Burundi: Seul pour la candidature du Dictateur Pierre BUYOYA à la Francophonie

Share Button

bdi_burundi_dictateur_pierre_buyoyaAlors que la Commission nationale Vérité Réconciliation (CnVR) va bientôt démarrer, le gouvernement du Burundi dit dépenser l’argent publique au soutien d’une campagne au candidat Pierre BUYOYA – le Dictateur Pierre BUYOYA –  au poste de Secrétaire général de la Francophonie…

A Bujumbura, ce mardi 15 juillet 2014  lors d’une conférence de presse, le ministre des Relations extérieures et de la coopération internationale, M. Laurent KAVAKURE a expliqué que le gouvernement du Burundi continuerait à soutenir pour briguer le poste de Secrétaire général de la Francophonie l’ancien dictateur Pierre BUYOYA, devenu président par 2 putschs militaires consécutifs au Burundi ( 1987, et d’ Octobre 1993 à  1996 ).
ministrekavakure
Ce choix politique gouvernementale, dont le soutien est totalement minoritaire au sein de la population burundaise, déçoit à 1 an des prochains scrutins démocratiques de 2015. De plus, il n’y a pas eu un débat parlementaire sur  cette question !   Car le Dictateur  Pierre Buyoya, c’est cela avant tout :

Le Dictateur  Pierre Buyoya est un des plus grands criminels du 20ème siècle, qui tente de se camoufler aujourd’hui en “Homme de Paix”, alors que le mal:  Il l’a fait !.
La Suisse et le CANADA, qui sont des pays importants au sein de la Francophonie ne le porte pas dans leur cœur, malgré le soutien important du Quai D’orsay ( France) et de la Belgique francophone.

Le ministre KAVAKURE  faisait cette annonce de soutien lors de son exposé sur les réalisations de son ministère au cours des 6 derniers mois.

Le Burundi a pendant près de 40 ans vécu sous la fougue d’une des dictatures militaires qui aura été parmi les plus criminelles du 20ème siècle. Le régime militaire des Bahima burundais ( Micombero, Bagaza, et Buyoya) aura tué dans le silence depuis 1966 à 2003, en faisant plus de 4,5 Millions de victime : Le fameux génocide/régicide contre les Bahutu Barundi [ http://burundi-agnews.org/genocide.htm  ].
Les victimes burundaises veulent d’abord que justice leur soit rendue avant de gratifier cette homme qui est parmi les plus mal aimés du Burundi.

DAM, NY, AGNEWS, le 16 juillet 2014

Facebook Comments