Burundi: Stop aux rumeurs dangereuses foisonnant à chaque perspective électorale

Share Button
M. Edouard Nduwimana, Ministre de l'Intérieur du Burundi ( Photo: iwacu-burundi.org )

M. Edouard Nduwimana, Ministre de l’Intérieur du Burundi ( Photo: iwacu-burundi.org )

Le Ministre de l’Intérieur M. Edouard NDUWIMANA dit : Stop aux rumeurs dangereuses foisonnant à chaque perspective électorale.

A Bujumbura, ce mardi 06 mai 2014, lors d’une rencontre entre l’Etat ( gouverneurs provinciaux et administrateurs communaux), les représentants des partis politiques agréés et la société civile, le Ministre de l’Intérieur Edouard NDUWIMANA a dénoncé et a  expliqué que cela devenait une tradition macabre de voir des rumeurs dangereuses foisonner toujours à la veille de grandes échéances politiques dont électorales.  Pourtant les rapports hebdomadaires du Conseil National de la Sécurité, en provenance des 129 communes  du Burundi, démentent toutes ces rumeurs…

Le Ministre de l’Intérieur M. Edouard NDUWIMANA a demandé que les rumeurs de cette nature cessent  pour la sauvegarde de la paix et de la sécurité au Burundi.
Il y a eu la rumeur lancée par la coalition  ADC-Ikibiri répercutée par le responsable du Bureau des Nations Unis au Burundi BNUB, M. Parfait ONANGA ANYANGA, qui a accusé le gouvernement de préparer un Génocide en distribuant des armes à des jeunes  du CNDD-FDD ( appelés Imbonerakure, qui sont l’ossature de la politique du développement du pays, car ces jeunes burundais sont les leaders des Travaux de Développement Communautaire ). Et, cela, le jour où le monde entier commémorait le Génocide Rwandais.  L’idée des détracteurs était de faire un amalgame entre le Burundi et le Rwanda  de 1994  ( en faisant des similitudes – ethniques –  non fondées entre Interhamwa et Imbonerakure ) et de  ternir  l’image du Burundi en mettant à mal le pays avec les Bailleurs de Fonds. L’affaire est suivie au niveau judiciaire à l’encontre de ceux qui ont émis ces rumeurs …

Ces derniers jours, l’ADC Ibikiri (  le FRODEBU,  le MSD – pourtant suspendu 4 mois -,   surtout aidés par leur réseau société civile par ex. RPA et APRODH ) tente de mettre à mal :
–  les relations diplomatiques existantes entre la RDC Congo et le Burundi ( avec la propagation d’un rumeur d’Imbonerakure en entraînement militaire en Congo RDC, prêt à déstabiliser la région à l’instar des Interhamwe );
– et les relations entre le Rwanda et le Burundi ( rumeur de présence d’Interhamwe aux frontières du Burundi avec le Rwanda – Kirundo, kayanza etc).  Des enquêtes policières ont commencé. Le président de l’APRODH  M. Pierre Claver Mbonimpa et des représentants du parti MSD ont déjà été entendus. Les responsables de ces rumeurs vont être poursuivi en justice.

Dans les autres pays,  à l’approche des élections on sort des dossiers de corruption ou  d’infidélité ( sous la ceinture) de la part de politiciens,  des chiffres négatifs de la politique socio-économique, et non des rumeurs ayant vocation à casser des relations diplomatiques avec les pays voisins ou  à décourager les investisseurs potentielle.   Ce sont des Millions de USD (Dollars) que perd chaque mois le Burundi à cause de ces rumeurs dangereuses  …
L’idée de lourdes amendes à l’encontre de ceux qui répandent ce type de rumeurs pour compenser la perte économique du pays serait  à l’étude au niveau de l’appareil judiciaire burundaise.

DAM, NY, AGNEWS, le 8 mai 2014

Facebook Comments