Mme Aimée Laurentine Kanyana, Ministre burundaise de la Justice et Garde des Sceaux

Burundi : Mise en garde contre la corruption judiciaire à Bururi

Share Button
Mme Kanyana Aimé Laurentine, ministre burundaise de la Justice et Garde des Sceaux. ( Photo : IKIROHO 2017 )

Mme Kanyana Aimé Laurentine, ministre burundaise de la Justice et Garde des Sceaux.
( Photo : IKIRIHO 2017 )

JUSTICE – Réunion d’échange avec tous les magistrats de Bururi pour une mise en garde de corruption organisée dans cette province, mettant en cause la sécurité nationale.

A Bururi, au Sud du Burundi, vendredi 14 juillet 2017, Mme Kanyana Aimée Laurentine, ministre burundaise de la Justice et Garde des sceaux, accompagnée de M. Nkezabahizi François, Président de la Cour Suprême, de M. Nyandwi Sylvestre, Procureur Général de la République, de M. Havyarimana Adolphe, Inspecteur Général de la Justice, ont tenu une réunion d’échange avec les magistrats de tous les niveaux ( Cour d’Appel avec son parquet général, Grande Instance avec son parquet, et les Tribunaux de Résidence ) pour échanger sur ce qu’est une bonne administration de Justice, suite au constat fait dans la province Bururi en matière judiciaire, faisant état de beaucoup de procéduriers et même des décisions judiciaires revues par les juridictions sur demande de justiciables mal intentionnés.

Certains magistrats rouvrent des dossiers déjà clôturés ou traités par une juridiction,en saisissant leurs autorités hiérarchiques pour la non recevabilité dans le but de déstabiliser la sécurité nationale et la société burundaise. La province Bururi est l’ancien fief de l’ancienne élite Hima burundaise sous la dictature HIMA Micombero-Bagaza-Buyoya ( 1965-66 à 2005 ).
La ministre burundaise de la justice demande désormais qu’ à tout justiciable lui soit signifié le jugement rendu par la remise des copies de jugement. La ministre burundaise de la Justice, le président de la Cour suprême, le Procureur Général de la République et l’Inspecteur Général de la Justice, ont tous mis en garde particulièrement la Cour d’appel de Bururi pointée du doigt, à cause de certains de ses magistrats/conseillers soupçonnés de corruption.

DAM,NY,AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le lundi 24 juillet 2017

Facebook Comments