Burundi : 1 an d’exercice du 2ème mandat élu au Suffrage Universelle Direct ( Photo : Ikiriho.bi 2016 )

Burundi : Discours – 1 an d’exercice du 2ème mandat élu au Suffrage Universelle Direct

Share Button
Burundi : 1 an d’exercice du 2ème mandat élu au Suffrage Universelle Direct ( Photo : Ikiriho.bi 2016 )

Burundi : 1 an d’exercice du 2ème mandat élu au Suffrage Universelle Direct ( Photo : Ikiriho.bi 2016 )

A Gitega, ce vendredi 19 août 2016, S.E. Nkurunziza Pierre, le très populaire Président africain du Burundi [ http://burundi-agnews.org/tdc/  et http://burundi-agnews.org/inaugurations/ ] a fait son discours à l’occasion du 1er anniversaire de son 2ème mandat présidentiel élu au Suffrage Universelle Direct.

Voici son discours pour le 1er anniversaire de son investiture  :

——————————————————————

Burundaises, Burundais, Amis du ‪‎Burundi‬,

1. Nous commençons par rendre grâce à Dieu Tout Puissant qui nous a fait arriver à ce jour en paix et dans la sécurité, où nous célébrons la première année qui s’achève après que notre pays ait eu à sa tête encore une fois des dirigeants élus par la population elle-même au suffrage universel direct.
Honneur soit rendu à notre Dieu !

2. C’était le 20 Août de l’an dernier, lorsque nous avons prêté solennellement serment pour conduire les destinées de notre pays, le Burundi. Nous avons promis à la nation entière d’être pour elle un serviteur digne et fidèle. Nous nous sommes engagé solennellement à accomplir la charge nous confiée pour le bien de tout le monde, ceux qui ont voté pour nous et ceux qui ont porté leur appréciation sur d’autres candidats.

3. Ce jour donc nous rappelle la victoire que nous avons conquise aux élections de 2015, des élections qui ont été libres et démocratiques. Cette victoire, nous la devons à l’étape combien appréciable à laquelle les Burundais sommes arrivés en matière de Démocratie, mais c’est aussi grâce au Dieu Tout Puissant qui l’a voulu et qui a accompli sa promesse.

4. Nous vous félicitons donc vous tous, citoyens Burundais, pour cette victoire que vous vous êtes accordée, et pour laquelle vous avez consenti des sacrifices énormes en vue de la sauvegarder. Nous vous disons infiniment merci pour cette confiance placée en Nous, et que Dieu vous en récompense.

5. Nous réitérons nos remerciements à ceux qui ont organisé ces élections ; à vous tous, citoyens qui avez pris part à tous les scrutins en dépit des nombreuses rumeurs dont la seule intention était de vous faire peur en ce moment-là, Nous disons également merci.

6. Nous réitérons nos vifs remerciements aux Forces de Défense et de Sécurité qui se sont donnés corps et âmes pour protéger la Démocratie qui était menacée par ceux qui voulaient l’effacer en vue de nous ramener dans les systèmes de dictature que nous croyions avoir conjuré définitivement.

7. Nous vous remercions encore une fois, Policiers et Militaires, car vous avez bien collaboré avec les Administratifs et la Population. Vous avez réussi à arrêter les manifestations, l’insurrection et les tueries ; vous avez ramené la paix et la sécurité avant qu’il ne soit trop tard. Ainsi, les élections ont été bien préparées. Elles se sont déroulée en toute liberté et transparence, et les résultats ont eu l’approbation de la Communauté Nationale et Internationale. Les élections ont donc été possibles, car la sécurité régnait dans tout le pays et vous les aviez fait vôtres.

8. Nos remerciements vont également à la Cour Constitutionnelle, car ses membres ont lu le droit tel qu’il est écrit. Ils ont refusé de suivre les instigations et de se laisser prendre au piège des promesses leur faites par certains politiciens et membres des Partis politiques, ceux-là mêmes qui n’ont aucun n autre rêve que le renversement des Institutions démocratiquement mises en place, et de replonger le Burundi dans les larmes, la désolation, les tueries et l’exil qui ont toujours caractérisé les moments pareils, comme ce fut le cas en 1961,1965 et 1993. Nous remercions la CENI qui s’est donné depuis la préparation des élections, durant la période électorale proprement dite, et après.

9. Nous réitérons nos remerciements aux pays amis et aux Organisations Internationales qui sont restés aux côtés du Burundi dans ces moments difficiles, et qui ont montré clairement leur position. Ils ont soutenu la Démocratie, et jusqu’à ce jour, ils continuent à nous appuyer.
Par la même occasion, Nous dénonçons et condamnons sévèrement ceux qui ont soutenu l’ennemi qui voulait mettre par terre l’édifice burundais, pour replonger le pays dans le noir.

10. Nous remercions vivement les femmes et les hommes des média qui sont restés fidèles à l‘éthique et à la déontologie professionnelle et qui ont continué à diffuser l’information réelle et rassurante ; ils ont produit chaque fois un démenti contre les propos alarmistes que répandaient leurs collègues en disant que la situation était préoccupante au Burundi.

11. Nous remercions les Serviteurs de Dieu de toutes les Religions et Confessions religieuses qui ont prié pour notre pays durant les manifestations, pendant la période électorale et qui ne se lassent pas de prier pour Nous même en cet instant. Que Dieu les comble de ses bénédictions pour cette bonne action qu’ils ne cessent d’accomplir.

12. Nous remercions tous ceux qui ont manifesté leur esprit patriotique et leur sens d’attachement à la Démocratie. Nous les remercions, car ils ont rompu avec la démarche divisionniste, et qu’ils ont refusé de se rendre complices de ceux qui voulaient briser notre solidarité positive pour entrer dans une logique de haine réciproque, et qu’ainsi notre pays se remplisse de larmes et de pleurs pour satisfaire les intérêts des ennemis de la nation. Nous les remercions, car ils ont servi d’exemples aux autres citoyens, surtout à la jeunesse.

Burundaises, Burundais, Amis du Burundi,

13. Cette victoire que nous sommes en train de célébrer, Nous l’avons obtenue après les soulèvements préparés par les ennemis de la Démocratie. Mais comme vous vous en rendez bien compte, aujourd’hui les temps sont radieux. Le pays se porte à merveille, il nage dans la paix et la sécurité ; les citoyens sont soudés dans leurs différences, et nous travaillons d’arrache-pied pour que demain soit encore plus souriant.

14. Ce combat pour la sauvegarde de la Démocratie est pour tous les jours, et il a le soutien d’une multitude, et ça se comprend, car cette Démocratie que nous savourons aujourd’hui est le résultat de leur libre choix.
C’est donc un jour très important pour tout le peuple burundais, surtout pour les défenseurs de la Démocratie et de l’Indépendance du Burundi.

15. Nous célébrons cette fête au moment où la libre circulation est une réalité à travers tout le pays. Les citoyens vaquent paisiblement à leurs activités quotidiennes ; les touristes parcourent le pays dans tous les sens sans aucune entrave, certaines stations radios qui avaient arrêté leurs émissions ont repris les activités, plus de 100.000 réfugiés sont déjà retournés au pays, d’autres se préparent à rentrer massivement. Tous les rapatriés se retrouvent dans leurs propriétés, récupérant sans peine leurs biens meubles et immeubles.
Nous devons nous en féliciter, car cela ne s’est pas toujours passé ainsi.

16. Nous célébrons cette fête également au moment où le dialogue tant intérieur qu’extérieur a franchi un pas appréciable. Le rapport que la CNDI doit produire tous les 6 mois, vient de nous être remis. En gros, il révèle qu’il y a un bon nombre de points que la population voudrait voir changés, que ce soit au niveau de la Constitution et des autres lois nationales, et Nous en avons pris bonne note. En plus, le peuple burundais souhaite avoir un pays où règnent une démocratie et une paix durables au Burundi, et il faudrait même signer un pacte entre les composantes sociales, qui en feraient une préoccupation prioritaire.

17. Nos grands-pères aimaient dire : « aussitôt la félonie consommée, le maïs atteint sa maturité » ; et ailleurs, « un mauvais conseiller est comparable à un empoisonneur », et puis, « on prête facilement une serpe à quelqu’un qui détruit son propre enclos”. Pour les Burundais des temps anciens et ceux d’aujourd’hui, aucune nouvelle leçon en cela, au regard des pleurs, de la misère et les malheurs encourues dans les années sombres de 1961, 1965, 1969, 1972, 1988, 1991et en 1993. Ces années n’ont rien de semblable avec ce qui s’est passé l’année dernière (2015), car il s’est passé ces années-là des crimes innommables.

18. A ce que nous entendons, plus de 500.000 personnes ont été massacrés, et plus d’un million ont été poussés à l’exil au cours de ces événements. Aujourd’hui, nous attendons la vérité que fera savoir la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), pour dire plus jamais ça dans notre pays le Burundi.

19. Comme le Burundi nous appartient à nous tous, nous réitérons notre appel à toutes les brebis égarées pour qu’elles prennent conscience, et que ceux qui ont fui le pays retournent au bercail ; mais que tout le monde revienne animé de l’esprit de construire. Ils seront bien accueillis par leurs voisins et concitoyens ainsi que le Gouvernement Burundais.
Nous remercions ceux qui ont déjà répondu à cet appel, et qu’ils servent de bons exemples aux autres, Nous les en remercions beaucoup.

20. Quant aux politiciens, qu’ils se préparent déjà pour les élections de 2020, car c’est le moment favorable, demain ce sera trop tard ; qu’ils préparent ces élections en même temps qu’ils préparent leurs esprit à accepter le verdict des urnes. De tout temps, il y a un perdant entre deux concourants, mais le gagnant doit diriger à la satisfaction de tous.
Cela s’est passé ainsi, c’est comme ça aujourd’hui, et ce sera toujours ainsi en Démocratie.

21. S’il y a des gens qui l’ignorent encore, qu’ils sachent que la population aime les Institutions qu’elle a elle-même mises en place par voie des élections, et que par conséquent, quiconque voudrait les contredire en prenant pour prétexte son parti politique, son ethnie, sa région d’origine, etc. sera toujours combattu, la victoire se plaçant toujours du côté de la population.
Serrons plutôt les rangs pour renforcer la Démocratie. Aimons-la passionnément, tissons notre cohésion en vue de soutenir les institutions et les projets de société pour lesquels nous avons opté sans contrainte ni manigances des pêcheurs en eau trouble qui ont toujours semé la haine entre burundais à cause de leurs intérêts inavoués.

Burundaises, Burundais, Amis du Burundi,

22. Nous voudrions alors vous encourager, et soyez rassurés. En effet:

Dans le domaine de la sécurité publique:

– La sécurité est bonne à travers tout le pays, la paix est totale. Nous nous réjouissons du fait que même dans les quartiers qui s’étaient illustrées par l’insurrection et le peu de sécurité, la situation s’est normalisée. ceux qui avaient fui les quartiers sont revenus en grand nombre, et ils vaquent normalement à leurs activités aujourd’hui. Evitez que la branche ne menace votre œil pour la seconde fois.

– Nous remercions tous ceux qui ont prodigué des conseils, surtout les parents et les amis de ces jeunes désabusés. Ils avaient été trompés, mais par après ils ont coupé court avec la consommation des stupéfiants, le pillage, le meurtre et la destruction du pays.
Nous saisissons cette occasion pour remercier encore une fois les organisateurs des travaux et de la formation patriotique en faveur des jeunes pendant cette période des vacances d’été, et Nous remercions la jeunesse elle-même pour sa participation massive.

– Dans la synergie composée par les Forces de sécurité, l’Administration, la Justice et la Population, le renforcement de la sécurité a atteint un degré appréciable. Pas mal de fauteurs de trouble sont arrêtés et transmis à la justice ; ils sont punis, l’objectif étant de les décourager définitivement afin que la population poursuive tranquillement ses travaux de développement.
Assurer la sécurité est un devoir de tout citoyen, un travail de tous les jours qui exige sacrifice et abnégation comme nous y invite notre Constitution de 2005.

– Quant à la Mission de maintien de la Paix dans d’autres pays, le Burundi continuera à répondre à l’appel lui lancé chaque fois que ce cela s’avérera nécessaire, en toute dignité et dans le respect de notre souveraineté.

Dans le domaine de l’économie:

– À cause des plans macabres des ennemis de la Démocratie, l’économie du pays a été déstabilisée. Cependant, étant donné que nous avons la paix et la sécurité, vous pouvez être tranquilles, l’avenir est radieux.

– Nous vous invitons à retrousser les manches. Travaillons tous, augmentons notre production et conservons-la, surtout que les
études faites dans les pays africains et de la sous-région ont montré que la production agricole a été très faible à cause des
changements climatiques.

– L’Office Burundais des Recettes (OBR) continue à sensibiliser les citoyens burundais sur l’importance de payer les impôts et taxes;il collecte ces fonds, mais Nous lui demandons de faire plus d’effort pour les acheminer sans pertes en route jusque dans
les caisses de l’État. Nous devons coupercourt avec la mauvaise habitude de toujours dépendre des aides extérieures alors que nous avons de l’intelligence et des bras que Dieu nous a donnés, susceptibles de développer en suffisance notre pays.

– Quant aux fonctionnaires, qu’ils soient tranquilles, leurs salaires continueront à être payés; mais Nous leur demandons aussi de
travailler dans le respect de la Loi et des heures de travail, et qu’ils se distinguent par de belles actions. Bien plus, sur base d’une étude récente menée par le Gouvernement, des mesures rigoureuses vont bientôt être prises à l’encontre des fonctionnaires qui touchent des salaires indus et ceux qui travaillent mal, particulièrement dans les secteurs de l’Education, de la Santé, de la Justice, des Entreprises gouvernementales, de la Police Nationale, de l’Armée Nationale, du Commerce, sans oublier le secteur privé.

Dans le domaine de la Bonne Gouvernance :

– Nous sommes en train de mettre en œuvre des programmes de lutte contre la corruption et de promotion des droits de la personne humaine. Les malfaiteurs doivent être appréhendés et punis conformément à la Loi.
Nous allons sanctionner sévèrement les mauvais gestionnaires des fonds publics, ceux qui pratiquent le commerce illégal ainsi que ceux qui maltraitent au travail les travailleurs honnêtes.

Dans le domaine de la Solidarité Nationale:

– Le dialogue en cours ainsi que la mise en place de la Commission Vérité et Réconciliation contribueront énormément dans le renforcement de la Démocratie et dans la réconciliation des burundais.
Nous ne pouvons pas passer sous silence l’importance des travaux communautaires, qui nous aident à recouvrer la cohésion sociale, et parvenir au développement communautaire émanant de notre programmation. Nous pouvons citer ici des écoles primaires et secondaires, les Universités, les centres de santé, les hôpitaux, les terrains de jeu, les centres de la jeunesse, les bureaux administratifs, les marchés, les villages, les courbes de niveau, les sources d’eau aménagées, l’environnement, les maisons de prière, les ponts, les routes, etc.

– Actuellement donc, nous sommes en train de mener un dialogue inter-burundais sans exclusif, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur; mais partout, ce dialogue a pour objectif de bâtir un Burundi où règnent une Démocratie et une paix durables, et vous savez que les deux ont été fortement mises à l’épreuve depuis notre accession à l’Indépendance jusqu’à ce jour.

Dans le domaine de la Coopération Internationale:

– Nous continuons à élargir le cercle des amis, que ce soit parmi les pays ou les organisations internationales, en veillant surtout au respect du droit international et à la souveraineté des autres États. En retour, nous demandons à ces États et à ces Organisations de respecter la souveraineté de notre pays. En ce qui nous concerne, nous devons renforcer notre cohésion sociale de manière à former un bloc indéfectible pour veiller sur l’indépendance de notre pays, nuit et jour.

Dans les domaines de l’Éducation et de la Santé Publique:

– Le programme de gratuité de l’enseignement primaires, des soins de santé pour les enfants de moins de 5 ans et des mères qui accouchent dans les hôpitaux et centres de santé publics, va se poursuivre. Le Gouvernement va continuer les programmes nationaux de vaccination et de la lutte contre la malaria, le VIHSIDA et d’autres maladies, en collaboration avec les partenaires traditionnels intervenant dans ce secteur.

23. Pour parvenir à une paix et un développement durables, nous devons former un front infranchissable et aimer notre pays, le faire aimer aux autres; nous devons travailler dur pour le pays, comme nous ne cessons de le répéter dans notre hymne national : ” Nous te vouons nos bras, notre cœur et nos vies. Que le Bon Dieu, qui nous a fait don de toi, te préserve à jamais pour nous. »

24. Formons un front infranchissable, veillons sur la paix et la sécurité et engageons-nous pour la défense et la protection des droits humains; formons un front infranchissable et surveillons les richesses de notre pays; combattons la mauvaise gestion des deniers publics, les détournements, la corruption etc. pour ainsi relever notre économie.

25. Formons un front infranchissable et luttons contre les ennemis de la Démocratie, les terroristes, les mauvais conseillers et ceux qui ont encore une vision divisionniste qui veulent nous replonger dans le chaos; formons un front infranchissable afin de réaliser tous les bienfaits de notre Démocratie.

26. Nous avons mis en place la Commission Vérité et Réconciliation (CVR). Nous demandons à cette commission de se mettre à l’œuvre, surtout les élections se sont terminées. Il faut que nous nous nous rendions compte de nos erreurs et nos réussites du passé, que nous abandonnions définitivement les mauvaises pratiques conflictuelles que notre pays a connu, et que nous bâtissions un bon avenir pour cette génération et la génération à venir.

27. Aimons notre pays et aimons Dieu qui nous l’a donné. C’est ce Dieu que nous appelons: Niyonkuru – C’est Lui le plus Grand, Niyonzima – C’est Lui le Vivant. Et Dieu ne peut connaître l’échec. C’est Lui le commencement et la fin de tout sur toute la terre spécialement au Burundi, surtout que la plupart des burundais croient et espèrent en Lui.

28. Nous annonçons encore une fois au peuple Burundais et à la Communauté Internationale l’avènement d’une nouvelle ère de paix, de sécurité et de développement au Burundi, et Nous donnons un avertissement à quiconque tentera de se constituer en obstacle à la paix, à la sécurité et au développement. Qu’il soit burundais ou ressortissant d’un pays étranger, il aura affaire à Dieu lui-même ; des malheurs s’abattront sur lui par surprise, et personne ne pourra lui venir en aide : Je prends pour témoin Dieu du Ciel ; que ce Dieu, qui nous a fait don de toi, ô Burundi, te préserve à jamais pour nous.

29. Nous voudrions également porter à la connaissance du peuple Burundais et à la Communauté Internationale qu’il n’y a pas de génocide en préparation au Burundi, et qu’il n’y en aura jamais. Bien plus, nous autre, population burundaise, nous avons des yeux et des oreilles, nous voyons et nous entendons. Pendant ces deux dernières années, il y a toujours eu des gens qui souhaitaient et qui continuent à souhaiter que ces malheurs s’abattent sur nous. Pour arriver à leurs fins, ils essayent même de forcer les événements en tendant des pièges au peuple burundais.

30. Nous aimerions faire connaître à ces gens que l’œil de Dieu est fixé sur eux, sur leurs agissements et sur leurs plans, et qu’ils tomberont eux-mêmes dans les traquenards qu’ils tendent aux Burundais. Attendons et nous les observerons demain, Dieu Tout Puissant, le Créateur du Ciel et de la Terre, est notre témoin.

31. Pour conclure, nous voudrions encore une fois souhaiter au peuple burundais une bonne fête du 20 août 2016. Célébrez-la dans la joie et l’allégresse, redoublez d’ardeur dans votre soutien envers les institutions que vous avez élu vous-mêmes sans contrainte, et dans la mise en œuvre des programmes qui font progresser le pays et la démocratie que vous avez choisie et que vous aimez tant.

Que Dieu bénisse le Burundi et le Peuple Burundais.

——————————————————————

Au Burundi, le Président, S.E. NKURUNZIZA Pierre, est le 1er de l’Histoire du Burundi à avoir réussi la prouesse d’être élu 2 fois au Suffrage Universelle Direct.

DAM, NY,AGNEWS, le samedi 20 août 2016

Facebook Comments