Burundi: Une soeur Croate et un bénévole Italien tués pour 4000 Euro.

Share Button

Dimanche,  une sœur croate, mère Lukrecija Mamic, et un bénévole italien, Francesco Bazzani, ont été tués  à Kiremba  dans le sud-ouest du Burundi.  Une autre  sœur, l’italienne Carla Brianza, de la province de Brescia, blessée aux mains, est hors de danger.

Selon un témoin sur place : « Deux hommes armés sont entrés dans la maison des Sœurs de la Charité, la congrégation des deux sœurs, pour faire un vol et ont tués la sœur croate, ils ont prit possession de la voiture et se sont enfuis portant à bord sœur Carla et Francesco, volontaire de l’association Ascom de Legnago, de la province de Vérone  … Par la suite, ils ont tiré à bout portant sur Francesco alors que soeur Carla a réussi à saisir le canon du fusil (…). Pour se libérer de cette situation, l’agresseur l’a frappée à coups de couteau aux mains avant de s’éloigner avec son complice … ».    Sœur Carla  a été  opérée ce lundi matin, elle est actuellement hors de danger.

Les meurtriers  des deux expatriés tués  viennent d’être arrêtés par  la police burundaise. Il s’agit de deux  élèves,l’un a 20 ans, originaire et élève à Muremera(Ngozi), tandis que l’autre a  24 ans, élève et natif de Kiremba.   La police burundaise les a été arrêté sur la colline de Kirungo en  commune de Marangara, jusqu’ à côté de Kiremba où ils avaient tué la veille deux expatriés. Les deux jeunes personnes avaient encore en leur possession  4000 Euro qu’ils avaient dérobé aux deux expatriés dans la maison des Sœurs de la Charité.  La police a découvert une arme laissée près du  Centre psychiatrique de l’hôpital de Kiremba par les deux bandits, suite à un bref échange de tirs. Un des deux bandits a été touché par les tirs de la police.  Il devrait être juger très rapidement pour leur crime leur dossier judiciaire est déjà au main de la Justice burundaise.

Un passant  dans une rue de Bujumbura a souhaité s’exprimer sur ce meutre horrible et crapuleux  à notre micro d’AGnews : ” Contrairement à ce que certains médias qui, actuellement font une campagne nuisible contre le gouvernement du Burundi, il ne s’agit nullement  d’- une attaque armée – réalisée par une quelconque – nouvelle rébellion –  mais bien d’un phénomène de banditisme classique malheureusement …  Actuellement, au Burundi, lorsque la police tue un bandit  par légitime défense après avoir été pris en flagrant délit de vol  après des échanges de tirs. Ce dernier devient avec ces médias hostiles au Régime automatiquement un membre d’un des partis politiques  d’opposition ( FNL et MSD ou CNDD … ).  Le bandit  devient un victime des assassinats  – organisés par le Gouvernement – …  Désormais par habitude,   tous les voleurs du pays  se sont refugiés dans ces divers partis politiques car on les surprend presque toujours en flagrant délit  avec des armes et  leurs produits volés ou en  tous cas entrain de le faire …  D’où,les vrais criminels sont aujourd’hui de vrais victimes.   Il faut attendre d’ici quelques heures et vous allez entendre l’APRODH (organisation de défense des Droits de l’Homme) qui va venir à la défense des deux jeunes assassins en les faisant passés pour des victimes d’une conspiration des  autorités burunsaises. Par la suite HRW  en faira l’echo sur tous les tabloïd des droits de l’Homme au niveau international … Voilà comme cela se passe au Burundi.   La justice burundaise  n’a plus sa place ! “.  Pour terminer, il en appelle au Nonce  apostolique de ne pas laisser ces gens (cette société civile hostile au gouvernement) s’approcher de cette affaire sinon tout risque de se compliquer car  “c’est comme çà au Burundi !”.

DAM, NY, AGnews, le 28 novembre 2011.

 

Facebook Comments