Burundi: Qui sont les manifestants anti-Nkurunziza ou NON au 3ème Mandat ?

Share Button
Les manifestants burundais ANTI-3ème MANDAT soutenus par les USA, la France et la Belgique.

Les manifestants burundais ANTI-3ème MANDAT soutenus par les USA, la France et la Belgique.

AGNEWS répond aux questions de l’heure pour comprendre la situation de crise au Burundi :

6ème Question – Qui sont les manifestants anti-Nkurunziza ou NON AU 3EME MANDAT ??

Il y a 2 groupes essentiellement, membres du Collectif anti-NKURUNZIZA, qui manifestent  :

 

 

 

Le premier groupe est composé de manifestants, très bons enfants, qui sont  majoritairement des “grooms burundais” ou  des employés de maison, ou des jeunes de quartiers,  qui sont payés au per Diem ( une somme par jour) pour participer aux manifestations.  Ce sont les ONG FOCODE et FORSC ou les leaders de ces derniers qui payent.  Ces ONGS sont,   eux-mêmes, financées par l’Union Européenne et les USA.

manifest_2


Le deuxième groupe  de manifestants est, lui, composée d’agitateurs.

Il y a 4 profils d’agitateurs :

5 jeunes burundais du MSD / ADC IKIBIRI envoyés en RDC CONGO combattre avec le M23

5 jeunes burundais du MSD / ADC IKIBIRI envoyés en RDC CONGO combattre avec le M23

 

En 2011, le fameux  général Moïse, fondateur de la rébellion FRONABU-TABARA ( à l'EST RDC CONGO - KIVU ),  de la Journaliste Franco-Rwandaise, Pauline SIMONET  de FRANCE 24

En 2011, le fameux général Moïse (un Rwandais), fondateur de la rébellion FRONABU-TABARA ( à l’EST RDC CONGO – KIVU ), de la Journaliste Franco-Rwandaise, Pauline SIMONET de FRANCE 24

 

M. Hassan Ruvakuki, journaliste de la station locale Radio Bonesha FM, et correspondant en swahili de RFI, condamné à la prison à vie, pour «acte de terrorisme» (2012)

M. Hassan Ruvakuki, journaliste de la station locale Radio Bonesha FM, et correspondant en swahili de RFI, condamné à la prison à vie, pour «acte de terrorisme» (2012)

 

  • Le colonel Makenga et ses hommes du M23, le 8 juillet 2012. REUTERS/James Akena

    Le colonel Makenga et ses hommes du M23, le 8 juillet 2012. REUTERS/James Akena

    Le troisième type d’agitateurs parmi les manifestants, est un militant violent et terroriste, partisan de M. AGATHON RWASA. Ce sont des agitateurs perturbés, psychologiquement, qui n’ont connu dans leurs jeunesses que la guerre.  M. AGATHON RWASA était l’ancien leader rebelle du FNL/PALIPEHUTU, expulsé de son parti pour son ignorance et incompétence politique ( manque d’intelligence politique ) et ses excès de violences ( “assassinat au quart de tour” ). Aujourd’hui, RWASA s’est allié au réseau de l’ancien Dictateur Hima Pierre BUYOYA ( les réseaux des HIMA Burundais ) notamment avec le Président de la Fondation pour l’Unité, la Paix,  et la Démocratie , M. Charles NDITIJE, lui même rejeté par sa formation politique l’UPRONA (ex-parti unique sous la Dictature).
    Certains agitateurs de RWASA AGATHON ont participé  au massacre de GATUMBA en août 2004 ( massacre des Banayamulenge), mais aussi au massacre de GATUMBA en 2013 ( exécutions dans un bar de Gatumba  de 39 citoyens Barundi ). M. RWASA AGATHON apparaît sur cette photo aux côtés  du leader de la force négative en RDC Congo M23.

    Charles Nditije, président du parti Uprona

    Charles Nditije, président du parti Uprona

 

  • Le 4ème type de manifestants, il s’agit de Rwandais, ou de Banyamulenge,  membres de la milice des forces négatives en RDC Congo du M23. Ils participent aux projets géopolitiques régionales ANGLOSAXONS ( USA / UK ), auxquels est associé l’Union Européenne – France/Belgique en tête, de démantèlement de la RDC Congo en 4 morceaux.  Leur objectif est bien entendu la guerre au Burundi qui ferait tache avec un guerre en RDC Congo pour l’annexion du SUD-KIVU, ouvrant  la porte vers le KATANGA ( le fameux Graal du CONGO ). Le Coup d’Etat militaire manqué au Burundi le mercredi 13 mai 2015 avait pour ambition de remettre au pouvoir les militaires HIMA burundais ( les Réseaux BUYOYA -SINDUHIJE ) , pour reprendre comme dans les années 1996-2003 la route vers le CONGO ( ex-Zaïre ).
Cantonnement d'anciens combattants du M23 ayant fui en Ouganda ( novembre 2013 )

Cantonnement d’anciens combattants du M23 ayant fui en Ouganda ( novembre 2013 )

 

Des combattants M23 de la RDC. ( camp de cantonnement à Bihinga, en Ouganda ) - Mai 2015

Des combattants M23 de la RDC. ( camp de cantonnement à Bihinga, en Ouganda ) – Mai 2015

En conclusion, les leaders de ces manifestations  sont responsables devant la Loi burundaise de ce projet de déstabilisation étrangère  vis de l’Etat du Burundi, dont ils sont les instruments.  Comme on peut le comprendre des à présent, ces  groupes d’agitateurs, pas des enfants de chœur,   sont responsables des affrontements violents contre les forces de l’ordre du Burundi. Ce sont eux qui tuent et depuis quelques jours commencent à employer des méthodes terroristes ou de guérilla urbaine. Leur idée est de conduire le Burundi à la guerre si on ne les y contraint pas attend.

DAM, NY, AGNEWS, le lundi 25 mai 2015

Facebook Comments