Burundi/décentralisation : Busiga classée meilleure commune 2012

Share Button
La décentralisation à la Burundaise  avec  les autorités burundaises mobilisées aux travaux de développement communautaires.

La décentralisation à la Burundaise avec les autorités burundaises mobilisées aux travaux de développement communautaires.

A Busiga en province de Ngozi, a eu lieu une première au Burundi. SE Pierre Nkurunziza, le très populaire président africain du Burundi, a lancé l’ouverture des travaux de l’atelier de restitution des résultats de l’évaluation des performances des 129 Communes Burundaises.
Quelle a été la meilleure commune au Burundi en 2012 en ce qui concerne les avancées dans son auto-développement avec la politique de décentralisation ? C’est la commune de Busiga en province de Ngozi.  Elle fait parti des 19 communes sur 129, qui ont été primées, avec des notes variant entre 79 et 90%.  La commune de Makamba est classée la dernière avec une note de 36%.

La politique de décentralisation a réellement débuté au Burundi fin 2005, avec l’arrivée au pouvoir du CNDD-FDD, formation politique de S.E. Nkurunziza Pierre. Le souhait du CNDD-FDD était de brisser le centralisme d’Etat exarcerbé hérité du système dictatorial qui a conduit le Burundi de 1966 à 2005. Il s’agissait de rapprocher les citoyens Barundi aux institutions de l’Etat mais aussi de rendre ces derniers, acteurs de leur propre développement.
Afin de sortir de ce côté souvent très technique de la décentralisation, le très populaire président du Burundi, S.E. Nkurunziza Pierre, amateur de sport, a eu l’idée, de lancer un coucours des communes autour de développement local grâce aux travaux communautaires à effectuer. Ainsi tous les acteurs institutionels sont priés à se rendre, chaque semaine, dans leurs localités et y effectuer des travaux communautaires. Lors de ces évaluations communaux qui ont lieu à Busiga, on regarde aussi la commune qui a réussi à se développer autour des travaux communautaires : les plus courageux parmi les citoyens communaux du Burundi.

Cette année 2012, pour la 2ème fois, les ministères de l’intérieur et du développement communal ont réussi à réunir l’ensemble des acteurs institutionnels de la décentralisation, administrations communales, et provinciales, les partenaires au développement (techniques et financiers), les ministères sectoriels, les cadres du Ministère du Développement Communal, afin d’aboutir à un dialogue transparent entre les acteurs locaux et les hautes autorités de l’Etat, initiant ainsi une véritable démarche de démocratie participative et de redevabilité. Le fruit, c’est la réalisation de cette première évaluation historique des 129 communes burundaises autour de la thématique de décentralisation d’où du développement local…
Pour aider les communes à devenir autonomes financièrement un Fonds National d’Investissement Communal (FONIC) a été mise en place. En ce moment, des réformes du FONIC sont en cours.
L’évaluation des performances des Communes a pour objet de voir, entre autre sur ce sujet d’autonomie financière, où en sont les 129 communes burundaises. On évalue précisément sur une vingtaine de critères, en insistant sur la bonne gouvernance et la gestion administrative. Cette année 2012, le progrès démocratique dans la commune burundaise a été noté encourageant. Au niveau de l’efficacité dans la gestion financière, un pas est encore nécessaire à faire. Une des grandes faiblesses,sur ce plan, demeure les bonnes ressources humaines adéquates. Pour l’année 2013, avec le projet d’informatisation, l’Etat du Burundi espére que les améliorations seront plus visibles.
L’évaluation générale des communes burundaises est satisfaisante… Avec 19 communes sur 129, qui ont été primées, avec des notes variant entre 79 et 90%. La commune de Busiga en province de Ngozi, où a lieu cette rencontre d’évaluation des communes, est la meilleure commune 2012 en termes de décentralisation.
La commune de Makamba, en province de Makamba, est classée la dernière avec une note de 36%.

Au delà des acteurs gouvernementaux, S.E. Nkurunziza Pierre a remercié, lors de cette rencontre d’évaluation, la qualité du partenariat qui existe entre le Gouvernement du Burundi et de nombreuses ONGs qui aident les communes burundaises dans l’établissement d’une bonne décentralisation dans le pays. Le président du Burundi n’a pas oublié de remercier tous les partenaires au développement qui soutiennent la politique de décentralisation au Burundi.

DAM, NY, AGNEWS, le 21 décembre 2012

Facebook Comments