Burundi: Un avocat belge tente de déclencher la Guerre entre le Burundi et le Rwanda

L'homme d'affaire et avocat Bernard Maingain ( proche de milieu Libéraux Belges) Photo: RTBF
L’homme d’affaire et avocat Bernard Maingain ( proche de milieu Libéraux Belges) Photo: RTBF

Alors qu’une enquête judiciaire est en cours au Burundi, afin d’appréhender tout le réseau qui était dernière le Coup d’Etat manqué, l’avocat belge Bernard Maingain, qui est proche des milieux libéraux belges ( fils d’un Colon Belge de la Colonisation Belge au Congo Rwanda-Urundi  ) et qui est un des avocats de l’actuel Régime Rwandais,  parle (1°) d’ “un risque de dérive génocidaire, débordement du conflit vers les pays voisins”. Cet homme d’affaire Belge, avocat francophone,  à la Radio Télévision Belge Francophone (radio publique)  (2°)” pointe les dangers que fait courir la situation au Burundi. Il appelle au respect de l’État de droit et surtout il demande que la communauté internationale agisse afin de provoquer des élections démocratiques”.   Il s’agit de 2 messages :

bdi_burundi_dictateur_pierre_buyoya

Le Dictateur Pierre Buyoya à KIGALI pour les 20 ans du Génocide Rwandais. ( Photo : Fondation pour l'Unité, la Paix et la Démocratie - 8 avril 2014 )
Le Dictateur Pierre Buyoya à KIGALI pour les 20 ans du Génocide Rwandais. ( Photo : Fondation pour l’Unité, la Paix et la Démocratie – 8 avril 2014 )

Le (1er) premier message parle de risque génocidaire. Là, M. Maingain et son réseau d’anciens colons ou fils d’anciens colons ( Belges et Français) souhaiteraient, après l’échec du Coup d’Etat militaire au Burundi par des officiers de l’ancien Dictateur Hima Pierre BUYOYA, que le scénario de guerre entre le Burundi ( du très populaire Président africain du Burundi, S.E. Nkurunziza Pierre)   et le Rwanda ( de KAGAME)  puissent être activée. Il s’agit d’un scénario auquel les Barundi et leur Force de Défense National (FDN), une des meilleurs armées d’Afrique , se sont préparé depuis quelques années. Cela explique pourquoi l’ancien dictateur Hima  Pierre BUYOYA, ayant été démasqué, vient d’écrire une lettre à l’East African Commnunity EAC ( http://fr.igihe.com/politique/lettre-d-anciens-presidents-burundais-a-eac.html ) pour demander que l’armée Est Africaine puisse intervenir au Burundi, alors que son énième  Coup d’Etat vient d’échouer. Ce serait donner la permission d’avoir des militaires Rwandais et Ougandais venir sur le sol burundais. Mais dans ce cas là, la RDC Congo, l’Angola, le Kenya, la Tanzanie, le Zimbabwe ( appuyé par la Chine et la Russie) entreraient en action avec comme objectif  commun la prise de KIGALI –  et non de BUJUMBURACette guerre géostratégique -catastrophe-, venu d’occident (vu ce message de la radio publique de l’Etat Belge RTBF), causerait d’énormes victimes africaines dans la Région des Grands Lacs.

Le Dictateur Pierre BUYOYA et le Génocide de NTEGA MARANGARA (1988)
Le Dictateur Pierre BUYOYA et le Génocide de NTEGA MARANGARA (1988)

Y-a-t’il possibilité de Génocide au Burundi ?  Non ! La Belgique ,et l’Occident en générale,  voit le conflit burundais comme étant une guerre entre les ethnies HUTU et les TUTSI. Mais, au Burundi, la population s’identifie en clan. Le peuple des Barundi est régis  par un pacte social ancestrale ( le code ésotérique des Barundi – une sorte de Constitution  )  entre plusieurs clans Barundi. C’est ce pacte qui a permis aux Barundi d’avoir un Royaume millénaire en Afrique -Ingoma Y’Uburundi- : http://burundi-agnews.org/histoire_du_burundi.htm .  Les planificateurs occidentaux avec l’ancien dictateur Hima Pierre BUYOYA  du Coup d’Etat qui vient d’échouer au Burundi   pensaient que la FDN ( l’armée burundaise ) allait se déchirer entre HUTU et TUTSI ? Ce qui n’a pas été le cas !
Au Burundi, les régimes HIMA ( BUYOYA, BAGAZA, et MICOMBERO), et leurs collaborateurs,  ont commis un Génocide-Régicide : http://burundi-agnews.org/genocide.htm ou http://burundi-agnews.org/ccburundi.htm ou http://burundi-agnews.org/agnews_refugees.htm
La justice Burundaise a mis un processus de Justice Transitionnelle pour juger les Génocidaires Hima burundais. Une Commission nationale Justice et Vérité (CnVR) a été mise en place. Elle doit s’activer pour juger les génocidaires Hima burundais car la jeunesse burundaise Hima n’ayant pas pris conscience de ce que leurs parents ont fait -commis un GENOCIDE-, aujourd’hui, elle est manipulée par leurs aînés pour cautionner des Coup d’Etat et surtout développer une haine anti Barundi ( ex. La haine du Président du Burundi et des institutions ).  On le remarque à travers une société civile à dominance Hima ( médias privés, associations ) hostile  et avec les manifestations organisées ces derniers semaines au Burundi dans les quartiers Hima de Bujumbura et à l’Étranger à travers la Diaspora. Les HIMA sont une ethnie africaine que l’on retrouve en Ouganda, au Rwanda,et au Burundi ( un peu en Tanzanie et à l’est de la RDC Congo). Il ne faut pas faire la confusion en disant que les HIMA sont des notables Barundi, c’est à dire des “TUTSI”. C’est une erreur sociologique née de la colonisation (avec les Historiens anthropologues racistes pourfendeurs de la fausse théorie du plurigénisme ) , utilisée par les géo-stratèges. La communauté internationale peut aider en finançant massivement ce processus de Justice Transitionnelle, et surtout en jugeant les Génocidaires Hima burundais et leurs collaborateurs.

U.S. Secretary of State John Kerry (L) speaks with United States Ambassador to the United Nations Samantha Power during the United Nations Security Council meeting ( photo: (Sept. 18, 2014 - Source: Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images North America )
U.S. Secretary of State John Kerry (L) speaks with United States Ambassador to the United Nations Samantha Power during the United Nations Security Council meeting ( photo: (Sept. 18, 2014 – Source: Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images North America )

Le 2ème message appelle au respect de l’Etat de droit du Burundi. Sur ce sujet, l’Etat du Burundi actuel est un pays démocratique avec des institutions élues sur base de scrutins à la proportionnelle, comme on retrouve dans les Etats à population fortement instruits, par exemple en Scandinavie. Ce sont des scrutins qui permettent l’inclusion des courants politiques minoritaires.  En plus, de cela, il faut ajouter des quotas ethniques (cfr. l’Accord d’Arusha de 2000 ), comme des éléments institutionnelles de discrimination positive…
La Cour Constitutionnelle du Burundi a statué sur la question du mandat du très populaire président africain du Burundi, S.E. Nkurunziza Pierre. Elle a exposé un argumentaire juridique de 7 pages, autorisant le dernier mandat présidentiel de S.E. NKURUNZIZA Pierre, à une élection au Suffrage Universelle Direct. Au Burundi, le contrat entre le Peuple et le Président doit se faire sous le principe ONE MAN ONE VOICE.
Au mois de mai 2015, la permission du Coup d’Etat au Burundi a été déclenchée par le Secrétaire d’Etat Américain John Kerry, qui du Kenya , s’est opposé à la décision  de la Cour Constitutionnelle du Burundi. Le fameux chèque en blanc !  Cela a permis à la Présidente de l’Union Africaine d’aborder dans le sens américain. Puis, au Président du Rwanda de lancer des invectives vis à vis du Président du Burundi.
L’ancien Président Dictateur Hima Burundais, Pierre Buyoya,  avait ainsi le feu vert. Puis, la France ( Pays de la Loire ), la Belgique, et les Pays Bas  ont stoppé leur coopération avec le Burundi, et surtout le financement du Processus Electorale en cours.   Il ne restait plus que d’éloigner le Président du Burundi de son pays. Puis, de déclencher le Coup d’Etat !
Ce coup d’Etat a échoué. Les forces de Sécurité du Burundi ( FDN – Force de Défense Nationale, SNR – Service Nationale des Renseignements, et PNB – Police  Nationale Burundaise)  sont loyales aux BARUNDI et à leurs institutions. Les HIMA burundais (appuyés de leurs ethnies Rwandais et Ougandais) et les Occidentaux ont perdu pour cette manche.

Au lieu, que les occidentaux ( USA, FRANCE, BELGIQUE, et UK ) poursuivent leur entêtement a appuyé les HIMA, qui sont des Africains,  pour s’accaparer militairement (par la force) de la Région des Grands Lacs africains et de leurs richesses en matière première, ils devraient plutôt voir comment il est possible de mettre en place des partenariats GAGNANT-GAGNANT comme le fait la CHINE, et l’INDE.  Les HIMA,  dans la Région,  doivent mettre de côté leur côte prédateur et se ranger dans une perspective panafricaine de respect des ancêtres communs positifs de l’Histoire de l’Afrique. Le Pacte Génocidaire avec l’OCCIDENT ne leur sera jamais favorable dans la Région des Grands Lacs.

DAM, NY, AGNEWS, le samedi 16 mai 2015

Facebook Comments