Burundi: L’Union Africaine envoie une délégation déjà contestée

Le très populaire président africain du Burundi S.E. Nkurunziza Pierre a reçu en audience Dr Nkosazana Dlamini Zuma, la Présidente de la Commission de l’Union Africaine UA.
Le très populaire président africain du Burundi S.E. Nkurunziza Pierre a reçu en audience
Dr Nkosazana Dlamini Zuma, la Présidente de la Commission de l’Union Africaine UA.

La délégation de l’Union Africaine est contestée, dans sa composition, car elle comprend des agents de la France Afrique ! Or le Burundi fait face à une guerre, diplomatique et médiatique, qui l’oppose à la France.  Les autorités burundaises souhaitent seulement  que l’on respecte le Droit International…

 ( Cfr.    L’Union Africaine dépêche une délégation de haut niveau au Burundi- L’UA réitère son appel au dialogue et à la retenue en vue de trouver une solution consensuelle à la crise    http://www.peaceau.org/uploads/cua.com.burundi.09-05-2015.pdf  )

A Bujumbura, depuis quelques jours, les autorités ont une dent contre la Présidente de l’Union Africaine, Mme NKOSAZANA ZUMA ( L’ EX.de S.E.M. JACOB ZUMA, Président d’Afrique du Sud ), pourtant ZULU,  qui a dérapé lors d’un interview en dénigrant les institutions démocratiques de l’Etat de Droit Burundais. Jusqu’ici, le Burundi attend des excuses de  Mme NKOSAZANA ZUMA, qui a été catapultée, ditons,  à la tête de l’Union Africaine grâce à son ancien mari …
Aucune résolution de l’Union Africaine n’existe http://www.peaceau.org/en/  attestant les insultes à l’égard des institutions démocratiques burundaises que Mme ZUMA, Présidente de l’Union Africaine, a déversé sur le Burundi lors de cette émission télévisée.
Elle affirmait que le Burundi n’était pas prêt  à organiser les élections démocratiques fin de ce mois de mai 2015 pour cause de sécurité…

( Source : twitter.com/DlaminiZuma )

Or le Burundi a une des meilleurs armées africaines, des plus disciplinées et  efficaces. Mais surtout le pays est attaqué (diplomatiquement) médiatiquement – guerre médiatique- par la France et la Belgique (ex pays colonisateur), appuyés par des réseaux anglo-saxons qui souhaitent, ensemble,  depuis de nombreuses années le démantèlement de la RDC Congo. Ce que le Burundi, pays africain,  refuse, au nom des ancêtres qui lient les Barundi de l’ancien royaume millénaire Ingoma Y’Uburundi ( Cfr. La Dynastie des Balenge -1250 av JC à 1400 ap JC – http://www.burundi-agnews.org/histoire_du_burundi.htm ), et  le Peuple Congolais de l’ancien fameux Grand Royaume CONGO.
Ainsi depuis quelques semaines,ce sont les réseaux de  la French Media Network FMN et la Samantha Power US-Connection (SPUC) qui déversent dans tous les média du monde des mensonges sur le Burundi.

Après avoir acheminé de la drogue gratuite pour des jeunes désœuvrés et des armes dont des grenades dans 4 quartiers, éparpillés sur 3 communes de la province de  Bujumbura Mairie ( Le Burundi compte   18 provinces et 119 communes), les leaders de l’insurrection de Bujumbura, avec une coordination des Média de la FMN et de la SPUC ( comprenant des journalistes travaillant pour l’espionnage belge, français, américain, et anglais ), avaient soigneusement demandé  à des jeunes anarchistes violents drogués burundais, lors du début des manifestations, de commencer par bruler des pneus pour les caméra et les images qui devaient être diffusés à l’internationale en vue de stopper le processus électoral encours au Burundi. Ces derniers pays comploteurs espéraient que le Burundi puisse être en situation inconstitutionnelle et alors, via les Nations Unis,  proposer des négociations de partage du pouvoir sans accord du Peuple burundais, permettant de mettre leurs poulains  burundais d’accord avec leur projet démoniaque régional de démantèlement du Congo (RDC)-.
Ainsi pendant plusieurs jours, alors que dans 4 quartiers de 3 communes sur 119 que comptent le Burundi, manifestés,l’opinion mondiale a cru à cause des média de la FMN et du SPUC que le Burundi était quasi en guerre, avec d’un côté le peuple burundais et de l’autre les Forces de l’ordre. Ce qui est totalement faux !  En mars 2015, la Commission Electorale Nationale Indépendante CENI du Burundi annonçait que 3 859 296 électeurs enrôlés attendaient d’aller voter en ce mois de mai 2015. A cause de certains média locaux, travaillant de connivences avec la FMN et la SPUC, qui répandaient des Radio Rumeurs (RR) négatives en réveillant les phobies et les peurs collectives non encore pansés par les Barundi  ( cfr. Génocide Régicide du Burundi  http://www.burundi-agnews.org/genocide.htm ), entre 20 000 et 30 000 Burundais (enfants et femmes ) se sont réfugié temporairement dans les pays voisins en attendant la fin des élections.  Un dossier judiciaire des média RR avec la FMN et la SPUC, responsable de la fuite des réfugiés, est ouvert et va être traiter par la Justice burundaise en coordination avec la CPI concernant les réseaux média de la FMN et de la SPUC.

Ainsi  Mme ZUMA, Présidente de l’Union Africaine, considère, personnellement (sans aucun consensus de l’UA),   que le Burundi n’est pas prêt  à organiser les élections démocratiques fin de ce mois de mai 2015 pour cause de sécurité parce que 30 000 Burundais qui sont réfugiés ne pourront pas participer aux élections. Certains dans son entourage déjà lui rétorque si c’était ainsi pourquoi l’Union Africaine a permis des élections au Nigéria, au Mali, et en Somalie ?  Alors, que doivent faire 3 859 296 électeurs Barundi  enrôlés qui attendent d’aller voter ?  Le Burundi a 119 communes, il y en a 3 partiellement touchées par l’insurrection (4 quartiers). Que devront faire les citoyens Barundi des 116 autres communes burundaises ?  Le Burundi compte 18 provinces, que devront faire les citoyens Barundi des 17 autres provinces burundaises ? …
La position de Mme ZUMA, Présidente de l’Union Africaine, démontre qu’elle n’est pas honnête dans ses insultes vis a vis des institutions  démocratiques Burundaises et  surtout  envers les Barundi …
En envoyant une délégation  de l’Union Africaine cadenassée par un Togolais et un Sénégalais ( certainement des agents issue de la France Afrique), les autorités burundaises savent désormais de quoi il en découle …  Ces personnalités africaines, qui devraient normalement protéger l’Afrique, viendront pour demander aux Barundi à entrer dans la danse de la France …  Bien entendu, les Barundi refuseront cet affront au nom de leurs ancêtres -grands guerriers- d’Ingoma Y’uBurundi.

DAM, NY, AGNEWS, le lundi 11 mai 2015

Facebook Comments