Burundi: L’ “arrogance” du Bâtonnier risque de lui coûter sa radiation

Share Button
Procès sur la radiation de Me Rufyikiri Isidore ( Photo : igihe.bi )

Procès sur la radiation de Me Rufyikiri Isidore ( Photo : igihe.bi )

Un juge a désormais 60 jours pour donner un jugement concernant la radiation OUI ou NON de  Me Isidore Rufyikiri de l’ordre des avocats de Bujumbura.

A Bujumbura, ce lundi 20 janvier 2014,  le bâtonnier de l’ordre des avocats de Bujumbura, Me Isidore Rufyikiri, comparaissait au parquet général près la Cour d’Appel de Bujumbura en vue de sa radiation de l’ordre des avocats. Elle est exigée par le Procureur Général près la Cour d’appel de Bujumbura, M. Elie Niyongabo.  Bref, une affaire de déontologie interne à l’appareil judiciaire burundais …

Ce sont de nombreuses prises de position politique  et débordements (des propos injurieux, diffamatoires à l’égard des institutions de l’Etat, contraires à la sûreté de l’Etat et à la paix publique)  de la part du bâtonnier Me Isidore Rufyikiri  qui  dérangent le Procureur Général. Ce dernier souhaite que Me Isidore Rufyikiri soit radié de la liste des avocats du barreau de Bujumbura.

Procès sur la radiation de Me Rufyikiri Isidore ( Photo : igihe.bi )

Procès sur la radiation de Me Rufyikiri Isidore ( Photo : igihe.bi )

En début d’après-midi, le bâtonnier de Bujumbura s’était rendu au Tribunal accompagné de ses 4 avocats, avec une arrogance ( d’un personnage très certain de lui ) selon le témoignage d’un nombre important de citoyens Burundais qui étaient présents à l’entrée de la Cour d’Appel de Bujumbura.   De nombreux avocats burundais et étrangers, venus surtout  du Rwanda et de l’Ouganda ( et un Congolais de Kinshasa, en RDC !),  étaient venus suivre ce procès, en signe de solidarité avec Me Isidore Rufyikiri.
Par ailleurs, en début de procès, presque sans considération, Me Isidore Rufyikiri et ses 4  avocats ont quitté la salle d’audience suite à un désaccord de procédure avec la Cour.  Que s’est-il passée ? Après la présentation des juges et des avocats de la défense, le jury avait voulu savoir pourquoi la défense de Me Isidore Rufyikiri était assurée par 4 avocats où figure même un étranger ( le bâtonnier de Kinshasa RDC Congo ). Une fois que le siège accepta la présence des 4 avocats dont le Congolais, la défense avança son pion. Elle demanda un traducteur et une remise du procès car l’avocat Congolais voulait avoir le temps pour étudier les fautes pour  lesquelles son client était poursuivi. La Cour refusa et la Défense est sortie pour exprimer son mécontentement. Le procès s’est poursuivi sans eux et a été mis en délibéré.

En fin de journée, dans certains bars de la capitale burundaise, alors que certains se félicitaient, autour d’un verre, d’avoir taper “la honte”  à la Justice burundaise, et que d’autres étaient en rage,  cette atmosphère semblait tellement lourde en attendant la décision du juge de la Cour d’Appel de Bujumbura qui a un délai de 60 jours pour se prononcer dans cette affaire…

DAM, NY, AGNEWS, le 21 janvier 2014

Facebook Comments