M. Tharcisse Niyongabo, gouverneur de la province Bubanza ( photo : GOV.BI )

Burundi : Surpopulation suspecte à Bubanza, près de la RDC


Warning: Illegal string offset 'filter' in /home2/wab22q0aa3tu/public_html/wp-includes/taxonomy.php on line 1409
Share Button
M. Tharcisse Niyongabo, gouverneur de la province Bubanza ( photo : GOV.BI )

M. Tharcisse Niyongabo, gouverneur de la province Bubanza ( photo : GOV.BI )

SECURITE – Surpopulation suspecte à la colline Gifugwe, à Bubanza, frontière avec la RDC Congo.

A Bubanza, à l’ouest du Burundi, frontière avec la RDC Congo, commune Mpanda, zone Musenyi, ce mardi le 19 décembre 2017, lors d’une réunion provinciale hebdomadaire, M. Niyongabo  Tharcisse, gouverneur de la province Bubanza , a appelé la population de sa province à renforcer la sécurité, surtout pendant les fêtes de fin d’année, invitant les chefs de zones à vérifier l’existence et le bon fonctionnement des comités mixtes de sécurité sur toutes les collines.

Rappelant les causes générales d’insécurité à Bubanza, que sont :

1/ la proximité frontalière avec la RDC Congo où des milices sévissent encore, dont des réfugiés burundais venant des camps MAHAMA au Rwanda, entraînés par le RWANDA et des éléments du M23 ( force négative Rwandaise semant la désolation en RDC ) pour attaquer le Burundi. Ainsi une surpopulation dans la colline Gifugwe avec la présence des personnes inconnues a été remarqué ; 2/ le vol des fils électriques ; et 3/ la vente en commune de Mpanda d’un alcool frelaté appelé « Umungazi » .

Autrefois, chez les Barundi, la sécurité de l’État ( selon que ce soit un Royaume ou un Empire ) était régie de manière décentralisée. Chacun à son niveau devait gérer le DESORDRE. La sécurité incombait  : aux chefs de famille ; aux chefs de colline ; aux chefs de commune ; aux chefs de provinces ; au chef d’ETAT ( INGOMA / ROYAUME ) ; aux Chefs des ETATS dans l’EMPIRE ; puis au Chef d’ETAT ( EMPIRE). Selon le niveau, le chef était aidé par des individus qui deviendront plus tard, à partir du niveau communal à l’Empire, soit des policiers, soit des militaires.

Être HIMA dans une Démocratie Communautaire. (Images : AGNEWS Burundi )

Être HIMA dans une Démocratie Communautaire. (Images : AGNEWS Burundi )

Au Burundi, le HIMA était celui ou le groupe ( une famille, un clan, une ethnie, un pays etc.) qui suit ou sème le DESORDRE à son niveau. HIMA était synonyme de NE PAS SUIVRE L’ORDRE DU CHEF, dont la vocation était de guider un groupe vers le chemin de la rectitude conduisant à IMANA (DIEU). Par exemple, le MAUVAIS VOISIN dans les GRANDS LACS AFRICAINS, qu’est le RWANDA. Le RWANDA est considéré cmme un ETAT HIMA. Les chefs d’ETATS de la REGION, réunis, devraient exclure KAGAME ( Chef d’ETAT du RWANDA ) de la REGION, car, ce dernier est synonyme du DESORDRE ( Coupable de : – 1/ AU RWANDA : Exclusion de près de 90 % de sa population et n’applique pas la DEMOCRATIE COMMUNAUTAIRE ; – 2/ EN RDC CONGO : avoir fait assassiner entre 6 et 10 Millions de Congolais selon les chiffres, et entretenir des milices du DESORDRE à l’Est de la RDC CONGO  ; 3/ AU BURUNDI : son implication dans l’assassinat de Feu NDADAYE, de Feu NTARYAMIRA, du massacres de réfugiés BARUNDI en 1996 en RDC CONGO, dans le COUP D’ETAT militaire raté du mercredi 13 mai 2015 au Burundi ( aidant le Réseau du HIMA burundais BUYOYA Pierre, et les réseaux de colons Belges, Français et Américains), et l’entraînement de réfugiés sur son sol pour attaquer le Burundi ; et 4/ TANZANIE – vouloir y semer le DESORDRE ( cfr. Dernière élection en TANZANIE ) .

DAM, NY, AGNEWS, le jeudi 21 décembre 2017

Facebook Comments