Burundi / Région : Le problème Rwandais en RDC Congo toujours à l’Honneur

Le problème Rwandais dans la Région des Grands Lacs.
Le problème Rwandais dans la Région des Grands Lacs.

A Addis abbeba, ce mardi 25 août 2015, à la commission Paix et Sécurité de l’Union Africaine, l’envoyé spécial de cette commission en RDC Congo a indiqué que la résolution du problème rwandais en RDC suit son cours.
Ces derniers jours :

  • 866 rebelles HUTU  du FDLR ( Force Démocratique de Libération du Rwanda ) sur 1200 en RDC Congo se sont rendus et ont été neutralisées.
  • 862 rebelles TUTSI rwandais ( dit Banyamulenge )  de la force négative des M23 ( rebellion pro KIGALI ), casernés jusque peu au Rwanda et en Ouganda, viennent d’être amnistiés par le gouvernement Congolais. Parmi lesquels  265 rebelles ex-M23 sont retournés en RDC Congo.

Le problème Rwandais est la 1ère source d’insécurité dans la région des Grands Lacs depuis 2 décennies. L’origine de ce problème est d’ordre géopolitique, généré par le positionnement des USA en Afrique, particulièrement dans la Région des Grands Lacs. Il crée un climat d’insécurité permanent particulièrement en RDC Congo, mais aussi dans tous les pays limitrophes. 85% des Hutu du Rwanda sont privés de leur pays depuis l’arrivée au pouvoir du FPR en 1994. Le Rwanda est aujourd’hui gouverné par une minorité  dite “Tutsi”, représentant 15% de la population du Rwanda.
Le Rwanda de M. Paul KAGAME, appuyé par les USA, ne veut pas discuter de la résolution de ce problème au nom du “Génocide de 1994”. Ainsi ce sont tous les pays de la région des Grands Lacs qui sont obligé d’intégrer chez eux une grande partie des réfugiés Rwandais HUTU (  85 % de la population du Rwanda ) depuis près de 20 ans.
Dans la région,  on a pris l’habitude de parler du Problème Rwandais en RDC, du Problème Rwandais en Tanzanie, du Problème Rwandais au Burundi etc.
Par exemple, au Burundi, pendant les manifestations anti – 3ème mandat Nkurunziza ( mai 2015 ), de nombreux activistes violents rwandais ( dont certains Banyamulenge ) issues de la force négative M23 se sont illustrés, face à la police burundaise,  dans des actes terroristes de grandes ampleurs ( jets de grenades, assassinats  etc.). La militarisation de ces ex-rebelles est un problème sérieux de sécurité régionale. Face aux accusations factuelles des autorités burundaises, le Rwanda a  réagi et, à de suite accusé le Burundi d’abriter des FDLR … La question du Problème Rwandais devra trouver un réponse sinon la région entière sera toujours en situation d’insécurité.

DAM, NY, AGNEWS, le mardi 25 août 2015

Facebook Comments