M. Tharcisse Niyongabo, gouverneur de la province Bubanza ( photo : GOV.BI )

Burundi : L’augmentation de conflits intraconjugaux interpelle à Bubanza

Share Button
M. Tharcisse Niyongabo, gouverneur de la province Bubanza ( photo : GOV.BI )

M. Tharcisse Niyongabo, gouverneur de la province Bubanza ( photo : GOV.BI )

SOCIETE  – L’application du principe d’égalité HOMME et FEMME fait naître de plus en plus de CONFLITS SOCIAUX à BUBANZA. Des frustrations intraconjugales apparaissent  avec ces changements …

A Bubanza, ce jeudi 1 juin 2017,  M. Niyongabo Tharcisse,  gouverneur de la province Bubanza, a présenté des cas de conflits sociaux et intraconjugaux qui sont prégnants dans sa localité, ces derniers jours, par exemples :

1/ Dispute  et violence conjugale – Un homme qui a dépensé son argent dans un bar rentre à la maison. Cela se déroule en commune Rugazi,colline Kibenga, ce monsieur arrive à la maison et donne le reste ( la ration du jour ) à Madame, soit 3.000 BIF ( environ 1,7 USD ). Elle refuse, l’homme frappe sérieusement son épouse ;
2/ Dispute  et violence conjugale – En commune Rugazi, colline Kirengane, un homme et son épouse se disputent sur la manière de gérer les comptes de la maison. La bagarre éclate car Madame est contre l’idée de vendre toute la récolte sans qu’elle ait donné son avis.
3/ Cas d’adultère – En commune Rugazi, colline Kirengane, un homme surprend son épouse en pleine adultère avec un voisin derrière sa maison. La bagarre éclate … Le couple est en instance de séparation.
4/ La gestion financière au sein du couple –  En commune Mpanda, un mari surprend une réunion chez lui de 3 femmes avec son épouse entrain de se plaindre de la gestion financière dans leur couple respectif. Les femmes interrompent leur rencontre. Une bagarre éclate entre le mari et une des 3 femmes qui élèvent sa voix. La femme se fait rouer de cou.

Au Burundi, la société change avec – la politique d’égalité entre les HOMMES et les FEMMES –  prônée par l’ETAT, poussé par les institutions GLOBALES ( ex. ONU, Union Européenne etc. ).  Ce virement sociétal produit une violence intrinsèque dans les couples. La femme burundaise  change et à ses exigences  qui deviennent de plus en plus ardues. Concernant cette violence des HOMMES à l’égard des FEMMES, le gouverneur Niyongabo rappelle qu’il y a la LOI. Les  instances judiciaires de BUBANZA doivent appliquer la nouvelle Loi sur les violences basées sur le genre et les sanctions très sévères prévues à cet égard.
Selon les SOCIOLOGUES, la société burundaise traditionnelle est basée sur des clans ( IMIRYANGO ), Bantous ( linguistique ), sédentaires (  Les BARUNDI sont des propriétaires terriens – cfr. ITONGO ), agricoles, et ayant maîtrisé le FER. La société burundaise a une filiation matrilinéaire, et les CLANS BARUNDI sont MATRILOCALES, fondées sur le pilier CLANIQUE et FAMILIAL. C’est à dire respectant les anciens du clan – les ancêtres -, dont la soumission à ces derniers est totale.  Mais pourtant aujourd’hui, seul la présence massive dans la SOCIETE BURUNDAISE d’un système PATRIARCAL est présent. Pourquoi ? Selon les SOCIOLOGUES, ce sont les alliances CLANIQUES pour fonder les ROYAUMES ( LES ETATS )  qui sont à la base de ce changement …
 
DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le jeudi 1 juin 2017

Facebook Comments