Burundi/Justice: 3 827 214 Barundi s'insurgent contre M. Pacifique NININAHAZWE – FOCODE

Share Button
LES RESCAPES DES MASSACRES ORGANISES PAR ORECO ET FOCODE CREES ET PRESIDES PAR PACIFIQUE NININAHAZWE  pendant la Dictature militaire des Bahima burundais ( 1965-2005).

LES RESCAPES DES MASSACRES ORGANISES PAR ORECO ET FOCODE CREES ET PRESIDES PAR PACIFIQUE NININAHAZWE pendant la Dictature militaire des Bahima burundais ( 1965-2005).

Ces derniers mois,  en Allemagne, en  Suisse ou encore en Belgique, les journalistes, les parlementaires et autres acteurs politiques ou civiles Européens  se souviennent tous  – des propos très dures et parfois haineux – qui ont été prononcé par un “Burundais” envers le Burundi.


 On vient de découvrir que  ce “Burundais”, M. Pacifique NININAHAZWE, Président du FOCODE, une organisation de la société civile proche de l’Uprona ( ex-parti unique burundais sous la Dictature militaire des Bahima Burundais – Micombero, Bagaza, et Buyoya – qui a fait plus de 4,5 Millions de victimes Barundi en près de 40 ans de règne : le fameux génocide-régicide des Barundi – http://www.burundi-agnews.org/genocide.htm  ) était en effet poursuivi depuis quelques années par une association de rescapés du Génocide-Régicide – LES RESCAPES DES MASSACRES ORGANISES PAR ORECO ET FOCODE CREES ET PRESIDES PAR PACIFIQUE NININAHAZWE –

A Gitega,  vendredi 12 décembre 2014, l’association des RESCAPES DES MASSACRES ORGANISES PAR ORECO ET FOCODE CREES ET PRESIDES PAR PACIFIQUE NININAHAZWE a publié le résultat de sa pétition nationale contre les agissements de M.  Pacifique NININAHAZWE, Président du FOCODE. La pétition lancée par les victimes de ORECO et FOCODE aurait récolté 3 827 214 Barundi –

Voici grosso-modo ce qui lui est reproché par cette association de victimes qui souhaite lui faire face devant la Commission nationale Vérité et Réconciliation CnVR ou, quelqu’une autre instance judiciaire appropriés ( comme la Cour Pénale Internationale – CPI ):
” ORECO, Organisation pour la Renaissance de la Conscience a été fondée par Pacifique NININAHAZWE, alors élève au lycée de RUTANA. Sans parler des écoles où elle a été exportée, les activités d’ORECO ont eu comme fruits les assassinats des élèves Hutu innocents au Lycée Rutana. Certains étaient tués au dortoir, d’autres étaient retrouvés morts dans les environs du Lycée RUTANA.
Le même cauchemar a été vécu par les élèves où ORECO a été exportée : Lycées Bururi, Rutovu, Rumonge et Makamba.
Devenu FOCODE, Forum pour la Conscience et le Développement, œuvrant à l’Université du Burundi les années 1994-1995, nul n’ignore le sang des innocents qui a coulé au moment où le FOCODE s’activait à changer les consciences de l’élite Burundaise.”. [ http://www.burundi-forum.org/Prise-de-position-contre-PACIFIQUE ]

Le Communiqué est :

———————————–

RESCAPES DES MASSACRES ORGANISES PAR ORECO ET FOCODE CREES ET PRESIDES PAR PACIFIQUE NININAHAZWE
Gitega, 12 déc. 2014

A Monsieur Pacifique NININAHAZWE Président du FOCODE A BUJUMBURA
Objet : Résultats de la pétition contre votre extrémisme

Monsieur Pacifique NININAHAZWE,
Nous avons l’honneur de vous annoncer les résultats de la pétition lancée par nous les victimes de tes associations fascistes ORECO et FOCODE.
En effet, au terme de 4 semaines de quête de signatures, trois millions huit cent vingt sept mille deux cent quatorze Burundais (3 827 214) ont décrié vos agitations de nature à plonger le Burundi dans un autre cycle de violence. Pour ce, vous devez comprendre que les Burundaises et Burundais sont décidés à bâtir la paix et vous demandent de cesser de diaboliser notre chère patrie et à dresser une partie des citoyens contre une autre dans le seul objectif de vous cacher derrière la société civile et échapper à la Commission Vérité et Réconciliation qui commencent bientôt ses activités. Nous sommes prêts à témoigner sur tous les faits et gestes qui vous ont caractérisé durant la triste période qui a endeuillé des centaines de milliers de Burundais.
Veuillez agréer, Monsieur Pacifique NININAHAZWE, l’assurance de notre aimable sincérité.
Pour les Rescapés des massacres Organisés par ORECO et FOCODE Léonce NTAKARUTIMANA

Copie pour information à :
–  Excellence Ministre de l’Intérieur ;
–  Ministre de la Sécurité Publique ;
–  Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale ;
–  Ministre de la Justice et Garde des Sceaux du Burundi ;
–  Ministre des Droits de l’Homme, de la Solidarité et du Genre ;
–  Président de la CNDIH ;
–  Ambassades (Tous) ;
–  Le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies au Burundi ;
–  Représentant de l’Union Européenne au Burundi ;
–  Organisation de la Société Civile au Burundi
–  Media (Tous).

RESULTATS DE LA PETITION CONTRE L’EXTREMISME DE Pacifique NININAHAZWE
Série Province Résultat Observation
1 BUBANZA 156 319 Toutes les communes ont voté
2 BUJUMBURA MAIRIE 79 426 Faible participation
3 BUJUMBURA RURAL 168 212 Pas de résultats pour Mukike
4 BURURI 125642 Pas de résultats pour Songa et Matana
5 CANKUZO 120 467 Pas de résultats pour Cendajuru
6 CIBITOKE 121 421 Faible participation
7 GITEGA 453 214 Toutes les communes ont voté
8 KARUSI 294 997 Toutes les communes ont voté
9 KAYANZA 396 783 Toutes les communes ont voté
10 KIRUNDO 302 613 Toutes les communes ont voté
11 MAKAMBA 320 018 Toutes les communes ont voté
12 MURAMVYA 111 754 Faible participation
13 MUYINGA 150 627 Pas de résultats pour Giteranyi
14 MWARO 108 742 Faible participation
15 NGOZI 426 714 Toutes les communes ont voté
16 RUTANA 338 213 Toutes les communes ont voté
17 RUYIGI 152 052 Faible participation
TOTAL 3 827 214 Bien significatifs

———————————–

Au Burundi, il n’est pas rare de voir des gens, cachés derrière une carrière – honorable -comme membre de la société civile ou de média,  être très virulent par rapport au régime démocratique actuel, comprenant une majorité d’ enfants de l’ancien Royaume millénaire du Burundi -Ingoma y’Uburundi – [ http://www.burundi-agnews.org/histoire_du_burundi.htm ] qui avait été déchu en 1966 et dont les parents avaient quasi tous subi -le génocide régicide- . Un grand nombre des enfants, autrefois nantis sous la Dictature militaire des Bahima burundais ( de 1965 à 2005), vivent aujourd’hui un – Blues –  au parfum des temps révolus. Ils ont la peur de se voir ou leurs familles demain se trouver confronter à la Justice pour leur passé d’assassins ou de complices. Ainsi, à Arusha, en 2000, pour leur aider à diminuer leur vie sous tension, les acteurs politiques avaient trouvé – une parade ou pirouette -consistant à mettre en place  un mécanisme de justice transitionnelle à la mode Sud-Africaine : la fameuse Commission nationale Vérité Réconciliation …

DAM, NY, AGNEWS, le samedi 20 décembre 2014 

Facebook Comments