Burundi: Action contre la corruption dans le secteur santé.

Share Button

 

La Santé au BurundiLe Vice Président du Burundi, S.E. Gervais Rufyikiri a rencontré les hauts cadres du ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida, les médecins provinciaux et les chefs des  discrits sanitaires de la province Bubanza. Il s'agissait de faire un bilan en matière de Santé au niveau national.  S.E. Gervais Rufyikiri a appelé les hauts cadres de la santé publique et de la lutte contre le Sida à rompre définitivement avec les pratiques de la corruption en se référant à des chiffres de Transparency International. 

Selon le rapport de « Transparency international », dans les hôpitaux publics burundaises, il y a eu un léger mieux dans la mesure où le pourcentage de corruption est passé de 16,7 % en 2010 à 3% en 2011. Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a plus de corrompus car le taux de ces derniers est passé de 20% en 2010 à 51% en 2011. Le pourcentage des corrupteurs  est passé de 13,8% en 2010 à 6,5 en 2011. Le Vice-Président a rappelé à tous les acteurs médicales et aux citoyens en générale que le secteur de la santé burundais est classé en 17e position des secteurs corrompus, selon ce rapport. 

Le Vice-président, S.E Gervais Rufyikiri , lors de cette rencontre à Bubanza mardi 31 janvier 2012, a voulu  faire un clin d’œil à toutes les autorités du monde médical public  afin qu’elles puissent faire encore un effort pour mettre fin à ce fléau qu'est la corruption.  Le Vice-président a remercié tous les personnels médicales pour ce qu'il apporte au Burundi et pour toutes les activités réalisées en 2011.   S.E. Rufyikiri Gervais a promis  un soutien encore plus accru du secteur de la santé.   S.E. Rufyikiri Gervais a conseillé aux responsables sanitaires de ne pas rester dans leurs bureaux mais d’aller plutôt sur terrain  voir ce qui se fait chez ses voisins en y dénichant les meilleurs pratiques. Le Vice Président du Burundi,  S.E. Rufyikiri Gervais a fini en demandant aux responsables sanitaires publiques d’éviter toutes les malversations,en gérant au mieux les médicaments, et en travaillant en conformité des contrats de performance afin que le secteur de la santé évolue positivement.

Au même moment, à Bujumbura, capitale du Burundi, on apprenait que: – les travaux de la première tranche de réhabilitation de l’Hôpital universitaire Roi Khaled exécutés par l’entreprisse BERCO  étaient terminés grâce notamment à l'assureur SOCABU qui a décaissé à temps  au Ministre des Transports et des Travaux publics, 1 816 000 000 BIF (francs Bu) soit 1 397 456 USD ; – les médicaments utilisés au Burundi seront soumis dorénavant aux examens du Laboratoire National d’Analyse des Médicamentss pour obtenir un certificat d’homologation avant d’être commercialisés ou être administrés aux patients ;- les soins psycho cliniques au Burundi seront dispensés dans toutes les structures de soins de santé et cela faisant suite à la validation intervenue le 30 janvier 2012 du document d’intégration des soins psycho cliniques dans le système national de la santé ; -et finalement,  le Burundi  vient  d'être primé en guise de reconnaissance des efforts qu’il consent en matière de lutte contre le paludisme ( prix destiné au chef de l’Etat Burundais S.E. Pierre Nkurunziza).

DAM, NY, AGnews, le 1 février 2012.

 

Facebook Comments