Burundi/ La mafia Onusienne : Zeid Ra’ad Al Hussein attrapé les mains dans le sac

Share Button
Le haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme,M. Zeid Ra’ad Al Hussein

Le haut commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme,M. Zeid Ra’ad Al Hussein

A Genève, au Palais Wilson, siège du Haut-Commissariat des Nations unies aux Droits de l’Homme,  ce lundi 15 juin 2015, M. Zeid Ra’ad Al Hussein (Jordanien),  Haut-Commissaire des Nations Unis pour les Droits de l’Homme, en ouvrant le Conseil des Droits de l’Homme, a du faire face au retour du Suédois,  M. Anders Kompass,  qui était son adjoint, dont il avait suspendu parce qu’il avait révélé au monde, en transmettant à Paris (le gouvernement Français) des informations confidentielles, sur  les viols commis par les soldats Français sur les enfants en Centre-Afrique. Or M. Anders Kompass avait appliqué la procédure usuelle…
Grâce à l’action de M. Anders Kompass, le haut fonctionnaire suédois, les abus contre les enfants centrafricains ont cessé de suite, une fois le monde informé et que l’Etat Français en était officiellement informé.

 

M. ZEID RA'AD Al Hussein, haut-commissariat des Nations unie pour les Droits de l’homme en visite au BURUNDI, reçu par le très populaire président africain du Burundi ( image: présidence.bi)

M. ZEID RA’AD Al Hussein, haut-commissariat des Nations unie pour les Droits de l’homme en visite au BURUNDI, reçu par le très populaire président africain du Burundi ( image: présidence.bi)

M. Anders Kompass pointe du doigt “la corruption des âmes” lors de l’exécution de la procédure de documentation sur les violations des droits de l’homme à travers le monde. Normalement, il faut traiter les informations de violation des Droits de l’Homme, puis les transmettre aux gouvernements concernés, qui sont les premiers à pouvoir engager des poursuites directement, et ensuite si rien n’est fait, les rendre publique, pour rendre l’effectivité des procédures judiciaires internationales.
M. Zeid Ra’ad Al Hussein (Jordanien), Haut-Commissaire des Nations Unis pour les Droits de l’Homme,  est soupçonnée d’avoir voulu étouffer les viols commis par les soldats français. M. Anders Kompass accuse en effet  le Français  M. Hervé Ladsous, le sous-secrétaire général des Nations unies,  responsable des opérations de maintien de la paix, d’avoir été le chef d’orchestre de tout cette affaire de corruption des âmes au sein du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme.

Au Burundi, ce même M. Zeid Ra’ad Al Hussein, ne tenant pas compte de cette procédure usuelle, est venu le  mercredi 15 avril 2015, pour insulter, sans prendre de gants,  l’Etat du Burundi et le Parti CNDD-FDD ( qui est le parti majoritaire de la coalition gouvernementale burundaise comprenant le FRODEBU, l’UPRONA et le CNDD-FDD ) d’entretenir une milice progouvernementale, dénommée IMBONERAKURE, qui est le nom que l’on donne en Kirundi (langue du Burundi)  aux militants du CNDD-FDD de moins de 35 ans.  Au Burundi, la population étant très jeune, c’est à dire que les IMBONERAKURE représentent 90%  des militants du  CNDD-FDD.  M. Zeid Ra’ad Al Hussein accusait donc,  selon ses informations ( jusqu’aujourd’hui aucune preuve fourni à l’Etat du Burundi ),  le CNDD-FDD d’exécutions sommaires, de torture et de tabassages.
Il y a une semaine ( juin 2015) ce même fonctionnaire des Nations unies à de nouveau alerté l’opinion internationale concernant “sa milice pro-gouvernementale burundaise” qui, selon ses informations,  devenait de plus en plus violente.
Or depuis un bon mois ( mois de Mai 2015), tous les téléspectateurs du monde entier pris à témoins, au Burundi, à Bujumbura, précisément dans 4 quartiers de la Capitale,  ce sont des affrontements entre la Police et des jeunes  manifestants de l’opposition politique ( Forsc, Focode, MSD, ex JRR ou Sans Echecs Sans Defaite  )  qui ont fait la une.  Nulle part on parle d’IMBONERAKURE. Tout le monde a vu des manifestants qui brûlent, tuent des policiers, et lancent des grenades sur des civiles, en les empêchant d’aller au travail. Même la formation politique du leader de l’opposition burundaise (FNL)  conteste les dires de M. Zeid Ra’ad Al Hussein … Car les IMBONERAKURE sont en pleine campagne électorale depuis mars 2015, concentrés à séduire les électeurs Barundi à travers tout le pays. Le Burundi ce sont 3002 collines et quartiers.

L’Etat du Burundi avait depuis l’année dernière (2014) déjà dénoncé cette “corruption des âmes” notamment de la part de la France au Conseil de Sécurité de l’ONU.  Ce pays utilise ce positionnement international ( ce siège aux Nation Unis) pour maintenir son réseau de la France-Afrique au niveau du continent ( garantir sa mainmise sur l’Afrique ).

M. Parfait ONANGA ANYANGA (BNUB) et le Président du Burundi S.E. Nkurunziza Pierre

Le Gabonais M. Parfait ONANGA ANYANGA (BNUB), agent de la France Afrique à l’ONU,  et le Président du Burundi S.E. Nkurunziza Pierre

Malheureusement des personnalités comme M. Zeid Ra’ad Al Hussein joue avec ces “Forts Corrupteurs des âmes” à l’ONU au lieu d’être juste et appliquer les procédures usuelles  onusiennes en respectant l’Éthique en matière des Droits de l’Homme  et l’Indépendance des Etats (surtout des petits états).
Lorsque  M. Zeid Ra’ad Al Hussein parle du Burundi, aujourd’hui,  les autorités burundaises savent qu’il a un agenda caché avec le Français  M. Hervé Ladsous, le sous-secrétaire général des Nations unies.
La France, comme l’a dit le Président, S.E. M. François Hollande, dernièrement en visite au Burkina Faso, espère une période de Transition au Burundi et non des élections démocratiques, en vue de diluer la force populaire du CNDD-FDD 1ère formation politique burundaise qui a mis dehors l’Homme de la France au Burundi – le fameux Dictateur  Hima BUYOYA Pierre – qui se cache actuellement au Rwanda  depuis l’échec cuisante du Coup d’Etat du mercredi 13 mai 2015, où son réseau d’officiers militaires a failli.

DAM, NY, AGNEWS, le mardi 16 juin 2015

Facebook Comments