2 victimes d’un jet de grenades des terroristes manifestants. Il s’agit de 2 jeunes paysans marchands ambulants de légumes. ( Vendredi 22 mai 2015 )

Burundi : La police élucide les Jets de Grenades …

Share Button
2 victimes d’un jet de grenades des terroristes manifestants. Il s’agit de 2 jeunes paysans marchands ambulants de légumes. ( Vendredi 22 mai 2015 ) - http://burundi-agnews.org/securite/burundisecurite-6-morts-suite-a-3-grenades-lances-sur-la-police-au-quartier-cibitoke/

2 victimes d’un jet de grenades des terroristes manifestants. Il s’agit de 2 jeunes paysans marchands ambulants de légumes. ( Vendredi 22 mai 2015 ) – http://burundi-agnews.org/securite/burundisecurite-6-morts-suite-a-3-grenades-lances-sur-la-police-au-quartier-cibitoke/

SECURITE, JUSTICE, TERRORISME – Le Police Nationale du Burundi (PNB) a élucidé le phénomène des JETS DE GRENADES au Burundi depuis les mois de JUILLET au AOUT 2017.

A Bujumbura, ce mercredi 23 août 2017, l’officier Nkurikiye Pierre, le porte-parole du Ministère burundais de la Sécurité publique et de la Police Nationale du Burundi (PNB), a expliqué dans sa nuance le phénomène des jets de grenades sur la population paisible burundaise des mois de juillet 2017 et août 2017.

[ ( à partir de 10 Minutes jusque 12 Minutes ) https://www.youtube.com/watch?v=IcHdjzHCYTk ]

Le phénomène des jets de grenades au Burundi a eu lieu depuis la fin de la guerre civile burundaise. Le pays ayant été en guerre, beaucoup d’armes ont continué à circuler au sein de la population. Ainsi l’Etat a mis en place une politique de désarmement de la population depuis 2003, année de la fin de la guerre civile.
De 2003 à 2015, la plupart des cas de jet de grenades au sein de la population étaient le résultat de règlements de compte entre 2 groupes ou familles qui se disputaient soit pour : 1/ un conflit foncier ; 2/ une concurrence de nature commerciale ( ex. se battre pour un emplacement commercial ) ; 3/ ou la jalousie ( liée à une agression de nature sentimentale ).
Entre 2003 à 2006, on a eu aussi le phénomène des règlements de compte au sein du Service Nationale de Renseignement (SNR ) burundais, mais il s’agissait d’une guerre dite invisible entre militaire. Il y avait des jets de grenades mais les victimes étaient tous des militaires ou des gens des forces de l’ordre. La prise de contrôle du SNR par les Barundi face aux Hima burundais ( -les Hommes de l’ancien dictateur Hima BUYOYA Pierre -) n’a pas été des plus tendre.
En 2015, l’année de la REVOLUTION DE COULEUR ( ou TENTATIVE OCCIDENTALE DE CHANGEMENT DE REGIME AU BURUNDI, DANS UN CONTEXTE DE GUERRE GÉOSTRATÉGIQUE AVEC LA CHINE DANS LA REGION DES GRANDS LACS ) est apparue un phénomène nouveau des JETS DE GRENADES : celui de l’acte TERRORISTE du Jet de Grenade. Les “SINDUMUJA” ou “manifestants contre le 3ème mandat”, majoritairement appartenant à la jeunesse HIMA burundaise ayant soutenu le Coup d’Etat militaire raté du mercredi 13 mai 2015 mené par le réseau ( société civile,politique, policier et militaire) de l’ancien Dictateur Hima BUYOYA Pierre, se sont illustrés à des JETS DE GRENADES sur la population burundaise, de manière aveugle, comme dans les marchés ou autres lieux publics, avec pour vocation de faire un maximum de victimes et surtout passer aux MEDIA.

Selon l’officier Nkurikiye, les jets de grenades qui ont lieu entre les mois de juillet et août 2017 au Burundi sont à 95% des agressions liés à la criminalité qui était déjà connue pour ce type de modus operandi. C’est à dire des règlements de comptes d’ordre socio-économique ou affective ( liés à des conflits fonciers, à des conflits d’emplacements de bars, etc.). Tous les criminels de ce type de JETS DE GRENADES ont été arrêtés par la Police Nationale du Burundi (PNB).
Toutefois, les 5% autres de – JETS DE GRENADES – qui ont eu lieu à BUJUMBURA ( mairie de Bujumbura et Buyenzi) qui avaient pour objet de faire un maximum de victimes et d’être couverts par les MEDIA. N’ayant pas été revendiqués jusqu’à présent, on ne peut pas dire qui est derrière ces actes TERRORISTES. Mais leur MODUS OPERANDI pointe du doigt le réseau SINDUMUJA responsable de ces actes TERRORISTES.  Ce réseau de criminels se trouve protéger au RWANDA, en BELGIQUE, en FRANCE, en SUISSE, aux USA, et aux CANADA. Des mandats d’arrêts internationaux  ont été émis mais sans résultats, car bloqué par ces divers États.

Au Burundi, ces divers dossiers – Jets de Grenades- sont maintenant dans les mains de la Justice burundais car l’instruction à la police judiciaire est terminée. Le parquet va désormais les écouter et compléter l’instruction, en attendant leur procès dans les jours à venir.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le samedi 26 août 2017

Facebook Comments