Burundi: Une rébellion virtuelle -FNL- réapparaît à Bubanza

Share Button
M. Nyandwi Anselme,  gouverneur de Bubanza ( image : telerenaissance.bi )

M. Nyandwi Anselme, gouverneur de Bubanza ( image : telerenaissance.bi )

A Bubanza, précisément en commune Gihanga, ce  lundi 6 octobre 2014,  la Police Nationale Burundaise (PNB) et l’armée burundaise – Force de Défense Nationale  (FDN) –  sont intervenus ensemble pour mettre la main sur des brigands qui menaient leurs activités de contrebande, en toute quiétude, dans cette région frontalière de la RDC Congo, juxtaposé à la réserve naturelle de la Rukoko.

L’officier Gaspard Baratuza, porte-parole des FDN, a dit que des coups de feu ont été échangés  avec ces individus, étrangers de cette localité burundaise. Le bilan est de 1 mort et 1 blessé parmi les brigands.  Aucun policiers, ni militaires burundais n’a été blessé.  D’après l’entourage du  M. Nyandwi Anselme,  gouverneur de Bubanza,  il s’agissait bel et bien de bandits qui préparaient un certainement un vol de matériaux dans une entreprise du coin pour aller vendre en RDC Congo  …


Quelques heures plus tard, en appuie à des informations livrées par la presse Française  RFI et AFP,  des média privés locaux, appartenant aux enfants de l’ élite de l’ancienne dictature burundaise, ont commencé à évoquer le revendication d’une rébellion  dite du -FNL- pour cette accrochage entre brigands surpris et  la police et l’armée burundaise, à cette endroit frontalière à la RDC Congo.
La sécurité burundaise connaît ce type de procédés – la rébellion virtuelle ( http://burundi-agnews.org/2.57/index.php/societe/109-bilan/1690-burundi-une-rebellion-virtuelle-terrorise-2 )- auxquelles recourent certains média privés opposés au pouvoir actuel au Burundi.  Il s’agit d’une manœuvre politique -honteuse- …  Les autorités burundaises ont demandé à ces journalistes qui ont pris le soin de diffuser –  la revendication de cette rébellion FNL –  de donner le matricule des 6 soldats ( même 1 seul)  que ces individus disent avoir tués.  On parle de “rébellion virtuelle” car elle n’est possible  et n’existe que grâce aux média.

Ces derniers mois, un phénomène de grand banditisme frontalier s’est développé au Burundi. Ce sont généralement des groupes de bandits qui s’organisent dans des lieux frontaliers pour réaliser des braquages à main armés auprès des entreprises et des commerçants locaux.  Les autorités burundaises regrettent les fausses informations que diffusent certains média locaux burundais et le réseau français RFI – AFP.   Chaque année, le Burundi perd, en terme d’investissement, de centaine de millions d’USD (Dollars) à cause de l’image négative véhiculée par les média.

DAM, NY, AGNEWS, le mardi 7 octobre 2014

Facebook Comments