Burundi : Le CNDD/FDD appelle aux 50 ans d’indépendance en 2012.

Hon. Jérémie Ngendakumana

En cette période estivale, tous les membres de la diaspora Rundi et leurs amis sont au Burundi. Les commerçants sont aux anges. Les agences de services (location de maisons, de voitures etc.), les taxi,(etc.) ont les yeux qui brillent … Brarudi, et les compagnies de téléphonie n’en parlons pas ! C’est dans ce climat extraordinaire que « Le CNDD-FDD demande aux Burundais et aux amis du Burundi vivant à l’étranger de visiter souvent le pays afin de constater … » Une année après le déroulement du processus électoral de 2010, l’Honorable Jérémie NGENDAKUMANA, président du parti CNDD-FDD, est fier du bilan et des avancés du Burundi.

Dans une conférence de presse qu’ il animait en début de semaine, le président du CNDD-FDD a fait un appel aux Barundi : “Le parti CNDD-FDD demande à tous les Burundais, et surtout aux membres du CNDD-FDD de travailler d’arrache-pied, afin de rattraper le temps perdu dans des conflits et des haines futiles, pour que l’année prochaine nous puissions célébrer 50 ans d’indépendance dans une allégresse sans précédent, et montrer au monde que l’indépendance était méritée, que nous sommes capables de trouver des solutions à nos problèmes par le dialogue et la concertation.”

Entre-temps dans une déclaration, faite précédemment, en ce début du mois, l’Amb. Jérémie NGENDAKUMANA s’exprimait en ces mots : « Il est apparu clairement que les Burundais ont atteint une maturité politique satisfaisante en matière de démocratie. Ils savent séparer le bon grain de l’ivraie ; ils récompensent les bons serviteurs et sanctionnent celui dont la parole ne rime pas avec les actes, en toute équité ».  L’ Amb. NGENDAKUMANA est revenu sur les élections de 2010 : “Le comportement des électeurs a montré, à qui veut le comprendre, qu’aux yeux de la population, le langage mielleux et démagogique reste sans effet chaque fois qu’il n’est pas traduit en actes… A la lumière du comportement de certains politiciens après les élections communales, il est apparu clairement qu’il y en a qui nourrissent encore l’espoir de pouvoir récupérer par la force ce qu’ils n’ont pas eu par les urnes. Ces derniers oublient que le peuple Burundais a pris l’engagement ferme de rompre définitivement avec la violence et n’accepte plus tout pouvoir leur imposé.” Pour les connaisseurs du Burundi, en effet, le CNDD/FDD a gagné haut la main simplement parce que ce parti a fait ce qu’il avait promis aux Barundi.  Au regard de tout ce qui est entrain d’être réalisé au Burundi, il ne sera pas très étonnant de voir, qu’en 2015, cette formation politique surprenne à nouveau …

L’Honorable Jérémie NGENDAKUMANA a profité pour rappeler un de ses souhaits premiers “tolérance zéro pour la corruption”: « Les biens de l’Etat, des sociétés publiques, parapubliques et privés, ainsi que ceux des associations de la société civile, doivent être gérés en toute transparence et faire l’objet d’un audit financier. Des rapports annuels détaillés doivent être produits, et portés à la connaissance de l’opinion par les médias ». Il s’agit d’une mesure que son parti politique entend bien en faire une réalité burundaise.

Le président du Cndd-Fdd a terminé son message par une attention auprès de la communauté internationale. Il a affirmé qu’il n’y a plus d’exilés politiques au Burundi. Il s’agit d’un clin d’oeil à certains leaders politiques : M. Rwasa, M. Nyangoma et M. Sinduhije. Il n’y a nulle part de mandat d’arrêt contre qui que ce soit.

DAM, NY, AGnews, le 7 août 2011.

 

Facebook Comments