Burundi : Un dialogue ou négociation avec le CNARED - 4,69% de représentativité - pourquoi ? ( Photo: Ikiriho.bi )

Burundi : Un dialogue ou négociation avec le CNARED – 4,69% de représentativité – pourquoi ?

Share Button
Burundi : Un dialogue ou négociation avec le CNARED - 4,69% de représentativité - pourquoi ? ( Photo: Ikiriho.bi )

Burundi : Un dialogue ou négociation avec le CNARED – 4,69% de représentativité – pourquoi ? ( Photo: Ikiriho.bi )

A Bruxelles, jeudi 28 janvier 2016, selon la Libre Belgique ( média privé Belge ), une organisation se dénommant CNARED [ Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha et de l’Etat de Droit], se décrivant comme l’opposition burundaise, a demandé à l’ONU et à l’Union Africaine – “d’infliger des sanctions au pouvoir inhumain ” en place au Burundi et “de déployer la force” de 5 000 hommes recommandée par le Conseil de paix et sécurité de l’UA – . C’est avec cette organisation CNARED que des pays occidentaux veulent imposer des négociations aux Barundi.
Ce dimanche 31 janvier 2016, AGnews a rencontré M. Paul Bigirimana, juriste de formation de l’Université du Burundi, qui a fait un petit commentaire sur les négociations que les occidentaux veulent que les Barundi fassent avec une organisation politique n’ont reconnu par le ministère publique burundais, se dénommant le CNARED et se disant parti politique de l’opposition burundaise.

Avant tout propos, M. Bigirimana Paul s’est dit étonné par le nom de cette organisation [ Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha et de l’Etat de Droit]. Pour lui : “Le mardi 5 mai 2015, la Cour Constitutionnelle du Burundi ayant dit le droit, concernant le mandat du Président du Burundi à se représenter aux élections démocratiques de 2015, les gens du CNARED pour être convainquant du nom qu’ils se donnent ils auraient du acquiescer honorablement …“.

Selon M. Bigirimana : “Si des négociations doivent avoir lieu entre l’Etat et cette organisation politique , se disant représenter l’opposition burundaise, il faut d’abord que cette organisation existe juridiquement au Burundi. Or le CNARED, cher à la Belgique, la France, aux USA, au Rwanda et à l’ancien dictateur BUYOYA ne remplit pas cette 1ère condition“.

Burundi : Un dialogue ou négociation avec le CNARED - 4,69% de représentativité - pourquoi ? ( Photo: Ikiriho.bi )

Burundi : Un dialogue ou négociation avec le CNARED – 4,69% de représentativité – pourquoi ? ( Photo: Ikiriho.bi )

M. Bigirimana continue : “La 2ème condition est de vérifier réellement si cette organisation CNARED représente réellement l’opposition burundaise. Là aussi, le statut d’opposition burundaise est juridiquement codifier au Burundi. Il y a la loi portant statut de l’opposition politique au Burundi votée en 2012. Par exemple, dans la législature précédente, c’est le FNL qui avait le statut de chef des partis d’opposition, avec un poids Electorale [Pe] 2010 de 16,4% aux communales de 2010. Est ce que le CNARED est chef des partis d’opposition burundaise ? Non, car déjà, comme vue précédemment, le CNARED n’existe pas juridiquement au Burundi ! “.

Burundi : Un dialogue ou négociation avec le CNARED - 4,69% de représentativité - pourquoi ? ( Photo: Ikiriho.bi )

Burundi : Un dialogue ou négociation avec le CNARED – 4,69% de représentativité – pourquoi ? ( Photo: Ikiriho.bi )

Enfin M. Paul Bigirimana, juriste burundais, ajoute : ” Pour que l’Etat du Burundi négocie ou dialogue avec le CNARED, il faut que cette formation politique ait un poid politique qui compte au Burundi.
L’opposition radicale CNARED qui demande à la communauté internationale des négociations à l’extérieur du Burundi et un dialogue :
– l’Adc- Ikibiri de M. Léonce Ngendakumana ( Poids électorale [Pe] 2015 de 1,49% ) :
– les anarchistes terroristes-violents du MSD de M. Alexis Sinduhije ( [Pe] 2015 de 0,71% );
– le Frodebu-Nyakuri de Dr. Jean Minani ( [Pe] 2015 de 1,93 % );
– l’UPD ZIGAMIBANGA ( [Pe] 2015 de 0,21 % );
– le RANAC de M. Domitien NDAYIZEYE et M. Charles Nditije composé du PASIDE, ANADE et ADR ( [Pe] 2015 de 0,34% );
– ISIDORE RUFYIKIRI ( [Pe] 2015 de 0,01% ) ;
Cette opposition radicale CNARED, avec un Poids électorale [Pe] 2015, dispose de 4,69% au total de rapport de force politique au Burundi.
Les partis politiques qui composent CNARED qui se dit – opposition du Burundi – disposait d’ un Poids Electoral [Pe] 2010 de 13,06%.
Voici le détails :
-le parti Sahwanya Frodebu Nyakuri ( une [Pe] communales 2010 de 1.39%) [actuellement au gouvernement] ;
-le parti MRC ( une [Pe] communales 2010 de 0.63%) est inscrit dans 117 communes [ Opposition];
-le parti anarchiste violent du MSD de M. Alexis Sinduhije ( [Pe] Communales 2010 de 3.84% ) [ Opposition];
-l’ADC-Ikibiri ( avec à sa tête le Frodebu de l’opposition dont une [Pe]communales 2010 de 5.55%) [ Opposition];
-l’UPD (une [Pe] communales 2010 de 1.65% ) [ Opposition]
-le CNDD Nyangoma ( CNDD Nyangoma, un [pe] 2010 de 0,98%) [ Opposition]
Le CNARED, qui pèse politiquement au Burundi 4,69% de Poids Electoral – élections démocratiques 2015 ou 13,06% Poids Electoral – élection démocratique 2010, peut il réellement imposer à tout le Burundi – des négociations ou un dialogue – ? Ainsi le CNARED ne pèse pas grand chose au niveau politique au Burundi …
Or le Poids Electorale [Pe] en 2010 des partis qui participent à la vie politique du pays actuellement est 86,35 % :
– le CNDD-FDD (un poids électoral [pe] aux Communales de 2010 de 65.48% ) [actuellement au gouvernement] ;
– l’ex parti unique, sous la fameuse Dictature des Bahima burundais, l’UPRONA( poids électoral [pe] aux Communales de 2010 de 6.40% )[actuellement au gouvernement];
– le FNL inscrit dans 85 communes (une [Pe] communales 2010 de 14.47%); [ Leader de l’opposition burundaise / Opposition]
– la coalition COPA dans 55 communes [ Opposition];
– le Palipe agakiza ( 33 communes ) [ Opposition];
– le Psd ( 29 communes) [ Opposition];
– et le Sangwe pader ( 9 communes)[ Opposition].
Le Poids Electorale 2015 de toutes ces formations politiques qui participent à la vie politique nationale est de 95,31%“.

M. Bigirimana conclut : “La Belgique, la France, aux USA, au Rwanda et à l’ancien dictateur BUYOYA, qui sont à l’origine de la Révolution de Couleur raté au Burundi en 2015 ( le Coup d’Etat manqué du mercredi 13 mai 2015 ) veulent imposer au Burundi des négociations ou un dialogue avec le CNARED ( une force exogène ) qui pèse politiquement 4,69%. Or au Burundi, la vie politique actuellement fonctionne avec une opposition et une coalition gouvernementale, qui ensemble pèse 95,31% de poids représentatif de la population burundaise.”

DAM, NY, AGNEWS, le lundi 1 février 2016.

Facebook Comments