Burundi:Début du Forum des Ligues des Jeunes Affiliés aux partis politiques

Share Button

Bdi_burundi_forumdesjeunes001A Bujumbura, précisément en mairie de Bujumbura à l’Hôtel Source du Nil, pendant 2 jours, depuis ce mardi  27 mai 2014 à mercredi 28 mai 2014, l’institution de l’Ombudsman burundais, de Cheikh Mohamed Rukara, organise en ce moment un Forum des Ligues des Jeunes Affiliés aux partis politiques.
Au delà des jeunes politiciens burundais, sont présents à  ce forum :  des membres du Gouvernement du Burundi, des représentants de l’Assemblée Nationale, des Présidents des partis politiques, des représentants des confessions religieuses, des Gouverneurs des provinces, et des membres des corps diplomatiques.

Forum des Ligues des Jeunes Affiliés aux partis politiques - mai 2014 Bujumbura   (Photo : igihe.bi )

Forum des Ligues des Jeunes Affiliés aux partis politiques – mai 2014 Bujumbura (Photo : igihe.bi )

 Cheikh Mohamed Rukara appellent les jeunes affiliés aux partis politiques au Burundi, à bannir toute forme de violence lorsqu’ils s’engagent à la vie politique afin de consolider les valeurs de paix et de démocratie. L’Ombudsman burundais souhaiterait  que ces jeunes burundais deviennent des acteurs réels du processus électoral avenir en évitant  d’être instrumentalisés  par certains acteurs politiques …

Les représentants de cultes lors du Forum des Ligues des Jeunes Affiliés aux partis politiques - mai 2014 Bujumbura   (Photo : igihe.bi )

Les représentants de cultes lors du Forum des Ligues des Jeunes Affiliés aux partis politiques – mai 2014 Bujumbura (Photo : igihe.bi )

Ce Forum pour les jeunes engagés dans les partis politiques au Burundi  vise  à mieux les préparer à la paix pendant les prochains scrutins démocratiques  qui auront lieu en 2015.
D’après les dires de ces jeunes politiciens burundais,  les causes de leur agressivité en tant que militants membres de parti politique au Burundi sont : – l’excitation suscitée par les médias politisés privés de l’opposition (RPA, Isanganiro, TéléRenaissance, et Bonesha) qui véhiculent des messages  poussant aux intolérances politiques ; – les paroles de membres d’une société civile burundaise qui poussent à des positions d’affrontement entre jeunes ; et les politiciens qui encouragent à poser des actes violents sans respecter la loi ( la radicalité anarchiste).  Au final, ce sont les jeunes qui se retrouvent en prison.

DAM, NY, AGNEWS, le 27 mai 2014

Facebook Comments