Burundi / Sécurité – UA : L’ ASF – Africa Standby Force – opérationnelle en janvier 2016

Share Button
L'armée du Burundi ( Photo : imirasire.com )

L’armée du Burundi ( Photo : imirasire.com )

A Lohathla, au Nord du Cape en Afrique du Sud, dans le – South African Army Combat Training Centre (CTC) – ,  ce lundi 19 octobre 2015,  quelques 5 400 militaires et policiers africains (  Angola, Botswana, RDC Congo, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, Afrique du Sud, Zwaziland , Zambie, Zimbabwe, Algérie, Burundi, Egypte, Ethiopie, Gambie, Ghana, Kenya, Nigeria, Rwanda et Ouganda.  ) ont débuté  une formation  dénommée  “Exercise Amani Africa”  qui se tiendra jusqu’au samedi 7 November 2015, dans le cadre de l’ ASF – Africa Standby Force -.

L’idée est d’avoir  une ASF – Africa Standby Force – ,  armée ou  force multinationale de l’Union Africaine, opérationnelle dès janvier 2016. L’ASF sera composée de 5 brigades issues de toutes les régions de l’Afrique, mettant à disposition  25000 militaires et policiers en permanence.

Historiquement l’idée  d’une force armée africaine ( instrument de la globalisation) était lancée à la moitié des années 1990, alors que les anglo-saxons ( UK – USA) et la France se disputaient l’Afrique. 2 projets allaient naitre d’un côté l’ African Crisis Response Initiative (ACRI)  (projet du Pentagone )  et de l’autre  – Renforcement des capacités africaines de maintien de la paix (RECAMP) ( projet français).
En 2002 à Durban en Afrique du Sud, les africains se réappropriaient ce projet d’avoir une force africaine – Africa Standby Force (ASF)- pour défendre le continent ( voir Résolution du Sommet de l’Union Africaine à Durban en Afrique du Sud en juillet 2002).
En 2004, l’UA faisait un pas vers la concrétisation de l’ASF en décidant au Sommet de l’Union Africaine d’Addis Ababa en Éthiopie en juillet 2004  de mettre en place des forces armées d’intégration régionale ( Eastern African Standby Force (EASF), North African Regional Capacity, ECOWAS Standby Force, ECCAS Standby Force and SADC Standby Brigade. ).
En 2014, chaque grande région de l’Afrique avait quasi terminé son processus de création d’une force d’intégration régionale.
Mais toutefois, cette même année ( 2014) sous proposition de la France, l’Union Africaine a voulu mettre en place une force d’intervention rapide (CARIC, Capacité africaine de réaction immédiate aux crises) en attendant la création de l’African Stanby Force (ASF).   La CARIC semble être une intrus  dans le projet de l’ASF.  
Actuellement en 2015,  l’ Eastern Africa Standby Force (EASF), dont fait parti le Burundi avec son armée Force de Défense Nationale FDN [ http://www.mdnac.bi/fr ], est prête et opérationnelle depuis 1 an.
Début 2016, toutes les régions militaires africaines seront réunies en « une » qui formera l’-Africa Standby Force (ASF)-. L’Union Africaine (ou à l’ Afrique)  aura désormais son armée.
Pour préserver son indépendance face à la prédation internationale indue par la globalisation et les intérêts privés des multinationales, l’ASF devra être financer uniquement par les pays africains.  Or cela commence très mal. Il faut 1 milliard d’US Dollars pour faire fonctionner cette armée ASF. L’Allemagne vient d’accorder  27 Millions EUR ( soit 30,6  Millions USD )  et  l’Union Africaine a une promesse d’ 1,1  Milliard EUR de l’Union Européenne UE. Il ne faut pas oublier l’Histoire. La Colonisation Africaine a été Européenne.  Le risque sera le même que celui que l’on retrouve à l’Union Africaine où le financement de l’institution est à 70% Européenne et Américaine.

Par exemple, le Burundi a subi une Révolution de Couleur ou tentative de déstabilisation du régime démocratique entre avril 2015 à mai 2015, causée par les USA, la France et la Belgique.  La Commission de l’Union Africaine, au lieu de défendre les intérêts du pays africain – le Burundi – membre de l’Union Africaine, s’est mis jusqu’ à présent du côté des prédateurs que sont les USA, la Belgique et la France.

Le lundi 5 octobre 2015, la présidente de la Commission de l’Union Africaine se rend à Paris   voir le Président de la France [ http://www.voxafrica.com/info/video/0_h52r68xa/union-africaine-france-les-migrations-sur-la-table-des-discussions/ ].
Le vendredi 16 octobre 2015, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (CPS de l’UA) et le Comité politique et de sécurité de l’Union européenne (COPS de l’UE) ont tenu leur 8ème réunion consultative conjointe annuelle, à Debre Zeit, en Éthiopie où ils échangent sur la situation au Burundi. [ http://www.peaceau.org/fr/article/communique-conjoint-de-la-8eme-reunion-consultative-conjointe-annuelle-du-conseil-de-paix-et-de-securite-de-l-union-africaine-et-du-comite-politique-et-de-securite-de-l-union-europeenne#sthash.mC2dZF3L.dpuf ].
Le samedi 17 octobre 2015, l’UA adopte une résolution défavorable au Burundi en faveur des agresseurs prédateurs financiers de l’Union Européenne ( France et Belgique )et des USA [ http://www.peaceau.org/fr/article/communique-de-la-551eme-reunion-du-conseil-de-paix-et-de-securite#sthash.9CRHSTFo.dpuf ].
Le dimanche 18 octobre 2015, la Belgique est contente  de la décision de l’Union Africaine [ http://fr.igihe.com/arts/securite/les-affaires-etrangeres-applaudissent-les.html]
Le lundi 19 Octobre 2015, à Addis Abeba, Ethiopia , Mme Nkosazana Dlamini Zuma, Présidente de l’Union Africaine reçoit Mme Federica Mogherini, la Commissaire aux Affaires Etrangères et de sécurité de l’Union Européenne UE, qui il y a quelques jours, sous proposition de la Belgique et de la France avait décrété des sanctions contre 4 officielles burundais [ http://cpauc.au.int/en/content/au-commission-chairperson-host-eu-foreign-affairs-chief-africa-eu-partnership ]…
Le mercredi 21 octobre 2015, à l’ONU à New York,  sur initiative de la France,  une réunion sur le Burundi est convoquée au Conseil de Sécurité de l’ONU [ http://www.bbc.com/afrique/region/2015/10/151022_un_burundi ]

Afin d’éviter ce type de situation de dépendances concernant l’ASF, il se doit dès aujourd’hui interdire tout financement extérieur de l’ASF et que tous les pays africains en assume eux-mêmes le financement. Si on y prend pas garde, l’ASF risque de devenir le nouveau instrument des Coups d’Etats en Afrique pour les impérialistes …
La FDN du Burundi, membre de l’EASF,  est une des meilleurs armées africaines en termes d’efficacité. Elle est une des armées africaines la plus importante en mission de paix de l’Union Africaine. La FDN est membre de l’ASF.

DAM, NY, AGNEWS, le jeudi 22 octobre 2015

Facebook Comments