Burundi: Le pays accueille 43 800 réfugiés selon l’ONPRA

Share Button
Des réfugiés congolais  qui attendent le renouvellement de leur carte de réfugié au près de l’ONPRA  ( Photo : iwacu-burundi.org )

Des réfugiés congolais qui attendent le renouvellement de leur carte de réfugié au près de l’ONPRA ( Photo : iwacu-burundi.org )

Mercredi, en province de RUYIGI,  le Burundi se joignait au monde pour fêter la journée mondiale des réfugiés. On pouvait voir des réfugiés congolais  qui attendaient le renouvellement de leur carte de réfugié au près de l’Office National de Protection des Réfugiés et Apatrides, ONPRA.

Selon les statistiques de l’ONPRA ( en 2013), plus de 90% des demandeurs d’asile et des réfugiés au Burundi sont d’origine Congolaise et le reste est majoritairement Rwandais. Il s’agit de 8773 familles comprenant 43 800 personnes. Parmi elles, 1585 familles ont fait la demande d’asile, soit  6337 individus. La cause de leurs séjours forcés au Burundi est  à trouver dans les conflits  du Rwanda et de l’Est du Congo RDC.

En cette journée particulière, l’ONPRA a déploré le manque de moyens logistiques adéquats dont elle dispose pour effectuer son travail journalier. Par ailleurs, les réfugiés Congolais du camp de BWAGIRIZA à Ruyigi en savent quelques choses… Mais ils ne se plaignent pas car ils vivent en très bonne entente avec la population environnante. On compte déjà plus de 300 amoureux Congolais-Burundais ou Burundo-Congolais !
Le camp de réfugiés de BWAGIRIZA héberge 9468 réfugiés congolais. Ce camp a déjà atteint presque les limites de sa capacité d’accueil.

Un officiel de l’ONPRA explique brièvement la procédure qu’effectue un réfugié au Burundi :

  • (A) la Police de l’Air, des Frontières, et des Etrangers (PAFE)  identifie le réfugié ou l’apatride, qui est à ce moment considérés comme un étranger ;
  • (B) la personne entrent dans la procédure de demande d’asile avec « permis de séjour temporaire »;
  • (C) des entretiens de détermination du statut de réfugié avec l’ONPRA et la Commission consultative pour étrangers et Réfugiés (CCER) s’engagent ;
  • (D) le statut de réfugié avec une carte d’identité pour réfugié est donné à celui qui a été accepté comme réfugié;
  • (E) tout au long de son séjour au Burundi, s’intégrant dans la société burundaise, le réfugié sera suivi par l’ONPRA.

Le Burundi est un des pays au monde qui, au 20ème siècle, a produit un très grand nombre de réfugiés. On parle de chiffre avoisinant les 3 Millions de réfugiés au HCR. La Dictature des Bahima burundais (Micombero, Bagaza, Buyoya), qui a régné de 1966 à 2005, a fait plus de 4,5 Millions de victimes parmi les Bahutu Barundi (Batutsi-non Hima et Baganwa compris).
Le nouveau pouvoir démocratique burundais, depuis 2005,  comprend de nombreux anciens réfugiés. La question des réfugiés est assez sensible au Burundi. Ainsi le pays a adopté la loi sur l’asile et la protection des réfugiés le 8 novembre 2008. L’ONPRA (Office National de Protection des Réfugiés et Apatrides) a alors vu le jour en mai 2009. Le gouvernement Nkurunziza ( nom du très populaire président africain du Burundi ) a ratifié tous les principaux instruments internationaux de protection des réfugiés et ceux-ci ont été intégrés dans la législation nationale.

DAM, NY, AGNEWS, le 21 juin 2013

Facebook Comments