Burundi: La Sécurité est globalement bonne malgré les assassinats ciblés

Share Button
L'officier de police Pierre Nkurikiye, porte-parole adjoint du ministère de la Sécurité publique ( Photo: PPBDI.COM )

L’officier de police Pierre Nkurikiye, porte-parole adjoint du ministère de la Sécurité publique ( Photo: PPBDI.COM )

A Bujumbura, ce mercredi 5 août 2015, l’officier de police Pierre Nkurikiye, porte-parole adjoint du ministère de la Sécurité publique, a fait le point sur l’état sécuritaire au Burundi ces derniers jours.
Selon le Ministère de la Sécurité publique, la situation sécuritaire du pays est globalement bonne sur toute l’étendue du territoire du Burundi malgré l’insécurité dans 4 quartiers de Bujumbura ( fief de l’insurrection du mois de mai 2015 ) et le phénomène des assassinats ou attaques ciblés.

Dans 4 quartiers de Bujumbura en insurrection, des criminels armés perturbent la sécurité des riverains en lançant des grenades et en tirant sur la Police Nationale Burundaise PNB à balles réelles.
La Police burundaise est entrain de sécuriser ces localités en veillant particulièrement au retrait des armes des personnes qui les détiennent illégalement. La politique de désarmement y est de rigueur.
Selon M. Paul Nditije, spécialiste des questions sécuritaires burundaises : “Ce phénomène sécuritaire des insurgés à muter ces derniers mois. Ce sont les groupes de manifestants qui se sont radicalisés, devenus insurgés, et qui sont – aujourd’hui des terroristes -. Ils sont financés depuis l’étranger ( diaspora ), aidés par les USA, la France, la Belgique et le Rwanda. Actuellement, ils en sont arrivés à des attaques ou assassinats ciblés dirigés contre des personnalités politiques, civiles et militaires. Ce phénomène avait déjà commencé avec le meurtre du Président de l’UPD au mois de mai 2015. Ensuite, la tentative d’assassinat de la femme de Rwassa, pour contraindre ce dernier à se positionner …  Il y a quelques jours un militant proche de Rwasa, a été sauvagement assassiné, payant le prix du rapprochement de M. Rwassa Agathon au pouvoir de Bujumbura .
L’officier de police Pierre Nkurikiye a donné les exemples d’assassinats – du lieutenant général Adolphe Nshimirimana, tué dans une attaque à la roquette le dimanche 2 août 2015 vers 8h à Kamenge; d’une personne tuée par ses voisins à Musaga dans la nuit de la même date ; et de deux personnes à Ruvyagira, une à Maramvya, une à Kiyenzi, le 4 août 2015 en province de Bujumbura.
Mais ce sont aussi des corps sans vie retrouvés dans ces localités contestataires, et la tentative d’assassinat de Pierre Claver Mbonimpa dans la soirée du 3 août 2015 à Kanga.
La police contrôle aussi les hommes en uniformes pour s’assurer qu’ils sont en mission commandée par leur chef hiérarchique car le groupe de criminels qui font ces attaques ciblées porte souvent l’uniforme des membres des forces de l’ordre.
L’officier de police Nkurikiye ajoute que chacun de ces crimes est suivi par une enquête rigoureuse de police judiciaire qui devra aboutir à l’arrestation des auteurs et leur traduction en justice.

communique-msp-05_aout_2015-page-003

communique-msp-05_aout_2015-page-004

M. Paul Nditije conclut en disant : “Le but des attaques ciblés ou assassinats ciblés est de créer un climat de peur et  d’insécurité -médiatique- généralisé , créant à cause des rumeurs qu’il propage, plus de réfugiés burundais, pour pousser à une intervention extérieur ( des négociations forcées ) visant à toujours à changer le Régime démocratique de Bujumbura”.

Le Gouvernement du Burundi souhaite ainsi rassurer la population et l’invite à rester calme et vigilante, en continuant à dénoncer et informer la Police Nationale du Burundi ( PNB) de toute détention illégale d’armes à feu et de tout signe de perturbation d’ordre sécuritaire. L’Etat est engagé à mettre hors d’état de nuire les groupes criminels de ces derniers jours, engagés dans ces assassinats ciblés.  Le Burundi a été victime, pendant sa période électorale 2015, d’une Révolution de Couleur à la sauce Burkina Faso mais qui a échoué. Cette Révolution de Couleur était organisé par les USA, la France, et la Belgique.  Les USA, la FRANCE, et la BELGIQUE ont tenté un changement de régime. Voici quelques articles qui vous permettront de comprendre :

La Révolution de Couleur a causé plus de 80 victimes burundaises et des milliers de réfugiés burundais. Les USA, la France, et la Belgique ont menti, au reste du monde et même à l’Afrique concernant le Burundi, grâce à la guerre médiatique,  pour mener leur guerre géostratégique dans la Région des Grands lacs, face à la menace d’expansion économique que représente les BRICS ( Brésil, Russie, Indes, Chine et Afrique du Sud). Face à cette guerre inégale, le Burundi a été abandonné aux prédateurs USA – FRANCE – BELGIQUE  par l’Union Africaine UA, en la personne de S.E. Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l’UA.

DAM, NY, AGNEWS, le vendredi 7 août 2015

Facebook Comments