Afrique / France: Le mensonge de François Hollande sur le Burundi

Share Button
Le mensonge de François Hollande sur les élections au Burundi ( 2015)

Le mensonge de François Hollande sur les élections au Burundi ( 2015)

A Bujumbura, ce samedi 4 juillet 2015, la rue burundaise jointe par le micro d’AGnews n’est pas tendre avec le Président de la France, S.E. François Hollande.  M. Pierre NDAYISHIMYE,  universitaire sorti de l’Université du Burundi, raconte qu’il suit les visites de M. François Hollande en terre africaine ces derniers mois. Pour M. NDAYISHIMYE, le Président de la France est un menteur sur la situation burundaise, précisément institutionnelle

Le mensonge de François Hollande sur les élections au Burundi ( 2015)

Le mensonge de François Hollande sur les élections au Burundi ( 2015)

M. Pierre NDAYISHIMYE s’explique : “ Tout d’abord les Ambassadeurs du Burundi  à l’Union Africaine et à l’East African Community EAC doivent s’exprimer clairement sur la situation juridique au Burundi concernant le fameux 3ème mandat Nkurunziza. En disant, ce que nous savons au Burundi que :

Selon M. Pierre NDAYISHIMYE,  si ces 2 vérités sont expliquées à l’Afrique entière par nos diplomates et médiatisées suffisamment, tous les États Africains dénonceraient les paroles mensongères de S.E François Hollande, Président de la France, dont l’objectif est de divisé les africains entre eux.


M. Pierre NDAYISHIMYE : ” Pour  S.E. François Hollande, en novembre 2014  – La population du Burkina Faso a fait une belle démonstration qui doit faire réfléchir ceux qui voudraient se maintenir, au delà du temps nécessaire, à la tête de leur pays, en violant l’ordre constitutionnel. parce que ce qu’a fait la population du Burkina Faso c’est tout simplement de faire respecter le droit et de permettre qu’on n’empêche de réviser – “[ https://www.youtube.com/watch?v=N4QuJsT1ZuU ].


M. Pierre NDAYISHIMYE poursuit : ” Le mardi 2 juin 2015, lors de la deuxième journée de visite officielle du président de Transition du Burkina Faso, S.E. Michel Kafando à Paris, où le Président français S.E François Hollande accuse le Burundi de ne pas respecter son processus Constitutionnel [ https://www.youtube.com/watch?v=4SWNYUqy3Aw ]”.


M. Pierre NDAYISHIMYE reprend : ” Voici maintenant  les paroles de S.E. François Hollande ce jeudi 2 juillet 2015 à Cotonou au Bénin.  S.E. François Hollande parle de présidents  qui se perpétuent au pouvoir, de changements de Constitution, et de risques pour la stabilité  est donne l’exemple du Burundi“. [ http://www.dailymotion.com/video/x2wcgct_discours-de-hollande-au-benin-l-acceptation-du-verdict-des-urnes-c-est-la-preuve-de-la-maturite_news?start=103 ]

En conclusion, explique M. Pierre NDAYISHIMYE : ” Qu’est que cela signifie réellement en connaissant les 2 vérités juridiques que je vous ai rappelé plus haut, en commençant sur la réalité institutionnelle du Burundi ?   Le Burundi n’est pas dans les cas de figure du Burkina Faso.  Au Burundi, il y a eu ni modification de la Constitution,  ni violation de la Constitution comme le confirme l’arrêt de la Cour Constitutionnelle du Burundi [ L’Arrêt de la Cour Constitutionnelle  RCCB 303  ] qui a dit le droit.  Pour S.E. François Hollande, la France,  le Burundi n’a pas respecté la Constitution. Ce qui est faux. D’où  M. François Hollande est entrain de mentir à l’Afrique.

M. Pierre NDAYISHIMYE termine : ” Actuellement, la France est entrain de faire un tour en Afrique pour tenter de mettre en place la force militaire africaine, sous son contrôle ( voir : http://www.dailymotion.com/video/x2whxl5_point-presse-au-palais-presidentiel-de-luanda_news  ou encore http://www.dailymotion.com/video/x2wbghi_allocution-au-palais-presidentiel-de-cotonou_news ). En tous cas l’instabilité ( causée par des “forces obscurantistes” ) que la France, avec l’aide des USA, instaure  en Afrique en ces moments ( ex Somalie, Lybie, Mali, Centrafrique, et Boko Haram Nigeria – Cameroun -Niger – Tchad, et au Burundi ), perturbe le calendrier de mise en place de la Force de Défense Africaine qui  devaient, elle,  apparaître entre 2015 et 2016“.

Le Burundi est sorti de la  Dictature militaire féroce des Bahima burundais instaurées par la France depuis 1965, et qui a fait, en près de 40 ans de règne, plus de 4,5 Millions de victimes Barundi [ http://www.burundi-agnews.org/genocide.htm ; http://www.burundi-agnews.org/ccburundi.htm ; http://www.burundi-agnews.org/agnews_refugees.htm ].
Actuellement, la situation sécuritaire au Burundi est très bonne. Tous les rapports sécuritaires de l’administration territoriale dont les Ministères de l’Intérieur et de la sécurité publique sont formelles. Seul, depuis le mois d’avril dernier 2015, avec ce que l’on appelle désormais – la Révolution de Couleur initiée au Burundi par la France, la Belgique et les USA – , 4 quartiers de Bujumbura sur 3002 collines et quartiers que comptent le Burundi, où tous les journalistes et  Media de la French Media Network ( RFI, AFP, FRANCE 24, le Monde,  etc.) et de la Samanta Power US – Connection (VOA, BBC, Reuter …) se sont installés momentanément pour expliquer le Burundi à la planète,  sont en situation d’insécurité de temps à autres.
La présentation de KO , mise en scène par ces journalistes et média étrangers,  de ces 4 petites localités de Bujumbura, plus l’aide de média privés locaux ( les Radios Rumeurs – RPA / ISANGANIRO / BONESHA / TeleRenaissance etc.) financés pour cette occasion par certains diplomates de l’Union Européenne et des USA , et d’activistes locaux dont des étrangers sur les Réseaux sociaux ( Facebook, Twitter, Whatsapp etc. ), a permis en moins de quelques semaines à créer une  panique bleu  au sein d’une tranche  de la population  burundaise, qui était encore traumatisée de la Dictature des Bahima burundais ( Micombero, Bagaza, et Buyoya )de 1965 à 2005, de fuir le Burundi pour se réfugier dans les pays voisins ( à cause de la Rumeur ).  De plus, le citoyen lambda de n’importe quel pays du monde pense qu’aujourd’hui c’est le KO généralisé au Burundi. Ce qui est vrai Virtuellement mais faux Réellement.

Le Burundi a été victime depuis avril 2015 d’une Révolution de Couleur initiée par les USA, la France et la Belgique, qui devait faire échec aux 3èmes élections démocratiques de 2015.  Cette Révolution de Couleur à la sauce burkinabé au Burundi, après quelques semaines de manifestations devaient se clôturer par un  Coup d’État qui a eu lieu le mercredi 13 juin 2015 mais qui a échoué.  Depuis les diplomaties américaines, françaises et belges font tout pour discréditer les élections en cours au Burundi notamment en faisant outils de leurs relations aux Nations-Unis, et à l’Union Africaine.

DAM, NY, AGNEWS, le samedi 4 juillet 2015

Facebook Comments