODEBU) et Bizimana (CNDD) réclament que la radio nationale et la télévision cessent d’être des objets de propagande du CNDD-FDD.


Octobre :

-Conférence du député Léonard Nyangoma en Belgique : « “Les techniques de fraudes électorales observées au Burundi et en Afrique ainsi que les failles du nouveau Code électoral burundais”. »




ADR :

Avril :

-Mémorandum du parti ADR dirigé par Alice Nzomukunda-

Mai :

Conférence d’Alice Nzomukunda, présidente du parti ADR, à Bruxelles Situation socio-politique et  économique du Burundi –

Juillet :

-Interview d’Alice Nzomukunda, présidente du parti ADR sur « le fameux code électoral burundais »  (par Burundi  News)

Août :

-Madame Alice Nzomukunda parle d’inutilité du département chargé des élections au ministère de l’intérieur.




MRC :

Avril :

Message de condoléance de la section Europe du MRC suite au décès de Me Laurent Nzeyimana

Juillet :

– Conférence de presse de 4 partis siégeant au Parlement : « … Premièrement, il est une question ces derniers jours qui domine les débats aussi bien dans la rue comme dans les média de tous ordres, mais surtout qui reste préoccupante pour nous en tant qu’acteurs politiques : il s’agit du projet du cadre légal des élections en particulier le code électoral qui oppose le parti au pouvoir et les autres partis politiques…En conclusion, nous, partis politiques parlementaires, déclarons que nous sommes farouchement opposés à un projet de loi si biaisé, si truqué et qui, de toute évidence, va replonger le pays dans l’insécurité et l’instabilité politique, dans l’anarchie et le chaos hypothéquant ainsi ce que les burundais ont construit, avec le concours de la Communauté Internationale quinze ans durant…» Pour le parti Sahwanya-FRODEBU / Pour le parti UPRONA : / Pour le parti CNDD :/ Pour le parti MRC RURENZANGEMERO.



CDP :

Mai :

Le parti CDP s’exprime sur la grève des médecins.




EXTREME DROITE HIMA BURUNDAISE

Janvier :

-Le parti Uprona réunifié organise un congrès extraordinaire pour élire un nouveau comité provincial en mairie de Bujumbura. Ainsi Popon MUDUGU de l’aile Charles MUKASI a été élu premier secrétaire du parti dans la province urbaine de Bujumbura, il a été secondé par Abel GASHATSI.. Un comité provincial de 60 membres a été également constitué

Mars :

-L’Uprona tendance Charles Mukasi dénonce la banalisation du crime de génocide commis au Burundi.

Avril :

-Message du Parti UPRONA au Peuple Rwandais à l’occasion de la commémoration du 15 ième anniversaire du génocide commis au Rwanda en 1994.

Août :

-L’association Survit-Banguka (Extrême Droite Hima Burundaise) s’est également jointe aux autres milieux intéressés par le renouveau à l’Uprona pour « présenter ses sincères et chaudes félicitations » au nouveau duo Niyoyankana – Nibigira, qui préside actuellement aux destinées du parti Uprona réunifié.

Octobre :

-(Extrême Droite Hima Burundaise) Déclaration du Parti UPRONA à l’occasion de la commémoration du 16ème anniversaire du génocide des tutsi et des hutu de l’opposition commis par le Parti FRODEBU depuis le 21 octobre … [Rappel le régime militaire Hima sous la Dictature, issue du parti Uprona, a commis 2,5 millions de victimes barundi ]. Me Gabriel Sinarinzi toujours attaché au tribunal pénal international pour le Burundi …




MSP – INKIZO

Janvier :

Le problème entre les leaders du parti MSP-Inkinzo s’accentue. Selon des informations deux blocs antagonistes se sont constitués, l’un soutenant l’ancien président en la personne du docteur dentiste Alphonse Rugambarara et l’autre partie autour de monsieur Tite Bucumi.

Mars :

-Le parti INKINZO opte pour le camp du CNDD-FDD au cours des élections de 2010.

-Le mouvement socialiste panafricaniste (Msp) réaffirme son soutien à Alphonse Rugambara.

Juillet :

Le MSP – Inkinzo dément sans être convaincant d’être un appendice du parti au pouvoir.




CDP :

Mars :

-Le ministre de l’Intérieur Edouard Nduwimana valide l’agrément du 40ème parti politique au Burundi, en l’occurrence le Conseil des Patriotes (CDP). Son président Anicet Niyonkuru, promet une triple révolution (politique, culturelle et économique) aux Burundais.


( DAM,NY,AGNEWS, le 18 octobre 2010 )

Facebook Comments