M. Ndayishimiye Nicolas, Directeur Général de l’Institut des statistiques et d’études économiques du Burundi (ISTEEBU) ( Photo : Journal Burundi Eco 2017 )

Burundi : La Radio 1 fois semaine pour 29% femmes et 54% hommes

M. Ndayishimiye Nicolas, Directeur Général de l’Institut des statistiques et d’études économiques du Burundi (ISTEEBU) ( Photo : Journal Burundi Eco 2017 )

M. Ndayishimiye Nicolas, Directeur Général de l’Institut des statistiques et d’études économiques du Burundi (ISTEEBU) ( Photo : Journal Burundi Eco 2017 )

MEDIA, SOCIETE – Selon l’ISTEEBU, les Barundi et la Radio, 29% des femmes et 54% d’hommes l’écoutent 1 fois / semaine.

A Bujumbura, Hôtel Royal Palace, ce mercredi 3 janvier 2018, M. Ndayishimiye Nicolas, Directeur Général de l’Institut des Statistiques et Etudes Economiques du Burundi (ISTEEBU), a informé, en conférence de presse lors de la présentation des résultats de l’Enquête démographique et de santé au Burundi, troisième génération (EDSB-III, 2016-2017), que, concernant : 1/ Le Journal écris, 1% des femmes et 5% des hommes lisent 1 journal qu’au moins 1 fois / semaine ; 2/ La Télévision, 5% des femmes et 9% des hommes la regardent au moins 1 fois / semaine ; et 3/ La Radio, 29% des femmes et 54% d’hommes l’écoutent 1 fois / semaine.
Ainsi 69% des femmes et 45% des hommes disent passer au moins 1 fois / semaine sans exposition médiatique.

L’échantillonnage a été faite sur tout le territoire national du dimanche 9 octobre 2016 au mardi 7 mars 2017 auprès de 16 620 ménages ( 3 180 en milieu urbain et 13 440 en milieu rural) composés de femmes et d’hommes de 15 à 49 ans.

Au Burundi, cette enquête sur les Media se veut être un outil important pour savoir comment toucher les Barundi, notamment sur les questions démographiques et de santé de base.
En Afrique, et au Burundi, en particulier, les média sont des outils aux services de l’ETAT pour soutenir sa PRODUCTION NATIONALE ( ECONOMIE ), aider à sa GESTION ( des média adjuvants des administrateurs ) et à sa REGULATION ( des médias qui vulgarisent les TEXTES LEGAUX et le SAVOIR des SAVANTS CHERCHEURS BARUNDI ) . Les média ont aussi pour JOBS de révéler ce qui ne va pas au niveau des PRODUCTEURS, des GESTIONNAIRES et des RÉGULATEURS de l’ETAT. Mais toujours dans le sens de CONSTRUIRE le pays. C’est à dire de préserver la VERITE, la JUSTICE et l’HARMONIE de l’ETAT. Les MEDIA du DÉSORDRE ( Le réseau des MEDIA OCCIDENTAUX et DE CERTAINS PRIVES BURUNDAIS – SOROS – https://vimeo.com/246501843 ) ne sont pas les bienvenues au BURUNDI.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le samedi 6 janvier 2018

Facebook Comments