Images : Senat.bi

Burundi : Le 3ème mandat du Président NKURUNZIZA est légitime

Share Button
Images : Senat.bi

Images : Senat.bi

DROIT INTERNATIONAL , PARLEMENT – Le 3ème mandat du Président NKURUNZIZA est légitime, selon la Cour Constitutionnelle du Burundi et l’East African Court of Justice (2 institutions africaines indépendantes )

A Bujumbura, au Parlement du Burundi, ce mardi 1 août 2017,  l’Hon.  Ndikuriyo Réverien, Président du Sénat du Burundi [ http://www.senat.bi/ ], dans un communiqué du Sénat rejetant la Résolution du Parlement Européen du jeudi 6 juillet 2017 (  influencée par les lobbies des multinationales des familles des anciens colons , présents dans les Grands Lacs Africains ), rappelle que les institutions démocratiques burundaises actuelles sont légitimes, en matière de standard des Etats de Droits et du droit internationale.

En  2015, les manifestations insurrectionnelles sous prétexte d’une candidature de S.E. Nkurunziza Pierre, les très populaire Président africain du Burundi [  http://burundi-agnews.org/inaugurations/http://burundi-agnews.org/tdc/ ]   à un « troisième mandat » n’étaient pas fondés  car :
L’arrêt rendu   le  mardi 5 mai 2015 par la Cour Constitutionnelle de la République du Burundi, l’explique [ http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2015/05/arret-de-la-cour-constitutionnelle-rccb-303.pdf ]. De manière légale des Burundais, parmi les manifestants, ont contesté cet arrêt,  arguant qu’il émanait du pouvoir et qu’il avait eu des pressions sur un membre de la Cour Constitutionnelle,  devant l’East African Court of Justice (EACJ) ou la Cour de Justice de l’East Africa Commnunity (EAC) où ne siège pas de juges Barundi.    Le mardi  29 septembre 2016 ( après une course marathon juridique commencée en juillet 2015 ), l’East African Court of Justice (EACJ)  a  affirmé le respect de la Constitution de la République du Burundi dans l’organisation et la participation des candidats aux élections présidentielles organisées au cours de l’année 2015. L’EACJ a donc conforté l’arrêt du mardi 5 mai 2015  de la Cour Constitutionnelle du Burundi  [ http://burundi-agnews.org/justice/burundi-report-de-la-presidentielle-east-african-court-of-justice-dit-pas-necessaire-ni-souhaitable/  –  http://eacj.org/wp-content/uploads/2016/09/REF-NO.2-OF-2015.pdf  ou   http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2017/08/bdi_burundi_3emeMandatNkurunziza_Court_of_justice-_african_community_REF-NO.2-OF-2015.pdf   ].

Actuellement dans le monde, à cause de la GUERRE MEDIATIQUE orchestrée par les familles des anciens colons sur l’Etat du Burundi, beaucoup pensent encore que le Président du Burundi n’est pas légitime à cause d’un 3ème mandat qu’il est entrain de voler. C’est donc un mensonge entretenu…

Le Burundi fait face à une GUERRE GÉOSTRATÉGIQUE de positionnement économique dans la région des Grands Lacs africains, opposant des multinationales de la Belgique,de la France, et des USA, à la Chine.
La CNIDH burundais souhaiterait que la CPI ne soit pas manipulée par les acteurs principaux de cette kabbale contre le Burundi.
A cause de cette manipulation, le Burundi a décidé en 2016 de quitter la CPI, ainsi que de nombreux autres pays africains.
L’Examen Préliminaire de la CPI entamé depuis le lundi 25 avril 2016 sur la situation au Burundi, avait été souhaité par les agresseurs OCCIDENTAUX du Burundi ( essentiellement les réseaux des familles d’anciens Colons d’Europe, des USA, et du Canada  ), qui sont les principaux acteurs de cette GUERRE GÉOSTRATÉGIQUE,  en poussant des familles Hima burundaises appartenant à l’ancienne junte Hima burundaise ( Micombero – Bagaza – Buyoya ), à produire des dossiers judiciaires d’accusations à la CPI contre le Burundi. La junte Hima burundaise avait été placée au pouvoir au Burundi après l’indépendance entre 1965-1966 par la France ( associée aux USA ). Pour rappel, cette dictature HIMA burundaise a fait plus de 4.5 Millions de victimes BARUNDI en 40 ans de pouvoir : Le fameux Génocide Régicide contre les Barundi commis par les HIMA burundais – http://burundi-agnews.org/genocide.htm ; http://burundi-agnews.org/ccburundi.htm ; http://burundi-agnews.org/agnews_refugees.htm . Ces crimes n’ont jamais été jugés.
Le mercredi 13 mai 2015, cette junte Hima burundaise a récidivé en tentant un Coup d’Etat militaire au Burundi qui a échoué, avec la complicité de la Belgique, de la France, de l’administration OBAMA + les Réseaux du milliardaire américain SOROS, et du RWANDA du dictateur KAGAME. A la suite, de cet échec, de nombreuses familles HIMA burundaises ont fui le Burundi pour se réfugier au RWANDA,en EUROPE, et au CANADA.
A cause de ce Coup d’Etat  militaire raté , le Burundi et les BARUNDI ont désormais coupé les ponts avec le RWANDA et les OCCIDENTAUX qui leur veulent du mal.
Les agresseurs OCCIDENTAUX du Burundi ont de suite organisé un Dialogue Inter-Burundais avec comme négociateur l’Ouganda de Mze MUSEVENI, en vue de tenter de sauver le positionnement GEOSTRATEGIQUE de leurs multinationales dans la région des Grands Lacs africains. Les occidentaux exigent un – DIALOGUE INCLUSIF – pour arrêter la GUERRE HUMANITAIRE ( dont cet Examen Préliminaire de la CPI  ) qu’ils ont engagé contre le BURUNDI et les BARUNDI.
Le DIALOGUE INCLUSIF signifie qu’il faut obliger les BARUNDI à réintégrer la JUNTE HIMA BURUNDAISE et les membres de leurs familles, responsables du COUP D’ETAT MILITAIRE du mercredi 13 mai 2015 DANS LES INSTITUTIONS BURUNDAISES ACTUELLES.
Comment comprendre cette intégration forcée que souhaite les agresseurs OCCIDENTAUX des BARUNDI, appelée DIALOGUE INCLUSIF : Les HIMA ( le Clan HIMA ) au Burundi représentent 2 à 5% de la population burundaise. Face à eux, les BARUNDI, dont les 3 clans (1) les plus nombreux du Burundi que sont : les BAHANZA (60%), les BAJIJI(20%), et les BASHUBI(15%). S.E. NKURUNZIZA Pierre, le très populaire Président africain du Burundi, est du clan des BAHANZA, comme l’était  les BAMI ou ROIS du Burundi autrefois sous la DYNASTIE DES BAGANWA (2).
En Afrique, et au Burundi, où depuis 3.200 avant notre ère, on maîtrisait la mise en place de ROYAUMES, c’est à dire la science des institutions de ce type d’Etat, on savait que pour faire des Etats stables, il suffisait de prendre les chefs des clans les plus nombreux sur un territoire donné; de les asseoir ensembles autour d’une même table ( ou BAOBAB ) ; et de les laisser définir leur alliance. C’est à dire la Constitution de leur Etat.
Au Burundi, la dernière dynastie des BAGANWA avait assis autour d’une même table pour leur alliance des BAHANZA, des BAJIJI, et des BASHUBI : les 3 clans les plus nombreux du Burundi.  Le Royaume des BARUNDI -INGOMA Y’UBURUNDI – était millénaire, dont STABLE, grâce à cette formule politico-institutionnelle.
Les agresseurs occidentaux des BARUNDI et leurs alliés africains ( RWANDA + JUNTE HIMA BURUNDAISE )  exigent que  l’Accord d’Arusha de 2000 au Burundi, qui  a été conclu avec  la Junte HIMA burundaise, représentant seulement 2 à 5% de la population burundaise, soit préservé au BURUNDI. Pour l’Afrique et les BARUNDI, il s’agit d’une anomalie institutionnelle qu’il faut urgemment corriger car ne pouvant découler que sur des INSTITUTIONS INSTABLES de manière permanente ( Cfr. Coup d’Etat militaire du mercredi 13 mai 2015 ).  Globalement l’Accord d’Arusha de 2000 a donné  40% de l’administration burundaises et 50% de l’armée, aux HIMA burundais qui représentent 2 à 5% de la société burundaise. En accordant seulement aux autres Barundi  ( Bahanza + Bashubi + Bajiji  : 95% de la société burundaise ),  60% de l’administration burundaises et 50% de l’armée.
Pour les familles d’anciens COLONS OCCIDENTAUX, patrons de nombreuses multinationales dans la REGION DES GRANDS LACS AFRICAINS, l’ Enjeu Burundi est important car des 2020 les nouvelles Routes de la SOIE CHINOISE seront fonctionnelles et leur profit économique chutera de manière définitive en Afrique …

NOTES :
(1) Les Barundi sont représentés par plus de 200 clans, majoritairement des sous clans des 3 plus grands clans que sont les BAHANZA, les BAJIJI, et les BASHUBI.
(2) Les BAMI (ROI) visibles étaient des BAHANZA et les BAMI invisibles,apparaissant par exemple  aux MUGANURO ( anciennes fêtes nationales liées au rituel des semailles du sorgho ),   des BAJIJI.

DAM,NY,AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le jeudi 3 août 2017

Facebook Comments