Burundi : La Justice condamne 2 jeunes qui ont amputé 2 enfants

Burundi : La Justice condamne 2 jeunes qui ont amputé 2 enfants

Burundi : La Justice condamne 2 jeunes qui ont amputé 2 enfants

Burundi : La Justice condamne 2 jeunes qui ont amputé 2 enfants

JUSTICE, FAIT DIVERS – Le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Gitega condamne à 24 ans de prison et à 4.600 USD d’amende 2 jeunes qui ont amputé les mains à 2 enfants.

A Gitega, ce samedi 25 novembre 2017, le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Gitega, en flagrance et à huis clos ( pour le mineur d’âge ), a condamné :

Burundi : La Justice condamne 2 jeunes qui ont amputé 2 enfants ( Photo : ABP 2017 )

Burundi : La Justice condamne 2 jeunes qui ont amputé 2 enfants ( Photo : ABP 2017 )

1/ à 20 ans de prison et 4 Millions BIF ( soit environ 2.300 USD ) d’amende – Ndayikengurukiye Chadrack, jeune homme de 18 ans, accusé d’avoir le mercredi 22 novembre 2017, sur la colline Karemba, amputé les mains des 2 enfants de la commune Itaba ( Bizimana Richard et Ndayishimiye Jean-Claude ), dont l’un a moins de 12 ans.

2/ à 4 ans de prison et 4 Millions BIF ( soit environ 2.300 USD ) d’amende ( à verser aux Parents des 2 enfants victimes )- Bayubahe Didier, 15 ans, pour complicité dans cet acte criminel avec son grand frère Ndayikengurukiye Chadrack.

Ndayikengurukiye Chadrack a avoué le crime, en expliquant le pourquoi de son acte coupable, assimilable selon lui à de la – Justice Populaire -, aujourd’hui proscrite au Burundi. Il était en colère dit-il, lorsqu’il a perçu ces 2 enfants étrangers dans son champ, parce que quelques jours auparavant un champ voisin avait été saccagé par des voleurs, jusqu’ici introuvable.
Ce n’est que par la suite, une fois le mal réalisé, qu’il a appris que ces 2 enfants étaient obligés de passer par sa plantation pour se rendre cueillir des avocats dans un autre champ voisin.
Bayubahe Didier sera conduit dans un pénitencier pour mineur d’âge.
En Afrique, surtout dans les bourgades les plus reculées, l’amputation des voleurs est encore une pratique courante lorsqu’ils sont attrapés par la Communauté. Car pour l’Africain, de manière générale, le vol est un péché ( c’est à dire quelque chose de non vrai, non juste, et non harmonieux ).  Le Burundi, lui, a abandonné depuis quelques années ce rituel de JUSTICE POPULAIRE.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le lundi 27 novembre 2017

Facebook Comments